Haute-Marne : Christophe Lesuisse, auteur-compositeur, sort son nouvel album créé au rythme des confinements

Christophe Lesuisse, auteur-compositeur, en Haute-Marne, a créé son album aux rythmes des différents confinements. Chaque titre de "Ôm" reflète un combat, une pensée à un être cher, l'amour des grands espaces, ses nombreux voyages. Son album est sorti pour la fête des mères, le 30 mai 2021.

Chaque titre de l'album, ÔME, reflète un combat, une pensée à un être cher, l'amour des grands espaces ou encore de la mer rencontrée au travers de ses nombreux voyages.
Chaque titre de l'album, ÔME, reflète un combat, une pensée à un être cher, l'amour des grands espaces ou encore de la mer rencontrée au travers de ses nombreux voyages. © Christophe Lesuisse

Christophe Lesuisse est 100% haut-marnais. Auteur-compositeur et interprète, il cultive son envie de création depuis plus de 20 ans. Sa guitare est sa fidèle compagne, même s'il affectionne aussi la batterie et le saxophone. Né à Saint-Dizier d'une maman institutrice et d'un papa tourneur chez Case "les tracteurs rachetés aujourd'hui par des Chinois"  précise-t-il. Comme pour rappeler la perte des savoir-faire made in France et la compétitivité à tout va. Christophe n'est pas du tout chauvin ou franco-français. Au contraire, c'est un homme du voyage. Troubadour, nomade, saltimbanque, c'est comme ça qu'il se définit. Il a cette sensibilité qui le rend humain et toujours prêt à se mobiliser surtout quand on s'en prend à la nature, mère nature et ses beautés. Il vit dans le monde et raconte ce qu'il voit et ce qu'il vit.
 

Christophe Lesuisse est 100% haut-marnais. Auteur-compositeur et interprète, il cultive son envie de création depuis plus de 20 ans.
Christophe Lesuisse est 100% haut-marnais. Auteur-compositeur et interprète, il cultive son envie de création depuis plus de 20 ans. © Christophe Lesuisse


Dans son nouvel album, "Ôm", sorti le 30 mai 2021, Christophe compose et interprète cinq titres dont chacun livre une partie de son histoire. Le confinement aura permis à l'artiste de prendre le temps pour exprimer ses émotions mais aussi partager des combats, comme celui de prendre soin et de protéger la nature.
 

Un arbre libre 

Le titre, un arbre libre, raconte l'histoire de ces tilleuls centenaires qu'on a abattus et qui lui a valu les foudres de la municipalité de Saint-Dizier car il s'est investi avec des riverains pour qu'on puisse les sauver. Une histoire qui a beaucoup mobilisé et qui a permis une suspension du projet. Du moins c'est ce que Christophe avait compris. Il part en vacances dans le Sud et, à son retour, il voit le chantier, pour déraciner les arbres bien engagé. "C'était très violent pour moi et c'est ce que je raconte dans cette chanson", explique Christophe. Cette chanson et ses paroles lui valent le mécontentement de certains. "Depuis je suis black listé, limite vu comme un activiste, s'indigne l'artiste. J'ai voulu faire un clip avec des élèves d'une école située près des arbres qui  avaient été abattus, j'avais obtenu toutes les autorisations et j'avais même filmé. Mais j'ai reçu quelques jours plus tard un appel de la direction me demandant de ne pas les utiliser", raconte-t-il. 

Pour ne pas faire de vagues, Christophe accepte et part se ressourcer dans le Sud où il aime y retrouver des amis. Il leur confie ce qui vient de lui arriver. Qu'à cela ne tienne, une amie directrice d'école lui propose de réaliser le tournage dans son établissement. Mais là, surprise, elle reçoit un refus de l'académie pourtant située à des centaines de kilomètres de Saint-Dizier. L'artiste poursuit l'élaboration de son album et profite de ces confinements successifs pour prendre le temps de rendre hommage aux personnes et aux éléments qui lui sont chers. 

