Haut-Rhin : les urgences de Guebwiller fermées de minuit à 7h jusqu'au 29 septembre, suite à des arrêts de travail

Les urgences de l'hôpital de Guebwiller sont fermées de minuit à 7 heures jusqu'au matin du 29 septembre. Une situation inédite, mais simplement due à une succession d'arrêts de travail. Les patients sont réorientés vers Colmar ou Mulhouse.
Jusqu'au 29 septembre, les urgences de Guebwiller resteront fermées la nuit
Jusqu'au 29 septembre, les urgences de Guebwiller resteront fermées la nuit © Jérémy Vannier

Ces deux prochaines semaines, les urgences du centre hospitalier Charles Haby de Guebwiller (Haut-Rhin) garderont porte close entre minuit et 7 heures du matin. Les patients nécessitant une prise en charge durant ces heures seront adressés aux urgences des hôpitaux de Colmar ou de Mulhouse.

Mais pas d'inquiétude. Il ne s'agit nullement d'une situation appelée à durer, ni d'une mise en péril de ce service. Simplement, ces derniers jours, les urgences de Guebwiller, qui fonctionnent en temps normal avec quatorze postes d'infirmiers, ont été confrontées à une série inédite d'arrêts de travail. Le 14 septembre au soir, "le dernier est intervenu une heure avant la prise de service de l'agent qui devait assurer la nuit", raconte le directeur de l'hôpital, Jérémy Vannier.

Ces arrêts n'ont pas de lien avec l'obligation vaccinale.

Jérémy Vannier, directeur de l'hôpital de Guebwiller

"Le plus dur était de prendre la décision, une décision contrainte et forcée. Ça a déprimé tout le monde, le médecin, l'équipe et moi" assure le directeur. Ces arrêts de travail en rafale, "ça nous est tombé dessus, on a vraiment été pris de court." Mais malgré le hasard malheureux du calendrier, ces arrêts n'ont "pas de lien avec l'obligation vaccinale" tient-il à préciser. "Ce n'est absolument pas lié à une suspension d'agents qui n'auraient pas présenté de certificat vaccinal. Et les personnes en arrêt de travail sont toutes vaccinées."  

Sachant que d'ordinaire, seuls 4 à 5 patients arrivent en pleine nuit, cette fermeture nocturne était un moindre mal. "C'est une situation conjoncturelle transitoire, qui nous amène à fermer très provisoirement, et dans des créneaux très limités" explique encore Jérémy Vannier.

90% des patients des urgences – environ 45 par jour – viennent en journée et en soirée. L'essentiel était donc de maintenir un fonctionnement optimal dans les créneaux horaires les plus fréquentés. Selon le directeur, l'équipe restante "s'est immédiatement mobilisée, et nous avons réaménagé les horaires, les temps de travail et les plannings pour pouvoir accueillir les patients jusque tard en soirée, afin d'absorber au maximum le flux que nous avons habituellement. Et de limiter les conséquences sur les services d'urgences des autres hôpitaux."

Jérémy Vannier espère une sortie rapide de cette situation "très transitoire", et un  retour à la normale d'ici le 29 septembre au matin. D'ici-là, les patients seront accueillis aux urgences de Guebwiller jusqu'à 22h30 au plus tard, afin de pouvoir assurer leur prise en charge pour minuit au plus tard.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société