Elections départementales 2021 : les 5 choses à savoir sur l’Aube

À l'occasion des élections départementales 2021, nous vous proposons de mieux connaître vos départements et l'action du conseil départemental sur votre quotidien. Zoom sur l’Aube.

Lac de la forêt d'Orient
Lac de la forêt d'Orient © Céline Lang / France 3 Champagne-Ardenne

Présidé par Philippe Pichery (DVD), le département de l’Aube compte 17 cantons, représentés par 34 conseillers départementaux. Avec 309.117 habitants, il est le deuxième le plus peuplé de Champagne-Ardenne, après la Marne. Au quatrième trimestre 2020, le taux de chômage était de 9,8 %, selon l’Insee. Territoire viticole avec la Côte des Bar, l’Aube est aussi connu pour ses maisons et églises à pans de bois, ses grands lacs de la forêt d’Orient. Son nom vient de l’Aube, la rivière, premier affluent notable de la Seine. Capitale européenne du vitrail, la Cité du Vitrail doit ouvrir au printemps 2022, à Troyes. Il s’agit de l’un des plus importants projets du Département de ces dernières années. 

Derrière le drame de Virey-sous-Bar, la souffrance des travailleurs sociaux

Le 12 mai 2021, Audrey Adam, une assistante sociale de 36 ans, est retrouvée morte sur le perron d’une maison d’habitation, à Virey-sous-Bar. L’occupant du logement est un homme de 83 ans à qui elle rendait visite, dans le cadre de son travail. Ce dernier vivait seul depuis plusieurs mois, son épouse ayant été placée en Ehpad. Ce suivi social avait été mis en place après le départ de sa femme. Les militaires du GIGN, mobilisés sur place, retrouveront l’octogénaire, sans vie. L’homme aurait tué l’assistance sociale avant de se suicider.

Travailleur social : un métier à risques ?

Audrey Adam est décédée dans l’exercice de ses fonctions, comme les policiers, les pompiers, les militaires. Cette tragédie aura mis tristement en lumière le quotidien difficile des travailleurs sociaux. Manque de considération, de moyens, violence, risques psychosociaux, un malaise ressenti par l’ensemble de la profession. Après le drame de Virey-sous-Bar, ces professionnels du social ont tenu à exprimer leur tristesse et leur colère. Ils espèrent être entendus par les politiques.

L’action sociale est la principale compétence du conseil départemental. Elle représente plus de la moitié du budget global 2021 de l’Aube soit 229 millions d’euros sur 414,7 millions d’euros. Elle englobe notamment l’action médico-sociale en faveur de l’enfance et de la mère, l’aide aux personnes âgées, aux personnes handicapées, le RSA (le revenu de solidarité active). Audrey Adam travaillait pour le Département. Très ému par sa disparition, le président Philippe Pichery, qui s'était rendu sur les lieux du drame, a rendu hommage à l'assistante sociale. 

Une marche blanche a été organisée à Mergey dans l'Aube en hommage à Audrey Adam, assistante sociale, tuée dans le cadre de ses fonctions.
Une marche blanche a été organisée à Mergey dans l'Aube en hommage à Audrey Adam, assistante sociale, tuée dans le cadre de ses fonctions. © Chloé Barbaux / FTV

 

Le robot de l’hôpital de Troyes entièrement financé par le Département

Même s’il ne s’agit pas d’une de ses compétences directes, le conseil départemental de l’Aube a souhaité financer à 100 % le robot chirurgical Da Vinci X du centre hospitalier de Troyes. Coût de cette acquisition : 1,8 millions d’euros. Le Département a pu investir dans ce nouvel outil à la pointe de la technologie grâce à sa bonne santé financière, « on pouvait se le permettre » précise le président Philippe Pichery.

L’activité de chirurgie robotique a démarré fin septembre 2020 à l'hôpital de Troyes avec l’intervention d’une hernie abdominale suivie le lendemain d’une intervention sur une descente d’organes. Da Vinci X apporte une sécurité supplémentaire pour le patient et un confort de pratique pour le chirurgien. La machine retranscrit les mouvements des mains du praticien à l’aide de pinces articulées et miniaturisées. Moins invasive, cette technique permet aux patients de récupérer plus rapidement et de diminuer sa durée d’hospitalisation. Cet investissement du Département s’inscrit dans le cadre de son action en faveur de l’accès aux soins et de l’attractivité médicale du territoire.