Christophe Lesuisse, auteur-compositeur, haut-marnais, sort son album, crée au rythme des confinements

 

J'aime la mer 

Le titre "J'aime la mer" est un clin d'oeil mais pas qu'à la Méditerranée. Elle lui rappelle ces voyages. Même s'il admet être loin de la mer à Saintt-Dizier, il met en avant le lac du Der qui est un endroit remarquable où il aime se ressourcer et ajoute en rigolant, "j'ai même fait du voilier sur le lac, parfois il y a de belles vagues". Mais les plus belles, il les a côtoyées au travers de ses voyages. C’est dans l’océan indien, plus précisément à l’île Maurice, qu’il découvre une musique alors peu connue en France « le séga ». Un mélange de rythme binaire et ternaire sur des textes créoles métaphoriques. Mais aussi « le reggae », une musique qui l’inspire profondément et qui se retranscrit en grande partie sur son premier album "7ème Ciel".

Christophe Lesuisse, auteur-compositeur, haut-marnais, sort son album, crée au rythme des confinements


Ôm

Chaque voyage a marqué Christophe. Comme celui qu'il a fait au Cambodge après son périple en Thaïlande. Le voyage au Cambodge l'a beaucoup bouleversé et le titre Ôm vient de là. "Mon inspiration, vient d'un rêve que j'ai fait au Cambodge de ce bouddha où je m'élevais autour de lui. J'ai donc rêvé de lui et de ce que je dis dans cette chanson.  Quand je suis rentré en France, chez moi à Saint-Dizier, j'ai rencontré des moines tibétains, plus précisément des réfugiés, qui construisaient un mandala de la compensation et qui m'ont dit que le rêve que j'avais fait était un rêve d'initié." Et ce titre, c'est donc ce voyage au Cambodge, ce rêve et la rencontre avec ces moines tibétains. 

Christophe Lesuisse, auteur-compositeur, haut-marnais, sort son album, crée au rythme des confinements


Ton fils 

Son titre "Ton fils" est un hommage à son père. Son papa, trompettiste, lui aura transmis l'amour de la musique, mais aussi celle de la nature. Son grand-père joue un rôle prépondérant dans la vie de Christophe. Son premier album, "7ème Ciel", sorti, en 1996, est un hommage à cet homme né à Villiers-en-Lieu, village natal de Christophe où il vit toujours. Son grand-père était le chef de la fanfare du village. "Ton fils, c'est un hommage à mon père où je parle de mon rapport avec lui." Les mots parlent d'eux-mêmes : "pas besoin de mots pour dire qu'on s'aime, ce n'est pas la mort qui me l'enseigne".

"Mon père est parti subitement, je n'ai pas pu lui dire au revoir et cela a été difficile. Il y a 10 ans de cela. Comme c'était l'ancienne génération où on n'exprimait pas trop ses sentiments on ne sait jamais dit qu'on s'aimait mais je savais très bien qu'il y avait un lien très très fort entre nous avec tout ce qu'il m'a enseigné, la musique notamment." Un amour de la musique transmis de père en fils, depuis trois générations dans le même village. Le refuge de Christophe même s'il adore voyager et que, pendant 17 ans, il est parti vivre dans le Sud, près de Montpellier.
 

"Mon grand-père avec ma grand-mère . Il était le chef de la fanfare du village de Villiers-en-Lieu " confie Christophe Lesuisse.
"Mon grand-père avec ma grand-mère . Il était le chef de la fanfare du village de Villiers-en-Lieu " confie Christophe Lesuisse. © Christophe Lesuisse
Christophe Lesuisse, enfant, au micro, n'a pas le trac devant son public.
Christophe Lesuisse, enfant, au micro, n'a pas le trac devant son public. © Christophe Lesuisse
" Moi avec mon père. Papa est à droite de la photo et moi en deuxième juste avant lui", précise l'artiste.
" Moi avec mon père. Papa est à droite de la photo et moi en deuxième juste avant lui", précise l'artiste. © Christophe Lesuisse
Christophe Lesuisse, auteur-compositeur, haut-marnais, sort son album, crée au rythme des confinements


