Fromelennes : KME France devrait sonner le glas du site ardennais

Publié le Mis à jour le
Écrit par Céline Lang

Un comité central d'entreprise extraordinaire se tient ce mardi 7 juillet, à Courbevoie. A l'ordre du jour, notamment, le projet de réorganisation de la société KME France SAS, qui devrait inclure la fermeture de l'établissement de Givet. 280 salariés sont concernés.

Après plus d'un an d'incertitudes quant à l'avenir du site ardennais, la décision devrait tomber ce mardi : la fonderie KME de Fromelennes près de Givet dans les Ardennes, qui fabrique des tubes en cuivre, devrait définitivement fermer ses portes. Une prise de décision attendue aujourd'hui lors d'un comité central extraordinaire, qui se tient à Courbevoie. 

L'arrêt de la production serait prévue pour le début de l'année prochaine. Mais malgré ce coup d'arrêt donné à la bataille syndicale, (lire ci-dessous) les salariés veulent encore espérer. Ils sont soutenus par l'Etat dans leur recherche d'un nouveau repreneur, qui annonce dans un communiqué du 23 juin dernier prendre note " avec satisfaction de la volonté exprimée par la direction et les représentants des personnels pour que les négociations se passent au mieux et [dit se tenir] à leur disposition pour les accompagner dans cette voie ".

Mobilisation des élus

Jean-Paul Bachy président de la région Champagne-Ardenne, a également écrit un courrier, daté du 3 juillet, au ministre de l'économie Emmanuel Macron. Il espère pouvoir compter sur lui " pour convaincre le groupe KME de reprendre des négociations en vue d'une reprise rapide du site, assurant le maintien des emplois, et l'avenir du potentiel industriel qu'il présente ". 

La loi Florange, de son côté, oblige KME France a rechercher activement un repreneur. Il avait été question d'une éventuelle reprise finlandaise (lire ci-dessous), mais les démarches n'avaient pas abouti.

Voir notre interview de Rachid Belkebir, délégué CFDT, dans le JT 12/13 de ce mercredi 8 juillet 2015

durée de la vidéo: 04 min 08
Fromelennes : KME France

 

Quelques étapes-clé
2014 : KME France, tout comme l'usine de Fromelennes, appartient au groupe italien KME. Un groupe qui a annoncé début 2014 vouloir céder tout ou partie de ses sites français. 
début 2015 : Deux repreneurs ont fait surface dans les négociations, dont un repreneur finlandais, au début de l'année 2015. il n'y a pas eu d'accord financier. 
mai 2015 : Un plan de "réorganisation des sites français" est annoncé par le directeur général de KME France Dominique Dexant au mois de mai
juin 2015 : la procédure de fermeture du site est lancée le 23 juin.