Haute-Marne : grande journée de dépollution départementale organisée via les réseaux sociaux

Publié le Mis à jour le
Écrit par Céline Lang

Aux quatre coins de la Haute-Marne ce dimanche 6 octobre, des citoyens motivés se mobilisent dans diverses opérations de nettoyage de la nature. Des initiatives nées sur les réseaux sociaux qui invitent chacun à réfléchir à l'avenir de la planète tout en agissant très concrètement. 

La mobilisation est forte ce dimanche 6 octobre en Haute-Marne pour essayer de sauver la planète, ou tout du moins de rendre le cadre de vie plus agréable. Huit opérations de nettoyage de la nature sont en effet organisées simultanément à Langres, Chaumont, Nogent, Froncles, Poissons, Charmes, Neuilly-l'Evèque et au Lac de la Mouche. Une initiative départementale lancée sur Facebook, par l'administrateur de la page J'aime le 52 Valentin Maret. Le mot d'ordre est clair et prend la forme d'un slogan : "Aujourd'hui, j'arrête de prendre la terre pour une poubelle."

Différents collectifs se sont donc organisés pour appeler les citoyens au niveau local à ramasser les déchets qui polluent la nature. Armés de sacs poubelle pour déchets ultimes et de sacs de tri mais aussi de bouteilles en plastique pour ramasser les nombreux mégots, d'une paire de gants et de bottes, ils sont plus de 130 participants en tout à avoir répondu à l'appel. 

L’objectif de cette opération est d’offrir l’opportunité de réfléchir à nos comportements, à l’impact de nos déchets sur la nature, de faire un geste concret pour la protection de son environnement.
- Extrait de la page Facebook du ramassage organisé à Chaumont, au niveau du viaduc

Au bout de quelques heures de ramassage, le constat est assez alarmant dans les huit lieux à dépolluer choisis par les organisateurs. Des dizaines de sacs poubelle ont été remplis.

Une famille a même décidé d'alerter tout particulièrement les fumeurs qui, pour certains, rejettent les mégots mais aussi les paquets vides et emballages plastiques dans la nature. 
 

Une preuve que les réseaux sociaux, s'ils peuvent parfois être sources de challenges plus ou moins idiots ou dangereux, restent aussi un moyen pour les citoyens de mettre en place des actions concrètes et positives pour l'environnement.