Alors pourquoi, Christophe qui adore voyager, revient toujours en Haute-Marne ? "Je me pose toujours cette question, dit Christophe en riant. Non, ce n'est pas vrai, j'adore la nature et la végétation qu'il y a ici dans l'Est, et je suis 100 % haut-marnais. Je vis dans mon petit village natal, à côté de Saint-Dizier où j'y est tous mes souvenirs et mes racines. J'ai une maison balinaise, tout en tek, sur pilotis. Un truc incroyable qui n'existe pas beaucoup, à mon avis dans la région, entouré de bambous. C'est très dépaysant. Aujourd'hui je vais entre la Haute-Marne et le Sud , où je retrouve mes amis, c'est cool et ça me va très bien."
 

"Je vis dans mon petit village natal, dans ma maison balinaise, tout en tek, sur pilotis. Un truc incroyable qui n'existe pas beaucoup, à mon avis dans la région", reconnaît Christophe.
"Je vis dans mon petit village natal, dans ma maison balinaise, tout en tek, sur pilotis. Un truc incroyable qui n'existe pas beaucoup, à mon avis dans la région", reconnaît Christophe. © Christophe Lesuisse


Et si Christophe devait se classer musicalement, il aimerait être classé en pop française. "Même si j'aime beaucoup la chanson française, je trouve que ça fait un peu vieillot comme terminologie, aujourd'hui, je préfère le terme pop française", confie-t-il. Les chanteurs qui l'inspirent sont Francis Cabrel et Maxime Le Forestier.  Et ce n'est pas un hasard s'il a choisi Thomas Cogny pour réaliser cet album. Il rencontre l'arrangeur et producteur lors des nuits de Champagne à Troyes en 2018, où justement, il y a Francis Cabrel. Pour Christophe, Thomas Cogny est la révélation des rencontres d’Astaffort organisé par les voix du sud sur l’initiative de Francis Cabrel et sous la bienveillance experte de Julien Doré.

"Quand j'ai vu ce qu'il avait réussi à faire, je me suis dit que c'était avec lui que je voulais créer mon album". Il le contacte et Thomas Cogny lui dit qu'il a un planning chargé, mais qu'il est d'accord. L'album se fait et sortira le jour de la fête des mères le 30 mai 2021. Disponible à la vente sur toutes les plateformes numériques et sur le site de l'artiste.
 

Christophe Lesuisse au Kenzy Bar
Christophe Lesuisse au Kenzy Bar © Christophe Lesuisse

Art bio 

À 55 ans, célibataire, Christophe touche tous les âges des plus petits aux plus grands. Il échange avec tout le monde même s'il préfère toujours la nature à la nature humaine. "La nature est notre terre, il faut en prendre soin et cela passe par les actes et la responsabilité des hommes." Pourquoi choisir la fête des mères pour sortir son album ?

"Car la mère, c'est aussi la mer et la terre qui reflètent tous deux l'esprit de mon album très nature qui rend hommage à ses beautés et à ses vertus. C'est aussi le cadeau pour toutes les mères et pour ma mère comme il y a une chanson qui parle de mon père, et bien sûr, c'est aussi un cadeau pour ma mère, forcément. Un cadeau à faire partager à tous. Un cadeau à offrir ou à s'offrir. Les titres s'enchaînent et touchent. Des paroles chantées, scandées parfois slamées. Des textes qui invitent à réfléchir."

Christophe Lesuisse, auteur-compositeur, haut-marnais, sort son album, crée au rythme des confinements


Christophe prépare déjà sa tournée. "Le public peut me voir le 16 juillet à Troyes dans un pub au barci-barla  et pour le moment, ce n'est pas confirmé pour la fête de la musique." Ensuite, l'artiste prévoit de faire une tournée dans toute la France en troubadour, en nomade, en saltimbanque. "Je vais jouer dans des endroits impromptus que je ne connais pas à l'avance, où j'ai envie de le faire. C'est comme ça que j'envisage de faire ma promo et mon album." De belles rencontres en perspective et une belle révélation pour le public.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture musique fête de la musique confinement : envie d'évasion santé société portrait