Face aux espaces verts vandalisés chaque année, cette maire exprime son ras-le-bol : "c'est l'argent du contribuable"

À la suite de nouvelles dégradations de ses espaces verts, la ville de Chaumont (Haute-Marne) a communiqué sa lassitude sur les réseaux sociaux. Chaque année, la ville est frappée par ces actes au "coût non négligeable".

À Chaumont en Haute-Marne, l'histoire se répète chaque année et elle ne fait guère d'heureux. Ce mardi 18 juin, les services de la ville ont communiqué leur ras-le-bol quant aux dégradations des espaces verts à répétition. Ces dernières semaines encore, plusieurs détériorations ont été constatées au centre de la ville, au square Boulingrin, au Boulevard Gambetta, sur l'avenue du Général Leclerc, au Jardin Agate Roullot ainsi que sur l'avenue Ashton.

"Des fleurs arrachées et piétinées par des chiens, des noisetiers tortueux se sont vu arracher des branches pour faire des bouquets limitant ainsi leur développement, des roses ont été arrachées, un tilleul planté cet automne a été cassé à 50 cm du sol, des fleurs volées au sein même des massifs". Une liste qui désole Christine Huillemy, maire (divers centre) de la commune : "le travail de nos équipes, qui font toujours en sorte d'embellir le mieux possible la vie des Chaumontais, est mis à mal. À cause de quelques imbéciles, c'est aussi l'impôt des habitants qui part de cette façon".

Des dégradations à un coût "non négligeable"

Pour la ville, ces actes à répétition ont un "coût non négligeable", selon la maire, "qu'il soit financier, environnemental ou en heures de travail". C'est pourquoi elle tient à communiquer sur la situation : "il faut que l'ensemble de nos concitoyens prennent conscience de ces coûts, mais également qu'ils soient attentifs, puisqu'on nous signale de plus en plus d'incivilités avec les chiens et leurs maîtres, qui ne respectent pas les règles de nos espaces verts".

"Ça arrive tous les ans au moment du printemps. Soit on nous arrache les plantes, soit on nous les vole, soit les gens pensent qu'il n'y a pas besoin de nettoyer les défections de leurs chiens parce que c'est dans l'herbe", constate la responsable de communication de la ville. 

Le travail de 29 agents saccagé

Pour les services de la ville, c'est un problème qui ne semble jamais prendre fin : "l'embellissement et le fleurissement de la ville sont pensés dès l'hiver. On ne propose jamais la même chose au Chaumontais. C'est irrespectueux par rapport à nos agents, les services en ont marre, certains font preuve de démotivation", regrette la responsable de communication.

Alors, si de tels actes se renouvellent, "des dispositions seront prises, à savoir stopper l'embellissement pour les saisons prochaines à certains endroits de la cité. Mais ainsi, on pénalise le plus grand nombre pour une poignée d'irrespectueux qui saccagent une année de travail pour nos agents", annonce la ville sur les réseaux sociaux. Chaque année, ce sont 29 agents qui s'emploient à entretenir et embellir 70,4 hectares d'espaces enherbés et 2,5 hectares de massifs, espaces verts et arbustes.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité