Elle terrorisait Saint-Dié, la chouette hulotte atterrit en maison de redressement

La chouette à l'isolement. / © LPO
La chouette à l'isolement. / © LPO

Les chouettes, c'est plutôt chouette. Sauf que cette chouette-là, une hulotte, les habitants de Saint-Dié-des-Vosges en Lorraine l'ont vue de près, trop près même : pendant des semaines, elle les attaquait à coups de bec. Depuis la semaine dernière, elle est à l'isolement.

Par Vincent Ballester

Un verrou, un sas de sécurité, des dispositifs occultants, du grillage, une caméra…  Parlerait-on de la maison d’arrêt de Strasbourg ? Que nenni. Il s’agit d’une des volières du refuge aviaire de Rosenwiller, où la fameuse chouette a été transférée après sa capture, il y a une semaine. Elle attaquait les habitants d'un quartier de Saint-Dié-des-Vosges depuis la mi-octobre.

Casque obligatoire

Outre ces mesures de confinement, l’unique personne habilitée pour la nourrir est obligée de porter une tenue spéciale… complétée par un casque de moto ! Point de fantaisie inspirée par les Daft Punk, ni surenchère sécuritaire pour éviter un nouvel accrochage avec le rapace. Il s’agit purement et simplement de déshabituer l’oiseau de toute présence humaine. Dès lors, le recours au casque et au reste est nécessaire…

La chouette souffre en effet d’imprégnation. C’est-à-dire qu’elle s’est habituée à l’être humain. L’hypothèse la plus probable est donc qu’elle se jetait sur l’être humain non pas pour l’attaquer… mais pour lui demander à manger. La faute peut-être à un particulier qui aurait tenté de domestiquer le rapace, avant qu'elle ne s'échappe ou soit relâchée dans la nature. Ce n’est pas pour rien que les experts déconseillent aux particuliers de tenter de domestiquer des renards, hiboux, ou autres fouines : l’expérience finit presque toujours mal.

C'est une première

Le processus en cours pour annuler l’imprégnation de l’oiseau devrait prendre plusieurs semaines. Les débuts sont, certes, encourageants. Mais l’expérience, conclue avec succès chez de jeunes spécimens, n’a jamais été tentée chez l’adulte : il s’agit donc d’une première, puisque le rapace est âgé de deux ans. Espérons pour la chouette que cela soit un succès et qu’elle retrouve une vie normale, dénuée d’hostilité pour l’être humain. Ce serait plutôt… chouette.



Sur le même sujet

Epernay : un dispositif de sécurité renforcé pour les Habits de Lumières

Près de chez vous

Les + Lus