Coronavirus : la région Grand Est promet d’assister les entreprises en difficulté

L'entreprise Alsafix pourrait être impactée comme beaucoup d'autres par le coronavirus pour pouvoir renouveler ses stocks / © France télévisions
L'entreprise Alsafix pourrait être impactée comme beaucoup d'autres par le coronavirus pour pouvoir renouveler ses stocks / © France télévisions

Report d’impôts, dégrèvements, prêts immédiats et rapidement débloqués, la région Grand Est annonce plusieurs dispositifs d’accompagnement aux entreprises en difficultés en raison de l'épidémie de Covid-19.

Par Catherine Munsch

L’épidémie du coronavirus a des impacts sur la santé de la population, mais aussi sur la santé économique des entreprises du Grand Est. Etat et Région annoncent qu’ils les soutiendront avec différents dispositifs, comme des reports d’impôts, des dégrèvements, des prêts immédiats, le financement des salariés par le mécanisme de chômage partiel, l’appui au traitement d’un conflit avec des clients ou fournisseurs....Plusieurs dispositifs d’accompagnement aux entreprises du Grand Est sont prévus.
 

Des dispositifs d’accompagnement aux entreprises 

Ce mardi 10 mars 2020, le président de la région Grand Est, Jean Rottner, la préfète de région Josiane Chevalier, Lilla Merabet, vice-présidente compétitivité et innovation digitale du Grand Est ont rencontré les principaux responsables économiques d’Alsace, de Lorraine et Champagne-Ardenne. Chefs d’entreprises, dirigeants du monde bancaire, agro-alimentaire, industriel, sportif et culturel du Grand Est étaient tous réunis pour faire un état des lieux et voir comment l’Etat, la Région, les agences de développement et la BPI, (Banque publique d’investissements qui accompagne les entreprises), peuvent aider les entreprises en difficulté, à cause du coronavirus.
 
 

Seule la coopération entre plusieurs acteurs permettra de faire face. Le monde bancaire annonce d'ailleurs qu’il va s’engager aux côtés de l’Etat et de la Région pour accompagner les entreprises.
 

 "C'est un message d'union que nous voulons montrer, une mobilisation sans précédent, tous les acteurs économiques sont dans le même état d'esprit."
-Josiane Chevalier, préfète de la région Grand Est

 

Une enveloppe de 25 millions d'euros


"Au départ on avait prévu quinze millions d'euros, mais au vu de l'évolution de l'épidémie, on va débloquer vingt-cinq millions d'Euros" a déclaré Jean Rottner devant la presse
  • Un prêt rebond, pour qui et comment ? Pour toutes les entreprises, de toutes tailles et tout domaine d'activité, qui voient leur trésorerie impactée par des commandes en chute ou annulées, du matériel non livré...
  • Comment accéder à ce prêt ? Par un guichet unique. L'entrepreneur doit en faire la demande par écrit à l'Etat, à l'adresse suivante : pacte.tresorerie@grandest.fr. L'Etat transfère le dossier à la Région et à la banque publique d'investissement. "En deux semaines" assure la vice-présidente Compétitivité, Innovation et Digital de la Région Grand Est, "l'argent peut être débloqué."


Une autre enveloppe de 10 millions pour les clubs de sports

Epidémie de coronavirus oblige, les clubs de sport ont obligation de jouer à guichet fermé, jusqu'au 15 avril. Plus d'entrée d'argent donc, par le biais de la billèterie. Vingt-et un clubs sont concernés notemment par cette perte de revenus conséquente. 

 

Profiter de cette crise pour relocaliser 

"Il faut se projeter dans l'avenir et penser au retour à la normale, au redémarrage de l'activité" estime Jean Rottner. "N'attendons pas la fin de l'épidémie, mais commençons tout de suite. Notre région était déjà en voie de transformation, nous allons nous organiser, anticiper et dominer le sujet".

Relocaliser, pour être plus indépendant à l'avenir. Les masques, par exemple étaient fabriqués en France. Heureusement et cela doit nous servir d'exemple, selon le président Rottner : "Quelle dépense et difficulté cela aurait été, si nous ne les avions pas produit sur notre territoire! "

Au sortir de la crise, la région Grand Est sera-t-elle plus performante qu'elle ne l'a été avant l'épidémie du covid 19 ? L'avenir nous le dira. "Nous avons la responsabilité de trouver des solutions innovantes adaptées à notre territoire, car chaque territoire est différent des autres" a-t-il conclu.

Sur le même sujet

Les + Lus