Pour le député haut-marnais François Cornut-Gentille, le général de Gaulle peut inspirer les politiques d'aujourd'hui

Le général de Gaulle est devenu une des figures de référence des politiques. Mais qui se dit prêt à appliquer les valeurs qu'il défendait à la société d'aujourd'hui ? Réponses avec un gaulliste, François Cornut-Gentille, député LR de Haute-Marne, qui milite pour une nouvelle façon de gouverner .
 
Le député LR François Cornut-Gentille rend hommage au général de Gaulle pour le 50ème anniversaire de sa mort, à Colombey-les-Deux-Eglises, le 9 novembre 2020.
Le député LR François Cornut-Gentille rend hommage au général de Gaulle pour le 50ème anniversaire de sa mort, à Colombey-les-Deux-Eglises, le 9 novembre 2020. © Olivier Mayer/France Télévisions
Politiques de droite ou de gauche, beaucoup se réfèrent au général de Gaulle, tant il a marqué l'histoire de France. Pour François Cornut-Gentille, député Les Républicains de Haute-Marne, il doit montrer la voie pour une nouvelle forme de gouvernance. C'est ce qu'il défend dans son second livre "Savoir pour pouvoir. Sortir de l'impuissance démocratique", qui sort en janvier chez Gallimard
 

Charles De Gaulle toujours d'actualité

Pour François Cornut-Gentille, le général De Gaulle est plus que jamais d'actualité. Il le qualifie d'homme politique d'exception, qui « voit ce que les autres ne voient pas. » Il rappelle qu'il a su voir, avant les militaires, tout l'intérêt que la France pourrait tirer des chars, ne refusant pas les innovations. « Pour faire un parallèle avec la situation actuelle, la société étant en plein bouleversement, il ne faut pas tenter de régler les problèmes avec des visions d'il y a vingt ou trente ans.»
 

La crise sanitaire révèle les dysfonctionnements 

La crise sanitaire a été révélatrice de toutes ses insuffisances. Tous les sujets ont été bouleversés par la crise sanitaire, aussi bien des sujets classiques comme l'école ou la sécurité, que des questions liées aux nouvelles technologies, l'écologie, la transition énergétique et l'immigration dont on parle depuis dix à quinze ans. Le député dénonce la multiplication des textes législatifs. Pour gouverner, il préconise un temps de préparation beaucoup plus long.

Il pointe un manque de méthode. « Le Président Macron est trop centré sur lui-même pour envisager des mesures qui devraient être co-produites, analyse-t-il. Il y a, à l'évidence, un problème de fonctionnement institutionnel.»
 

Le Parlement tourne à vide

Ce que décrit François Cornut-Gentille, député depuis vingt-sept ans, c'est une course folle dans laquelle sont pris les parlementaires. L'Etat doit faire face à des problématiques multiples, complexes, et trouver des réponses, qu'il soumet sous forme de texte législatif aux députés. « Sous la 5ème République, le parlement doit soutenir ou ne pas soutenir le gouvernement. On est juste là pour voter pour ou contre des lois. On n'a pas le temps de réfléchir. »

L'Assemblée Nationale joue un rôle très faible depuis des années. Avec le crise du Covid, cela s'est amplifié. Les députés ont voté « des milliards et des milliards» sans aucun contrôle. L'outil parlementaire tourne à vide, et l'opinion publique a bien du mal à s'y retrouver. 
 

Deux livres pour gouverner autrement

Convaincu qu'il est possible d'améliorer le fonctionnement de notre système, François Cornut-Gentille a écrit deux livres, dans lesquels il prône une nouvelle façon de gouverner. Le premier est sorti il y a deux ans, "Gouverner", le second doit sortir en janvier prochain chez Gallimard et propose des solutions de nouvelle gouvernance aux hommes politiques.

« Chaque majorité arrive avec des bonnes intentions mais ça n'avance pas. Pourquoi ne parvient-on plus à faire avancer le pays ? Comment peut-on reprendre la main, au niveau de l'Assemblée Nationale ? »
Il pose des questions et propose des réponses.
 

Une nouvelle Constitution

De Gaulle a vu que l'outil dont disposait l'Etat n'était pas adapté au problème. Il a donc, d'emblée, souhaité changer la Constitution. Le député Les Républicains veut lui aussi changer de Constitution, et assigner de nouvelles missions aux parlementaires.

Sa priorité, permettre aux parlementaires de « produire du diagnostic », de réfléchir avant d'agir et de produire des lois. Second impératif: le gouvernement doit expliquer clairement aux Français la situation et les raisons pour lesquelles on produit ces lois.

 
"Charles De Gaulle n'a jamais infantiliser les Français", rappelle François Cornut-Gentille
"Charles De Gaulle n'a jamais infantiliser les Français", rappelle François Cornut-Gentille © Olivier Mayer Francetv
 

Ne pas infantiliser les Français

Le député s'inquiète de cette parole politique qui aujourd'hui infantilise les Français et ne s'adresse qu'à des catégories de personnes au lieu de s'adresser à l'ensemble. « On ne peut pas gouverner pour une catégorie, commente-t-il. Cette fois encore, il fait le parallèle avec Charles De Gaulle. Il disait la vérité aux Français. Il avait la capacité de parler et d'incarner tous les Français, par-delà les clivages politiques, il leur parlait clairement. »
 

Les temps ont changé

Le Grand homme comme avant, c'est fini. Dans une société d'information et de communication, on ne supporte plus de s'en remettre à une personne. Mais François Cornut-Gentille reste convaincu que de Gaulle doit nous inspirer sur le plan moral. Nous orienter entre idéalisme et pragmatisme. « De Gaulle savait gouverner, il avait un instinct naturel pour l'intérêt général, il n'était pas l'homme d'un clan, il a oeuvré pour la France. »

Et François Cornut-Gentille relève cette citation de Charles de Gaulle: « Longtemps, Churchill m'a pris pour un militaire ». Or « il échappait aux catégories sociales. Ni aristocrate, ni militaire, il avait une pensée singulière », conclut-il.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique histoire culture