MUNICIPALES 2020 : 3 choses à retenir du débat à Langres

Publié le Mis à jour le
Écrit par Cécile Banazik avec Fred Gramond

REPLAY - Eric Normand et Nicolas Corté ont reçu les principaux candidats aux élections municipales à Langres en Haute-Marne. Ils ont débattu face aux caméras de France 3 Champagne-Ardenne ce mercredi 11 mars 2020.

A Langres, ils sont cinq à briguer la mairie : Sophie Delong, maire sortante DVC, Paul Heny candidat Union de la Droite, Sophie Besson, tête de liste RN, Anne Cardinal de l’Union de la Gauche et enfin Benjamin Morel, représentant d’une liste participative.

Ils ont eu 30 minutes pour échanger sur trois thèmes qui font débat dans la commune : le collège unique, le plan de circulation et l’attractivité de la ville.

1 – Le collège unique


L’opposition est forte. Face à la maire sortante, ce sont trois candidats sur cinq qui sont vent debout contre le projet de fusion des deux collèges de Langres ; seul Benjamin Morel y est favorable. Le président du conseil départemental a signé l’acte d’achat mardi 10 mars, 5 jours avant les élections.
« Ça peut surprendre, reconnaît Sophie Delong. Le débat démocratique a eu lieu, les délibérations ont été votées par les assemblées. […] Cette signature s’inscrit dans le calendrier. »
Pourtant Paul Henry affirme que « la décision a été prise de façon technocratique, elle n’a pas été démocratique. Les Langrois n’ont pas été consultés. » Il souhaite renégocier ce projet s’il est élu.
 « Les deux établissements ont 750 élèves, souligne Anne Cardinal. Le projet, c’est un établissement de 600 élèves. Ça veut dire que l’on va perdre 150 élèves. Ils vont aller où ? » Pour elle, cela va à l’encontre de la politique d’attractivité de la ville.

 

2- Le plan de circulation


Là encore, les opposants à la maire sortante rejettent ce qui a été opéré lors du mandat de Sophie Delong. La plupart propose une remise à plat de ce plan de circulation voire de revenir à l’ancien système. « C’est mettre en place un comité de pilotage sur le marché, sur les activités du centre-ville », avance Sophie Besson.
« C’est symptomatique d’une méthode de gouvernance et de prises de décisions qui ne peuvent plus aller dans la politique aujourd’hui » ajoute Benjamin Morel. Là aussi il n’est pas le seul à reprocher une décision prise de manière unilatérale.
Sophie Delong se défend « J’écoute tous les Langrois. […] ils se plaignent de la vitesse et ils se plaignent du stationnement anarchique. […] Ce plan a été mis par obligation. »

3- L’attractivité de Langres


Les candidats qui s’expriment sont d’accord sur le rôle que peut avoir le tourisme dans l’attractivité d’une région à commencer par Paul Henry : « Le développement du commerce, le développement de l’activité sur Langres doit passer par le Parc National en partenariat avec tous les acteurs du tourisme du secteur. »
« Il faut également engranger un grand plan de tourisme et de communication sur le tourisme, ajoute Benjamin Morel. Il doit dépasser les frontières et doit appeler nos voisins européens du Nord à venir passer des séjours à Langres. »
Sophie Besson renchérit : « Je pense qu’il faut réinvestir sur le culturel. [...] Ça passe par de l’événementiel. Le but, ce n’est pas de plomber les finances de la ville, il faut que cela soit maîtrisé. »


A l'occasion de la précédente élection de 2014, c'est Sophie DELONG de la liste "au quotidien à vos côtés"qui a gagné l'élection à Langres avec 52,65% des voix exprimées. Didier JANNAUD, de la liste "bien vivre à Langres" étant en seconde position lors de cette élection, avec 47,34% des votes.

Nos invités pour ce débat :

Paul Henry (DVD) « Langres pour tous »

Sophie Besson (RN) « Agir en entreprendre »

Sophie Delong,  62 ans  médecin du travail, maire depuis 2014  (div centre) ; elle avait battu le maire sortant Didier Loiseau (UMP) dès le 1er tour . remportant l’élection au 2nd tour face au PS Didier Jannaud . Elle se représente pour un 2nd mandat . Pendant celui-ci, elle a du faire face à des démissions de 7 de ses colistiers sans compter ceux qui se sont éloignés de la majorité municipale.
Suite au départ de son 1er adjoint en 2018, elle avait tenté une ouverture en proposant  à l’opposition de siéger à ses cotés mais celle-ci a été trop exigente pour un aboutissement favorable. 

Benjamin Morel, 41 ans, tête de liste "maintenant j'agis", une liste participative élaborée sous l'impulsion de Christophe Minoux et Florence Marpillat, très impliqués dans le milieu associatif local, Benjamin Morel est président de l’association les murs ont des oreilles (qui a pour vocation de developper les initiatives regionales dans le domaine de la musique et des arts). 
Sa liste reunit 29 candidat-e-s de tous les quartiers, de toutes les catégories professionnelles et de tous les horizons politiques.
 

Anne Cardinal conseillère municipale d’opposition depuis 2014 et conseillère départementale socialiste depuis 2015 qui mènera une liste SE autour de Nicolas Fuertes (conseiller départemental PS) et Didier Jannaud,  actuel chef d’opposition municipale.

Sophie Besson, 33 ans, langroise d’adoption, autoentrepreneuse en office manager , est la candidate RN à Langres. C'est la 1ère candidaturedu parti de Marine le Pen à Langres.
 

Paul Henry, DVD, liste « Langres pour tous », est l'ancien président de l’Ucia, l'union des commençants de Langres, il a été conseiller municipal de 1995 à 2001. Il désapprouve la politique menée sous la mandature de Sophie Delong et souhaite menée une politique de proximité.
Dans son programme il demande, entre autre, l’autonomie du centre hospitalier de Langres pour le rapprocher de CHU de Dijon.

REPLAY : pour revoir ce débat c'est ici 

REPLAY - le débat des Municipales 2020 consacré à Langres
France 3 organise des débats en simultanés sur tout son réseau :Iframe :