Cet article date de plus de 4 ans

Fessenheim : 400 manifestants devant la centrale contre la fermeture

Les manifestants sont arrivés lundi matin dès 5h. Vers 10h, il y avait environ 400 personnes devant les grilles de la centrale nucléaire pour dire non au projet de fermeture de l'établissement fixé à l'horizon 2018. Le Conseil d'administration d'EDF doit se prononcer mardi sur ce dossier.   
© Stéphanie Mallauran
Piquet de grève, barrage filtrant, extinction symbolique des lumières : les salariés de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) étaient mobilisés ce lundi, à la veille d'une réunion décisive du conseil d'administration d'EDF, qui doit décider de la fermeture du site alsacien. Les salariés ont installé un barrage filtrant aux entrées du parking, afin de gêner l'accès au site nucléaire, a expliqué Jean-Luc Cardoso, délégué du personnel CGT. "Ce qu'on demande, c'est que le conseil d'admnistration écarte toute fermeture de la centrale", a-t-il ajouté.

Une marche à 17h30 dans les rues de Fessenheim

Au plus fort de la manifestation, en milieu de matinée, quelque 400 personnes se sont rassemblées devant les entrées du site, autour de feux allumés dans des fûts métalliques. M. Cardoso n'a pas été en mesure de préciser le taux de salariés en grève, mais il a indiqué que la mobilisation était de "90 à 100%" chez les équipes techniques du matin, qui sont toutefois tenues d'occuper leurs postes pour assurer la sécurité de la centrale. Les salariés, qui ont prévu de se mobiliser encore pendant la journée de mardi, doivent prendre part lundi à 17h30 à une marche à travers les rues du village de Fessenheim, qui sera pour l'occasion plongé symboliquement dans l'obscurité. La manifestation est co-organisée avec la mairie.

Tous les syndicats s'opposent à la fermeture anticipée de la centrale, où travaillent 850 agents EDF et environ 250 salariés d'entreprises prestataires. Outre les répercussions en termes d'emploi, ils mettent en cause le montant de l'indemnisation proposée, de l'ordre de 400 millions d'euros, jugé "ridicule", et les conséquences pour le réseau électrique. L'arrêt définitif de Fessenheim, promesse de campagne de François Hollande en 2012, est fixé à l'horizon 2018, quand EDF prévoit de mettre en service l'EPR de Flamanville (Manche). Afin de pouvoir lancer la fermeture anticipée du site alsacien, le conseil d'administration devra se prononcer mardi sur le protocole d'indemnisation conclu avec l'État français, son actionnaire à 85,6%.

Notre reportage sur le piquet de grève matinal devant la centrale haut-rhinoise :
durée de la vidéo: 01 min 23
Pression des salariés de Fessenheim à la veille du consiel d'aministration d'EDF ©France 3 Alsace


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
centrale nucléaire de fessenheim environnement nucléaire société