Un agriculteur attache son ancien vétérinaire de 78 ans à un arbre après l'avoir roué de coups

Publié le Mis à jour le
Écrit par Matthieu Mercier .

En Haute-Marne, un agriculteur a été arrêté le 22 novembre au soir, après avoir enlevé son ancien vétérinaire âgé de 78 ans. La victime très choquée, a été retrouvée attachée à un arbre en forêt.

Que s'est-il passé dans la tête de cet agriculteur quinquagénaire de Haute-Marne mis en cause et placé en garde à vue le 22 novembre au soir, pour avoir séquestré, enlevé et roué de coups son ancien vétérinaire ? Âgé de 78 ans, cet homme a été frappé à son domicile situé à Val-de-Meuse, puis a été emmené par l'agriculteur dans une voiture avant d'être déposé en forêt, peu après 20 heures. Des complices avaient été mis en cause, mais ils ont été remis en liberté.

L'ancien professionnel de la santé des animaux a été attaché à un arbre par cet agriculteur de 51 ans. Il est ainsi resté privé de tout geste, seul, jusqu'à minuit, lorsque les gendarmes sont venus le délivrer. Sous des températures avoisinant les 5 ou 6 degrés ce soir-là. L'agriculteur aurait par ailleurs menacé de tuer son otage. 

Le GIGN en renfort

Le procureur de Chaumont a été saisi de cette affaire révélée par le Journal de la Haute-Marne, et qui résonne particulièrement après le drame qui s'est noué dans le Pas-de-Calais. Un inspecteur du fisc a été tué par un "brocanteur" à l'occasion d'un contrôle. Le lundi 21 novembre, la veille de cette séquestration en Haute-Marne. 

L'issue a été moins tragique, bien que très traumatisante. Mais pour retrouver la victime, il a fallu négocier. "C’est en effet un acte qui nécessite du sang froid, pour le gérer au mieux, confirme Denis Devallois, le procureur de la République de Chaumont. La gendarmerie a bien travaillé là dessus. Je salue la réactivité de la section de recherche de Reims également avec la gendarmerie de Haute-Marne". Car l'agriculteur se déplace et demande que des biens lui soient restitués. 

Des moyens considérables ont été mis en place pour localiser la victime. Le procureur confirme à France 3 Champagne-Ardenne que les gendarmes, le GIGN et la section de recherche ont été mobilisés. Soit au total 140 personnes. 

Le GIGN a permis de négocier sur place avec succès. "C’est ce qui a permis que dans la nuit, le suspect soit interpellé sans que les choses se passent mal, et de retrouver la victime qui était seule attachée au milieu de la forêt", confirme le procureur. "Nous sommes conscients des conditions météo actuelles. Cette personne était en péril. Elle a été récupérée par les secours et elle bénéficie de soins. Mais elle a été molestée, a reçu des coups. Et cette personne a subi un traumatisme psychologique".

Le maire de la commune de 1 900 habitants, Romary Didier, a été prévenu le lendemain des faits, par la sous préfète à 10h du matin. "Je connaissais les deux protagonistes. L'agriculteur avait des procédures en cours. Et le vétérinaire est en retraite depuis longtemps. Hier je suis passé voir sa famille, dont sa mère alitée qui a 100 ans. Elle était restée seule suite au départ de son fils. Elle a ensuite été entourée de sa fille. La famille dit que l’issue aurait pu être plus dramatique".

Le suspect présenté à un juge d'instruction

L'ancien vétérinaire, bien connu dans le secteur, et qui exerçait encore il y a peu, est âgé de 78 ans. Il est donc resté plusieurs heures dans la nuit, de 18h à minuit environ attaché à un arbre. La justice refuse de livrer davantage de détails, l'enquête ne fait que démarrer. Selon le site Actu 17, "c'est finalement le peloton de surveillance et d’intervention (PSIG) de Joinville qui a localisé le suspect dans sa voiture à Poulangy, vers 23h30. Il est alors interpellé sans difficulté et révèle qu'il a attaché la victime à un arbre, dans la forêt de Fresnoy-en-Bassigny".

Les militaires se sont rendus sur place pour délivrer le septuagénaire, sain et sauf mais souffrant d’hypothermie. Le suspect mis en cause, "défavorablement connu de la justice", a été placé en garde à vue dans les locaux de la brigade locale de gendarmerie.

L'homme mis en cause va être présenté à un juge d'instruction ce jeudi 24 novembre dans l'après midi, pour une éventuelle mise en examen et sera placé en détention provisoire. Deux autres personnes placées en garde à vue, d'abord envisagées comme complices, ont été remises en liberté. L'agriculteur est poursuivi pour "enlèvement, séquestration et violence aggravée". Il est passible d'une peine de 30 ans de réclusion criminelle.

"Il a eu des démêlés judiciaires depuis une dizaine d'années, précise le procureur de Chaumont. L'homme reprochait au vétérinaire en retraite d’être celui qui a formulé des dénonciations. Il lui reproche la suite des démêlés depuis dix ans. Notamment des dénonciations de mauvais traitement envers ses animaux. Tout ceci va être examinés, pour que la lumière soit faite". 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité