Stocamine : des travaux de sécurisation du stockage des déchets toxiques doivent débuter ce mardi 10 mai

Les premiers travaux de construction du barrage numéro 1 commenceront ce mardi 10 mai 2022, annonce la direction de MDPA, l'exploitant du site de Stocamine à Wittelsheim (Haut-Rhin). Les opposants au stockage illimité se disent surpris de cette décision.

Le feuilleton Stocamine, débuté il y a plusieurs années, n'en finit pas de rebondir. Avec l'annonce du lancement imminent des travaux par la direction de MDPA, l'exploitant du site, c'est un nouvel épisode qui débute. Cette décision prend les opposants au confinement illimité au dépourvu, certains n'ayant, semblerait-il, pas été prévenus.

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir communiqué se défend la directrice de MDPA, jointe ce lundi 9 mai par téléphone. "Une lettre d'information a été publiée et portée à la connaissance de tous les intéressés", affirme-t-elle.

Dans cette lettre d'information (voir ci-dessous), datée du 10 mars 2022, on y apprend que, par arrêté préfectoral du 28 janvier de cette année, des mesures conservatoires sont à réaliser dans les meilleurs délais. Cela nécessite un certain nombre de travaux dont :

- la préparation et l'achèvement des barrières de confinement n° 1, 2, 3, 4, 5 et 8 ;

- la création de la zone drainante ; 

- le remblayage des blocs vides B16 Et B26 ;

- le remblayage du bloc 15.

Il est précisé que le premier bétonnage est prévu courant avril 2022. "On a du retard à cause de problèmes techniques", se justifie Mme Céline Schumpp. Si tout se passe bien, les travaux devraient commencer ce mardi 10 mai précise-t-elle.

Sans attendre, donc, la fin de la procédure, prévue pour le printemps 2023, permettant, ou pas, l'autorisation d'un stockage illimité. Là aussi, la directrice tient à corriger ce qui lui semble mal compris : "Ces travaux ne doivent en aucun cas empêcher un déstockage, l’arrêté préfectoral est très clair : les travaux devant empêcher un déstockage ultérieur ne doivent pas être conduits".

Des opposants sceptiques

Ces arguments ne convainquent pas Yann Flory, le porte-parole du collectif Déstocamine. "On apprend par une journaliste allemande, ce matin, que les premiers travaux de confinement doivent commencer cette semaine mais sans plus de précisions". Ce qui lui fait penser que la direction, dans le flou entretenu sur la date, craint des manifestations.

Par ailleurs, Yann Flory ne manque pas de relever la contradiction entre la date de dépôt de dossier par la MDPA et l'échéance des travaux : "Il y a une procédure réglementaire en cours qui débouchera sur l'arrêté préfectoral, avec enquête publique, et d'ores et déjà le préfet ordonne les premiers travaux de confinement". L'accès aux déchets est toujours prévu, concède-t-il.

Une commission de suivi du site (CSS) doit se réunir le 6 juillet prochain, l'occasion pour les opposants au confinement illimité d'en savoir plus. "Il faudra attendre le 6 juillet pour savoir ce qu'il se passe dans cette entreprise où la transparence n'est pas toujours la règle". Rendez-vous est pris par le collectif pour avoir un avis officiel sur l'avenir du site.