 

Objectif JO 2024 : de nouvelles infrastructures pour l’escalade et l’aviron

Dans le cadre de la démarche Paris 2024 et les Jeux Olympiques, le conseil départemental mise sur deux importants projets. A commencer par la « CIME » (Complexe International Multisports et Escalade). Ce nouveau lieu doit ouvrir en 2023, à côté de Troyes, sur la Technopole de l’Aube en Champagne. Avec ses 5.000 m² de superficie, ce sera l’équipement d’escalade le plus important de France. Le mur en "L" s’étendra sur près de 2.000 m². La nouvelle structure comprendra également une aire d’évolution multisports adaptée au handisport avec une vingtaine de disciplines modulables (foot, handball, basket fauteuil, tennis, tennis de table, curling, sarbacane, boccia, torball) ainsi que du volley-ball et du badminton pour la catégorie valides. 18 mois de travaux sont nécessaires. Un chantier à 11,5 millions d’euros. Le Département, principal financeur, est également maître d’ouvrage.

Cette CIME permettra à l’Aube de renforcer sa candidature pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Le département espère accueillir des entraînements de sportifs de haut niveau. Le président actuel, Philippe Pichery a de grandes ambitions autour de ce projet, dont il espère des retombées nationales et internationales.

L'un des murs d'escalade du CIME de Troyes
L'un des murs d'escalade du CIME de Troyes © Axis Architecture

 Bientôt une base nautique au lac du Temple

Autre dossier autour des loisirs et du sport : la construction d’une base nautique sur le lac du Temple, à Mathaux. Objectif : accueillir la pratique du canoë-kayak et de l’aviron valide et handicapée (en compétition et en loisir). Ce projet, également prévu pour les Jeux Olympiques de 2024 de Paris, est évalué est à 1,9 millions d’euros. Il devrait voir le jour courant 2023. Les kayakistes de l’Aube l’attendent avec impatience. « Ça va nous ouvrir des possibilités immenses. On va arrêter de s’entraîner sur un âne pour passer au cheval de course » plaisante Caroline Bourry du comité Aube Canoë Kayak. « Le lac va nous changer du canal de Saint-Julien-les-Villas avec le courant et les algues dans les gouvernails, c’est galère ! » explique-t-elle. Les sportifs locaux attendent également de savoir dans quelle mesure ils vont pouvoir accéder à ce bassin d’envergure nationale.

Enseignement supérieur : une annexe de l’école de l’ESTP Paris (école d’ingénieur) dans l’Aube

L’enseignement supérieur est l’une des priorités du département de l’Aube. En 30 ans, le nombre d’étudiants a été multiplié par six, passant de 2.000 à 12.000, aujourd’hui.

Parmi les grandes écoles et formations de pointe, l’arrivée, il y a quatre ans, dans l'Aube, de l’ESTP Paris, école de référence internationale de la construction durable. Une antenne de l’Ecole Spéciale des Travaux Publics, du bâtiment et de l’industrie a ouvert dans les bureaux du Département, sur la Technopole de l’Aube. Une situation provisoire en attendant la construction de leurs nouveaux locaux. Le chantier a démarré à l’automne 2019, à côté de l'Université de Technologie de Troyes. Son coût global est de 13 millions d’euros hors taxes. L'école espère accueillir 300 élèves, à terme.  

Les vitraux du choeur de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes (17 mars 2016).
Les vitraux du choeur de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Troyes (17 mars 2016). © Alexandre Marchi/ MaxPPP

L’Aube, capitale européenne du vitrail

De la cathédrale de Troyes en passant par les églises rurales, l’Aube possède une collection de vitraux unique en Europe. Avec ses 9 000 m² de verrières, le département est le plus riche de France. Ce patrimoine exceptionnel met en lumière l’art du vitrail du 12ème au 21ème siècle.

Dans un an, un nouveau lieu sera entièrement dédié à ce savoir-faire. La Cité du Vitrail, propriété du Département, ouvrira au printemps 2022, à Troyes, dans l’enceinte de l’Hôtel-Dieu-le-Comte, après 4 ans de travaux. 3 000 m² d’expositions, d’ateliers pédagogiques, contre 300 pour l’espace actuel. Le site sera donc dix fois plus grand. Le coût global de cette extension s’élève à 16,4 millions d’euros avec le jardin de la Cité du Vitrail.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections