• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Mulhouse : les Ephad attendent des mesures fortes pour la prise en charge des personnes âgées

Comme dans beaucoup d'Ephad, les conditions de travail sont de plus en plus difficiles / © Sebastien JARRY/MAxppp
Comme dans beaucoup d'Ephad, les conditions de travail sont de plus en plus difficiles / © Sebastien JARRY/MAxppp

Un rapport sur la dépendance doit être remis ce jeudi 28 mars à Agnés Buzin. La ministre de la santé a promis des mesures importantes pour la prise en charge des personnes âgées. Dans les Ephad, ces mesures sont très attendues par le personnel. Reportage à Mulhouse.

Par A.B.

C'est l'heure du déjeuner à l'Ehpad (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) de l'Arc à Mulhouse. Un moment critique pour le personnel. Au 2e étage, 4 aide-soignantes doivent prendre en charge 49 personnes. Les nourrir chacune, une bouchée après l'autre. "Là c'est le rush, on court de table en table pour être sûr que chaque résident a pu manger" nous explique Malika Fissli, aide-soignante à l'Ephad de l'Arc.

Des Ephad à bout de souffle. Le public y est de plus en plus dépendant. Des personnes âgées qu'il faut accompagner dans les gestes les plus élémentaires du quotidien. Les aider à se déplacer, à se coucher, les rassurer aussi. Un métier que Malika Fissli a choisi il y a 12 ans, par vocation. Mais avec le temps, elle a vu sa charge de travail augmenter considérablement. "C'est des cas lourds, il faut être à deux pour transférer certains résidents sur les fauteuils, à la douche, les retourner dans le lit. Alors je fais appel à ma collègue de l'autre aile du bâtiment. Mais elle aussi à 15 personnes à gérer", raconte Malika.

Un travail difficile. Et mal rémunéré. Après 12 années d'ancienneté, Malika Fissli gagne 1.400 euros net par mois. Des conditions peu attractives qui entraînent des difficultés de recrutement. Le directeur de l'Ephad, Christophe Bohli déplore un manque criant de personnel qualifié "on a recours aux CDD, aux intérimaires, mais ils sont rares. Il arrive parfois que les boîtes intérim avec lesquelles nous travaillons nous disent clairement, nous n'avons personne à vous envoyer".

Revaloriser les salaires, recruter du personnel pour alléger la charge de travail, les solutions existent pour sortir de la crise, encore faut-il les financer. A l'Ehpad de l'Arc, tous les yeux sont désormais tournés vers le gouvernement. Un rapport sur la dépendance doit être remis ce jeudi 28 mars à Agnès Buzin. La ministre de la Santé qui a promis des mesures fortes pour la prise en charge des personnes âgées.

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus