Pour éviter aux écureuils de se faire écraser, ils ont créé un pont suspendu

La commune de Guebwiller (Haut-Rhin) a installé des câbles entre deux zones régulièrement traversées par les écureuils pour leur éviter des accidents. Ces corridors écologiques permettent de surcroît de sensibiliser aux dangers qui guettent la biodiversité.

Remplir des seaux de noisettes ou de noix pour attirer les écureuils. Depuis quelques mois, les agents des espaces verts de la commune de Guebwiller (Haut-Rhin) ont une nouvelle tâche à accomplir. Les écuroducs, ces installations qui permettent aux écureuils ou à tout autre petit animal arboricole de franchir sans risque un obstacle, nécessitent une phase d'apprentissage pour les principaux concernés. "On remplit les mangeoires pour les écureuils, pas pour les nourrir mais pour qu'ils sachent où se trouve la corde", explique Julien Garny, agent espaces verts. 

Le conseil municipal de Guebwiller a été le premier d'Alsace à voter et mettre en place ces constructions à vocation écologique, le 23 octobre dernier. Il faut dire qu'un certain nombre d'écureuils avaient été retrouvés écrasés sur l'avenue des chausseurs alpins, entre le parc de la Marseillaise et celui de la Neuenbourg. "D'un côté, ils avaient un endroit riche en noix et en noisettes, et de l'autre une zone plus tranquille ; alors il y avait beaucoup de va-et-vient entre les deux parcs", explique Yann Keller, conseiller municipal à Guebwiller.

Deux écuroducs existent à ce jour. L'un d'entre eux se situe dans un des parcs. C'est pour l'instant celui qui est le plus emprunté. L'autre relie les deux parcs et traverse l'avenue des Chasseurs-alpins. Celui-ci suscite encore la peur chez ces petits animaux roux. "Parfois, ils s'en approchent, commencent le trajet mais ils ne le font pas dans sa totalité, explique Yann Keller. C'est normal et on s'attendait à ça : ce sont de petits animaux qui ont peur des prédateurs, il faut donc leur faire comprendre qu'ils sont en sécurité s'ils empruntent ce câble. L'objectif était qu'ils le traversent régulièrement un an après la mise en place." 

Un outil de sensibilisation à la biodiversité

Les écuroducs, aménagés par une association spécialisée dans le domaine venue de l'Hérault, ont été suspendus entre deux tilleuls à 7,5 mètres de hauteur. Il a été conçu sur mesure avec de l'élastomère, une matière qui permet de ne pas endommager les arbres. "Le projet dans son ensemble a été pensé pour favoriser la biodiversité, confie Yann Keller.

Les écureuils ont un capital sympathie important. On a par exemple mis en place des animations avec 3 ou 4 écoles, avec toujours l'objectif de partir de l'écureuil pour aborder le sujet plus vaste de la protection de la biodiversité. On parle beaucoup du réchauffement climatique, mais en réalité, nous avons aussi un impact sur cette biodiversité.

Ça me rend heureux de surprendre les animaux dans leur milieu

Jean-Louis Zaepfel, photographe amateur

Jean-Louis Zaepfel est photographe amateur et habitant de Guebwiller. Il se réjouit de cette initiative car il apprécie beaucoup les écureuils, mais aussi parce qu'il incite à prendre conscience du monde qui nous entoure. "L'homme a l'impression que le monde tourne autour de lui, mais il y a plein de vies à côté qui sont d'ailleurs détruites à cause de lui, philosophe-t-il. Ça me rend tellement heureux de surprendre les animaux comme ça dans leur milieu, et encore plus de pouvoir partager ça avec les autres.

Dans cette veine pédagogique, la ville de Guebwiller organise des animations autour de l'écureuil roux et des écuroducs les jeudi 18 et vendredi 19 avril, ainsi que le 7 mai 2024.