VIDEO. Tour de France 2023. L'Alsace accueillera l'avant-dernière étape avec une arrivée au Markstein

L'avant-dernière étape du Tour de France 2023 se terminera en Alsace, et plus précisément au Markstein (Haut-Rhin). Découvrez le parcours en détail de cette étape longue de 133 kilomètres, qui aura lieu le 22 juillet prochain.

C'est désormais officiel, le Tour de France 2023 s'arrêtera bien en Alsace. La veille de l'arrivée à Paris, les coureurs auront une jolie étape de montagne à traverser, entre Belfort et le Markstein. Au programme de ce 22 juillet, l'ascension de six cols dont cinq répertoriés, rien que ça.

Nous vous l'annoncions le 20 octobre dernier. La plus grande course cycliste au monde retrouvera le territoire alsacien, quatre ans après un dernier passage en 2019, lors d'une étape entre Mulhouse et la Planche des Belles Filles.

Finalement, l'ascension du Grand Ballon par la route du Haag attendra. Pas de col "hors-catégorie" au programme donc, mais de véritables montagnes russes attendent le peloton, qui sera forcément usé après presque trois semaines de courses, et des étapes de haute montagne, d'abord dans les Pyrénées, puis dans les Alpes.

Avant de terminer au Markstein (comme au Tour de France Femmes de 2022), les coureurs auront plusieurs ascensions à aborder. En apéritif, une montée du Ballon d'Alsace (11,5 km à 5,3 % de moyenne) est prévue, dès la sortie de Belfort. Pour l'anecdote, ce col est considéré comme la première grande ascension du Tour de France. C'était le 11 juillet 1905.

118 ans et 11 jours plus tard, la descente du Ballon d'Alsace mènera vers les communes du Thillot et de Cornimont, dans le département des Vosges. La route va ensuite s'élever vers le col de la Croix des Moinats, à 891 mètres d'altitude, celui de Grosse Pierre (une courte montée de 3,2 km), et enfin celui de la Schlucht (non répertorié).

Le Haut-Rhin s'ouvre ensuite, avec une descente en direction de Munster, longue de 17,5 kilomètres. Avant une grosse ascension, celle du Petit Ballon, pendant 9,3 kilomètres (8,1 % de moyenne). Une descente, et on enchaîne avec le col du Platzerwasel, point culminant de l'étape (1 193 mètres d'altitude). Un peu plus de 7 kilomètres, et l'arrivée au Markstein est là.

Sur la future ligne d'arrivée, les locaux de l'étape se réjouissent déjà de voir le Tour passer sous leur balcon : "C'est vraiment une bonne nouvelle! Déjà que le Tour de France féminin, c'était une belle journée, alors le Tour masculin... C'est génial pour la station, et ça va faire un beau focus sur toute la région", sourit Emmanuel Volck, gérant du restaurant 1183, qui s'attend à voir près de 200.000 personnes dans le secteur.

Pour Julien Roesch, gérant d'un gîte, les retombées économiques auront un bel impact : "Comme toujours, ça va attirer du monde ! On aura peut-être une nouvelle clientèle, sûrement étrangère. Mais aussi des amateurs de vélo."

On va la jouer un peu chauvines !

Deux randonneuses croisées au Markstein

Deux randonneuses croisées au Markstein avouent ne pas suivre le Tour de France : "Mais là, on va la jouer un peu chauvines, on va regarder ! On est ravies pour le site. C'est une récompense pour tous les gens du coin", réagissent-elles.

Le parcours complet a été dévoilé au Palais des Congrès, à Paris. Plusieurs coureurs étaient présents, comme le Britannique Mark Cavendish, ou encore Tadej Pogacar, vainqueur en 2020 et 2021. Des acteurs et élus du secteur du Markstein étaient également de la partie.

Parmi eux, Cyrille Ast, président de la communauté de communes de la Vallée de Saint-Amarin n'a pas caché sa joie : "Sur le plan touristique, on met en avant notre territoire et notre très belle vallée. Que pouvions-nous rêver de mieux qu'une étape du Tour avec une arrivée au sommet ?"

"La volonté, c'est de montrer que si les Alpes et les Pyrénées sont incontournables, il y a d'autres très très beaux massifs en France, et notamment les Vosges. On l'avait vu la seule fois où les Vosges ont été placées à la veille de l'arrivée, au contre-la-montre de la Planche des Belles Filles!", ajoute le directeur du Tour de France Christian Prudhomme.

"Là c'est une étape en ligne et condensée, avec cette enchaînement très rude du Petit Ballon et du Platzerwasel juste avant l'arrivée. Donc il y vraiment de quoi dynamiter le peloton avant l'arrivée à Paris, et même après les Alpes! Et ceux qui connaissent ces routes des Vosges le savent", continue-t-il.

Je vais essayer de ma balader dans le coin pour vraiment repérer cette étape

Valentin Madouas

Coureur de la Groupama-FDJ

Le coureur de la Groupama FDJ David Gaudu, quatrième du dernier Tour, explique avoir déjà grimpé les cols vosgiens : "Ça restera une dernière étape très courte, et surtout explosive !". "Je vais essayer de ma balader dans le coin pour vraiment repérer cette étape, qui s'annonce très difficile de ce que j'ai vu au tour féminin", confie son coéquipier Valentin Madouas.

"Je ne connais pas les cols, avoue Tadej Pogacar, vainqueur du Tour en 2020 et 2021. Mais ça va être une étape très intéressante. Beaucoup de choses pourront arriver ce jour-là, et pendant tout le parcours d'ailleurs." En 2020, le Slovène avait renversé le Tour à quelques kilomètres du Markstein. C'était au sommet de la Planche des Belles Filles (Haute-Saône), déjà la veille de l'arrivée à Paris.