Municipales 2020 à Mulhouse : plus de propreté, une promesse des programmes

Pour beaucoup de candidates et candidats, Mulhouse (Haut-Rhin) ne serait pas assez propre. / © Géraldine Dreyer, France Télévisions
Pour beaucoup de candidates et candidats, Mulhouse (Haut-Rhin) ne serait pas assez propre. / © Géraldine Dreyer, France Télévisions

Des rues plus propres, c'est l'un des enjeux des élections municipales qui ont lieu à Mulhouse (Haut-Rhin) les 15 et 22 mars. Les candidates et candidats s'accordent presque unanimement pour reprocher à la municipalité un laisser-aller en matière de propreté.

Par Vincent Ballester

Mulhouse (Haut-Rhin) va élire son nouveau ou sa nouvelle maire les 15 et 22 mars 2020. En attendant, les candidates et candidats à la magistrature municipale veulent lutter contre la malpropreté dans la ville.

Mulhouse n'est pas Paris. Elle n'est pas considérée comme la ville la plus sale d'Europe. Mais l'avis qu'a la population mulhousienne sur cette question a dû remonter aux oreilles de toutes les listes en lice. Le trop-plein d'encombrants s'étalant sur les trottoirs de la ville est régulièrement cité.
 

Réprimer, ou donner plus de moyens ? Pour une ville plus propre, les programmes des candidates et candidats proposent plusieurs pistes.
 

Michèle Lutz (maire sortante LR, Mulhouse en grand)

"Toute ville responsable doit agir sans délai pour réduire ses déchets et encourager à leur réemploi. Nous avons mis en place la brigade anti-incivilités. Nous instaurerons les dimanches du troc sur la place du Marché et testerons l'enlèvement des encombrants à la demande."

(voir sa page Facebook, son site de campagne, son programme)
 

Loïc Minery (EELV, Mulhouse cause commune)

"La réponse doit être globale. Les moyens humains du service propreté urbaine doivent être renforcés. Dans certains secteurs, il faut plus de poubelles. Un événement comme la Braderie doit être revu. Concernant les encombrants, il faut étudier la mise en place d'un ramassage à la demande en relation avec les acteurs du réemploi. Enfin, la sanction doit tomber quand l'espace public est peu considéré : mégots, encombrants...".

(voir sa page Facebook, son site de campagne, son programme)
 

Julien Wostyn (LO, Faire entendre le camp des travailleurs)

"Les éboueurs ont récemment fait grève, notamment pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. Améliorer la propreté, cela passe avant tout par permettre aux travailleurs qui s’en occupent de pouvoir le faire correctement : avec des effectifs suffisants et des salaires décents."

(voir sa page Facebook, son site de campagne)
 

Lara Million (LREM, Mulhouse en vrai)

"Le suivi de la propreté, comme de toutes les incivilités du quotidien, sera assuré par la création de 16 mairies de quartier."

(voir sa page Facebook, son site de campagne, son programme)
 

Fatima Jenn (DVC, Osons Mulhouse)

"À l’heure actuelle, le centre-ville est plus propre que les quartiers périphériques. Ce n’est pas normal, car la ville est un ensemble qui doit être traité de façon homogène. La propreté sera renforcée avec des actions citoyennes, et par le biais de la création de régies de quartiers."

(voir sa page Facebook, son site de campagne, son programme)
 

Christelle Ritz (RN, Rassemblement pour Mulhouse)

"Toutes les incivilités doivent systématiquement être verbalisées avec la mise en place d’une brigade dédiée à la propreté publique : elle circulera et verbalisera les contrevenants. En lien avec le SIVOM [syndicat intercommunal à vocation multiple; ndlr], nous mettrons en place une tournée mensuelle destinée au ramassage des gros encombrants."

(voir sa page Facebook, son site de campagne, son programme)
 

 Retrouvez les propositions des candidates et candidats à Mulhouse sur d'autres sujets :
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus