Lorraine - Terre de thermalisme

Publié le Mis à jour le
Écrit par Aymée Daubigny

Longtemps laissées à l'abandon, les thermes de Nancy ouvrent de nouveau leurs portes aux curistes.

video title

Plombières 88 - Reprise de la saison thermale

C'est le début de saison pour les stations thermales vosgiennes de Bains-les-Bains et Plombières-les-Bains. Cette dernière, après la liquidation judicaire de l'établissement, espère beaucoup sur cette nouvelle saison.

L’eau de Nancy serait capable de soigner l’arthrose du genou. Des essais cliniques, d’une durée de sept mois, sont actuellement en cours pour déterminer si la ville peut bénéficier du label thermal.

En 1909, l’architecte Louis Lanternier découvre une source chaude. Trois ans plus tard, en 1912, la station Nancy Thermal est créée. Dès la première guerre mondiale, la ville lorraine abandonne ce secteur.

En France, une centaine de sites consacrés aux soins par l’eau existent. La majorité d’entre eux se situent dans le Sud et dans l’Est du pays. Près de 500 000 personnes visitent ces espaces dont les périodes de cure durent en moyenne 18 jours. En Lorraine, on dénombre cinq stations thermales : celle d’Amnéville-les-Thermes, de Contrexéville, de Bains-les-Bains, de Vittel et de Plombières-les-Bains.

Selon le Conseil national des exploitants thermaux (CNETh), douze domaines thérapeutiques sont reconnus par la Sécurité Sociale. Parmi eux, la rhumatologie, les voies respiratoires, les maladies cardio-artérielles, la phlébologie, la neurologie et la dermatologie. Grâce à ce type de prise en charge, certaines maladies peuvent être traitées telles que l’arthrose, la maladie de Parkinson, l’asthme et l’obésité.