Coronavirus : le Haut-Rhin lance une campagne de tests sérologiques dans une dizaine d'Ehpad du département

Le Haut-Rhin est le département le plus touché par l'épidémie de covid19. Alors, le département prend les devants et organise dans une dizaine d'Ehpad une campagne de tests sérologiques à compter du mardi 14 avril. Objectif : avoir une meilleure connaissance de l'ampleur de l'épidémie.
L'Ehpad Fraxinelles de Bergheim fait partie des établissements volontaires pour les tests sérologiques, soignants et patients sont tous testés
L'Ehpad Fraxinelles de Bergheim fait partie des établissements volontaires pour les tests sérologiques, soignants et patients sont tous testés © Philippe Dezempte / France Télévisions
Le bilan est lourd dans les Ehpad du Haut-Rhin avec 402 morts depuis le début de l'épidémie de covid19. Un chiffre très élevé, sachant que ces établissements, 74 en tout, comptent environ 7.000 résidents et 5.000 à 6.000 soignants. 

Une campagne nationale de tests sérologiques va sans doute être mise en place mais en attendant, le département a décidé de lancer mardi 14 avril une vaste campagne de tests dans une dizaine d'établissements volontaires pour commencer. "Vu que notre département est le plus touché, nous avons la nécessité d'aller vite, d'anticiper", explique Brigitte Klinkert, présidente du conseil départemental.
 


Une meilleure connaissance de l'ampleur épidémique

Un appel d'offres a donc été lancé et un laboratoire commence à réaliser les tests à compter de ce mardi. Des tests sérologiques qui permettent de savoir si on a été contaminé et si oui ou non, on est immunisé grâce à la présence d'anticorps dans le sang. Une dizaine d'établissements volontaires vont donc d'ici à la fin de la semaine savoir combien de patients et de soignants ont déjà été contaminés.

L'Ehpad les Fraxinelles de Bergheim fait partie de ceux là. Le personnel, 95 agents, s'est aligné et chacun son tour a fait le test tandis que les patients, 115, étaient pris en charge dans leur chambre. "Nous aurons les résultats dès demain, et c'est un vrai soulagement pour le personnel parce que il y a des résidents qui ne mangent plus, qui sont déprimées, qui ne comprennent pas pourquoi elles étaient enfermées dans leur chambre. Savoir nous permettra d'ouvrir la salle à manger pour les résidents négatifs ou qui sont guéris, on pourra proposer également des activités par petit groupe. En fait, c'est retrouver une vie sociale, la seule chose c'est que les visites sont toujours interdites", explique Corinne Louis, directrice des Fraxinelles.
95 soignants et 115 résidents se sont faits testés dans l'Ehpad des Fraxinelles de Bergheim
95 soignants et 115 résidents se sont faits testés dans l'Ehpad des Fraxinelles de Bergheim © Philippe Dezempte / France 3 Alsace

Christelle Picard est aide-soignante dans l'établissement et a fait le test. "Je voulais être testée parce qu'on est en contact tous les jours avec le virus et nos résidents et donc on voulait être au clair, les protéger, nos aînés sont très fragiles."

Conférence de presse de Brigitte Klinkert

C'est ce qu'expliquait en substance la présidente du conseil départemental du Haut-Rhin en conférence de presse. "L'objectif de ces tests, c'est en effet de prendre les mesures adéquates pour permettre une meilleure organisation dans les établissements grâce à une meilleure connaissance de l'ampleur épidémique. Et donc d'adapter au cas par cas les mesures de confinement individuel. Les personnes âgées se sentent en effet très isolées et en situation de mal être. Il s'agit aussi de desserrer la pression sur le personnel", explique encore Brigitte Klinkert.

Une mortalité en hausse de 232% dans les EHPAD haut-rhinois

Les tests ont donc commencé le 14 avril et devraient s'achever en fin de semaine, soit 2.000 personnes testées pour un coût de 42.000 euros. Des tests qui devraient être généralisés si possible la semaine prochaine à tous les Ehpad volontaires du département. Au mois de mars, la mortalité dans les établissements haut-rhinois a augmenté de 232% par rapport au mois de mars 2019. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société