Grand Est : la SNCF ajuste l'offre ter à la demande

Depuis lundi 2 novembre, l'offre ter a été diminuée sur tout le Grand Est : certains trains supprimés ont été finalement remis en circulation, pour éviter des wagons trop bondés aux heures de pointe.
Un ter en gare de Colmar, mai 2020
Un ter en gare de Colmar, mai 2020 © Thierry Gachon. MaxPPP.
Depuis le 2 novembre et le début du deuxième confinement, seuls les usagers obligés d'utiliser les transports pour des raisons autorisées peuvent prendre le ter, et il s'agit dans le Grand Est principalement des collégiens, lycéens et des usagers se rendant à leur travail.

Du coup, la SNCF a réduit son offre en début de semaine, avant de se rendre compte que sur certaines lignes, il y avait un report trop important de voyageurs d'un train supprimé sur le train suivant.

Depuis le 5 novembre, la SNCF a donc remis quelques trains en circulation, passant son offre de 76% à 79%. "Toutes les lignes sont assurées", assure la porte-parole de la SNCF en Alsace. "En début de semaine, certains collèges nous ont remonté des difficultés rencontrée par leurs élèves, qui n'avaient pas pu monter dans certains trains bondés. Nous avons rétabli certains trains."

Dans un tweet, la SNCF demande à ses usagers de vérifier l'état de circulation des trains la veille à 17h :
 

Trains trop pleins

Certains s'inquiètent que les trains soient pleins et que respecter la distanciation sociale n'est pas possible à bord des trains. La porte-parole de la SNCF rappelle que "si chacun porte le masque en permanence sur son trajet, sans boire ni manger (sur un trajet court, c'est faisable), et en se lavant les mains au gel hydroalcoolique avant le départ, les risques de contamination restent restreints. Des ajustements sont possibles encore."

Pas assez de trains

Anthony a réagi sur Facebook à l'un des posts de la SNCF. Ce jeune salarié de 32 ans habite à Obernai et travaille à Strasbourg. Pour revenir le soir chez lui, il est obligé d'attendre 1h30. "Le train de 17h08 est trop tôt pour moi, celui de 17h40 a été supprimé, celui de 18h10 aussi, il ne me reste que celui de 18h40, ça fait vraiment tard pour moi. Du coup, je prends une voiture et je n'ai pas pris d'abonnement ter pour le mois de novembre.

Cet usager a été un peu choqué de voir que ponctuellement, cet été, son train comportait certains jours moitié moins de wagons que d'habitude. "En pleine pandémie, j'ai trouvé ça un peu limite", ajoute-t-il. Il a alors alerté son député, Philippe Meyer, qui lui a adressé le courrier qu'il a écrit à Jean Rottner, le président de la Région Grand Est. "Je ne sais pas si c'est ça qui a fait bouger les choses, mais depuis ce n'est plus arrivé", note-t-il, satisfait.

Mois gratuit


La SNCF a maintenant garanti à ses usagers un trafic assuré à 79% en semaine. Et le mois de novembre sera gratuit pour les usagers abonnés (donc pas de prélèvement au mois de décembre), la région Grand Est a décidé de faire un geste pour les voyageurs. En Alsace, 60% des usagers habituels sont des abonnés, contre 40% dans le reste de la France.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région grand est politique fusion des régions réforme territoriale trains régionaux économie transports