Mulhouse : un garçon de 14 ans poignardé au cours d'une rixe, trois jeunes interpellés

Un policier à Mulhouse, en janvier 2020. / © Vincent Voegtlin, MaxPPP
Un policier à Mulhouse, en janvier 2020. / © Vincent Voegtlin, MaxPPP

Une rixe opposant entre 60 et 80 jeunes des quartiers Coteaux et Wolf-Wagner s'est produite à Mulhouse (Haut-Rhin), le samedi 8 février dans l'après-midi. Trois jeunes ont été interpellés après une agression au couteau sur un garçon de 14 ans.

Par Vincent Ballester

Une rixe entre 60 à 80 jeunes a eu lieu à Mulhouse (Haut-Rhin), dans l'après-midi du samedi 8 février 2020. Elle a opposé deux groupes, l'un issu du quartier Coteaux (au sud du centre-ville) et l'autre du quartier Wolf-Wagner (au nord). Une précédente rixe avait failli avoir lieu le mercredi 5 février et s'était soldée par plusieurs interpellations.

Celle du 8 février s'est produite entre 14 et 15 heures. Chacun des deux groupes de 30 à 40 jeunes a tenté de se retrouver en se subdivisant en plus petits groupes, mais ont été repérés par les caméras de vidéosurveillance. Leur deuxième tentative a abouti, avant que les forces de l'ordre ne dispersent tout le monde. Au cours de l'affrontement, un garçon des Coteaux, âgé de 14 ans, a été poignardé dans le dos à deux reprises. De source policière, il a été atteint "à l'enveloppe pulmonaire", mais ses jours ne sont pas en danger.
 

Trois facteurs aggravants

L'auteur présumé des coups de couteau a été appréhendé à 17 heures. Il est âgé de 15 ans, mais en aura 16 le dimanche 9 février. "Il passera son anniversaire au commissariat", a relevé la police. Ses deux complices, âgés de 14 à 16 ans, ont également été interpellés. Les trois jeunes n'ont pas souhaité expliquer les raisons de la rixe ou de l'agression. La police espère qu'ils seront plus bavards au cours des auditions qui doivent avoir lieu le 9 février.

D'après la police, l'opposition entre les deux quartiers est connue. Mais la rixe du 8 février représente "une importance exceptionnelle, tant dans le nombre de jeunes impliqués que le niveau de tension". Les trois jeunes devaient être poursuivis pour le crime de "tentative d'homicide". Mais une correctionnalisation des faits a eu lieu. Ils sont à présent poursuivis pour le délit de "violences volontaires" avec trois facteurs aggravants : "en réunion", "avec arme", et "sur mineur de moins de 15 ans". Avec à la clé une peine potentiellement plus lourde : 15 ans d'emprisonnement.
 

Sur le même sujet

Les + Lus