• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

La “Duck race” à Mulhouse : une course solidaire avec une voiture (et un canard) à gagner

Les courses de canards, ou duck races, ont conquis le monde. Comme ici à Budapest, la capitale de la Hongrie, en 2014. (image d'illustration) / © Attila Volgyi, MaxPPP
Les courses de canards, ou duck races, ont conquis le monde. Comme ici à Budapest, la capitale de la Hongrie, en 2014. (image d'illustration) / © Attila Volgyi, MaxPPP

Une tombola sous forme de "duck race" (course de canards) est organisée à Mulhouse le dimanche 28 avril au profit des associations Le Petit monde de Hari et Familles solidaires. 12.000 canards seront lâchés dans l'Ill depuis le pont de Strasbourg et récupérés à la fin pour faire gagner des lots.

Par Vincent Ballester

Si vous collectionnez les canards, voici qui devrait assurer votre bonheur. Une "duck race" ("course de canards" en anglais) a lieu à Mulhouse le dimanche 28 avril 2019. Il s'agit en fait d'une tombola où chaque ticket correspondra à un canard en plastique jaune. Vous pouvez miser sur ce canard - et l'adopter à l'issue de la course s'il a gagné - pour la modique somme de 3 euros, comme indiqué dans la publication Facebook ci-dessous. Sur 12.000 canards à vendre, 6.000 ont déjà été achetés.

C'est un évènement à dimension caritative, car les profits doivent être reversés à deux associations: Le petit monde de Hari (qui soutient les personnes concernées par les naissances prématurées et le deuil périnatal, et qui informe sur ce sujet), et Familles solidaires (pour financer l'hébergement en collocation de personnes dépendantes). Concrètement, en 2019, les fonds réunis permettront respectivement d'équiper le service de néo-natologie de l'hôpital de Colmar, et de fournir une collocation de personnes âgées touchées par Alzheimer à Zillisheim (Haut-Rhin).
 
 

Canards à gogo et voiture à gagner

Daphnée Gernier, l'une des organisatrices, nous a expliqué comment ça se passerait au téléphone: "Il y aura trois courses, qui partiront du pont de Strasbourg jusqu'à la zone Pupa, après le pont Anna Schoen. Lors des deux premières courses, on lâchera à chaque fois 6.000 canards et on récoltera les 250 premiers canards en fin de parcours, également à chaque fois. Pour la troisième et dernière course, on lâchera ces 500 canards (250+250). Les 30 canards qui arriveront en premier lors de cette troisième course feront gagner des lots."

"Le gros lot sera une Toyota Aigo, mais il y aura aussi deux bons-voyage d'une valeur de 1.000 et 500 euros, des séjours en gîte ou spa, des tablettes et appareils-photos... Seuls ces trente canards pourront être récupérés par les gagnants, les autres seront conservés et réutilisés: il n'y a aucun risque qu'ils polluent et ce n'est pas notre but de ne pas respecter l'environnement!"

 "Le public pourra suivre l'évènement au plus près, depuis les berges. Cette duck race, qu'on organise depuis 2018 avec la Ville et les associations partenaires, s'inscrit dans le projet de réaménagement de ces berges. On installera aussi un village duck race sur la place du marché couvert de Mulhouse, avec animations et restauration." 

"Les places peuvent s'acheter en ligne, aux CSC Lavoisier ou Papin, au Carré des associations, ou au siège de Familles solidaires. Une semaine avant l'évènement, mais on n'a pas encore l'emplacement, on aura aussi un duck store: une boutique éphémère dans un camion mobile où, en plus des tickets, on pourra acheter plein de goodies canards!"
, ajoute Daphnée Gernier. Espérons que le jour de cette "duck race", il ne fera pas... un froid de canard. 
 

 

Les canards à la conquête du monde

Ce n'est pas la première course de canards organisée en France (par exemple à Amiens ou Toulouse), ni en Alsace. À Strasbourg, Batorama s'était essayé à l'exercice en lâchant 15.000 canards dans l'Ill pour fêter ses 70 ans, en mai 2017. Vous pouvez retrouver un extrait vidéo de cet évènement dans le tweet (ci-après) de Christian Laemmel, journaliste à France 3 Alsace.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus