Immobilier : partenariat inédit entre les villes de Saint-Dizier et Aubervilliers pour construire des logements neufs

Le maire (DVD) de Saint-Dizier en Haute-Marne a annoncé le 17 mai un partenariat innovant entre sa commune et celle d’Aubervilliers en banlieue parisienne. Pour pouvoir construire dans la ville de Seine-Saint-Denis, les promoteurs devront également bâtir dans la commune haut-marnaise qui souffre de mal-logement. Une idée qui pourrait être dupliquée partout en France selon ses instigateurs.

Un partenariat original dans la construction immobilière a été annoncé au cours d’une interview sur RTL ce vendredi 17 mai par le maire de Saint-Dizier. Le divers droite (SE)  Quentin Brière a sollicité la commune d’Aubervilliers en Seine-Saint-Denis pour trouver une solution au mal logement, un problème très accentué dans sa commune de 23 000 habitants en Haute-Marne. 

Il a convaincu la maire de centre droit Karine Franclet de faire une demande originale aux promoteurs intéressés par des parcelles sur sa commune. "S’ils veulent construire à Aubervilliers il faudra d’abord construire à Saint-Dizier, en quelque sorte sa jumelle, qui manque cruellement de logements neufs. Les villes comme les nôtres ne peuvent s'en sortir que si elles font des alliances avec des territoires plus fort qu'elle", commente Quentin Brière.

Aucune construction privée à Saint-Dizier depuis 30 ans 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, selon Quentin Brière, aucun logement neuf privé n’a été construit dans sa ville depuis des décennies. "C’est simple, pendant une trentaine d’années, c'est surtout du logement social qui s'est fait ici parce que ce sont d'abord les bailleurs sociaux finalement qui ont un modèle économique pour pouvoir construire", explique l'élu.

"Le prix du mètre carré en centre-ville de Saint-Dizier le plus élevé que vous puissiez trouver c'est autour de 1400 euros du mètre carré, soit 10 fois moins que dans une banlieue chic parisienne", ajoute l’édile.  Les promoteurs s’intéressent moins aux lieux qui ne disposent pas de facilités de communication, or Saint-Dizier n’ a ni autoroute, ni TGV.

Selon l’élu, le problème, ce n’est pas la quantité de logements, mais bien la qualité. Les logements sociaux sont souvent peu adaptés aux familles et les autres logements sont donc anciens. Pour Quentin Brière, il y aurait cependant beaucoup de demande de logements à Saint-Dizier. Elles émanent d’un public très divers, militaires, jeunes couples ou retraités jusqu’ici hébergés à la campagne.

Une idée soufflée par Grand Paris Aménagement

 Pour être précis, cette idée de jumelage immobilier vient d’abord du directeur de Grand Paris Aménagement, Stéphan de Faÿ. Sans intérêt particulier dans l’affaire, Grand Paris Aménagement a suggéré le binôme avec la commune de Seine-Saint-Denis, car la structure travaille actuellement sur l’aménagement de terrains près du Fort d’Aubervilliers. Il a constaté une importante concurrence des promoteurs lorsqu’un terrain proche de la capitale est proposé. Il a estimé que la condition de construire dans une commune plus enclavée ne serait pas boudée.

Pour débuter, la commune espère pouvoir faire sortir de terre une quarantaine de logements dans de petits immeubles avec de grands balcons. Concrètement, une convention va être signée à la fin mai 2024 avec la ville d’Aubervilliers qui ouvrira la voie à des consultations, ce qu’on appelle un appel d’offres restreint. Cela permettra de faire une première sélection de promoteurs à l’automne de cette année afin de déposer des permis de construire dans les mois qui suivent. "Tant que le chantier n’aura pas démarré à Saint-Dizier, l’investisseur finalement choisi n’aura pas le droit de se lancer à Aubervilliers, assure Stéphane de Faÿ. 

L'Île-de-France a besoin de dynamisme

"Si cela ne se passe pas aussi bien qu’il le voudrait à Saint-Dizier, le porteur choisi aura toujours le projet à Aubervilliers pour rentrer dans ses frais. Mais notre but n’est pas du tout de mettre la commune haut-marnaise sous perfusion, se défend-il. La preuve sera peut-être faite rapidement qu’il y a un besoin et si ça se trouve, cela encouragera d’autres volontés à l’avenir, même sans jumelage ! " précise encore Stéphane de Faÿ. 

L’intérêt général mis en avant par la maire d’Aubervilliers

Si la motivation est très compréhensible quand on évoque Saint-Dizier, le gain pour Aubervilliers est beaucoup moins évident.  Contactée par France 3 Champagne-Ardenne, la maire de la commune Karine Franclet convient avoir d’abord été surprise.

"Mais j’ai vu que nous partagions les mêmes dynamiques avec Quentin Brière", déclare-t-elle. Nous avons tous les deux des territoires compliqués, simplement on se bagarre toujours pour l’intérêt général au lieu d’être dans la plainte".

Située en première couronne de Paris, la commune dispose de 47% de logements sociaux. Elle compte introduire de la mixité dans les logements à construire. Pour Karine Franclet, le partenariat immobilier est aussi la base d’une alliance plus large. Il y a beaucoup de connexions sportives ou culturelles entre nos villes. Par exemple, la salle de spectacle de Saint-Dizier peut servir de lieu de résidence à des compagnies qui peinent à en trouver

Une première en France qui pourrait faire des émules ?

Le maire de Saint-Dizier célèbre également l’engagement de son homologue et la solidarité entre des acteurs éloignés. "La première chose qu'elle m'a dite quand je lui ai expliqué le projet, c'est au fond pour la première fois peut-être Aubervilliers une ville du 93 ne sera pas une ville aidée, mais une ville qui aide et pour nous, c'est extraordinaire. Il faut trouver des modèles pour pouvoir construire dans toutes les villes de France en gros aujourd'hui". 

Pour la première fois peut-être Aubervilliers, une ville du 93, ne sera pas une ville aidée, mais une ville qui aide et pour nous, c'est extraordinaire.

Quentin Brière

maire DVD de Saint Dizier en Haute-Marne

Les maires alliés l’affirment, c'est une première en France. Et ils aimeraient que cela devienne un laboratoire pour beaucoup d’autres villes moyennes jusqu’ici injustement délaissées.

Mettant en avant les sondages et l’envie des français d’habiter dans des plus petites villes, le maire de Saint-Dizier a lancé un appel au président de la République pour qu’il s’empare de cette idée d’alliance entre des territoires.   

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité