Lorraine : le déploiement des voitures-radars privées s’accélère sur les routes de la région

Après la Meurthe-et-Moselle cet été, c’est au tour de la Meuse de disposer de plusieurs "voitures-radars à conduite externalisée". En clair, ces véhicules banalisés seront aux mains de sociétés et de conducteurs privés. Les forces de l’ordre seront affectées à d’autres tâches.

Après une expérimentation depuis 2018 dans d’autres régions françaises, le Grand Est devrait être à son tour équipé de "voitures-radars à conduite externalisée" d’ici la fin 2021. 39 véhicules spécifiquement équipés seront confiés à une société privée, Mobiom, qui a remporté le marché public pour la région.

La Préfecture de la Meuse a communiqué officiellement sur ce lancement en annonçant le début des contrôles privés à partir du 1er octobre 2021. La Meurthe-et-Moselle l’avait précédée en organisant la passation de pouvoir le 23 août dernier. En Moselle, la Préfecture annonce un déploiement avant la fin de l’année. Dans les Vosges, les services de l'Etat indiquent que "depuis la mi-mai 2021, la reconnaissance des axes sur lesquels porteront ces contrôles est en cours sur les routes du département. Quant au début des contrôles, il est prévu au cours du premier trimestre 2022".

Pour Thierry Monchatre, en charge de la communication de la Sécurité Routière au Ministère de l’Intérieur, le but "c’est de libérer les forces de l’ordre pour les affecter à d’autres tâches, comme les contrôles d’alcoolémie ou de stupéfiants, ou le dépistage des comportements dangereux au volant". Il confirme que le dispositif est à l’échelle du Grand Est, même si les véhicules seront "affectés" par département, "ils seront susceptibles d’être déployés partout". Traduction : dans la même journée, un véhicule-radar privé pourra effectuer des contrôles dans plusieurs départements, en empruntant par exemple un axe qui en traverse plusieurs.

Un seul conducteur au volant

Ces véhicules étaient auparavant conduits par deux policiers ou deux gendarmes. Désormais, un seul "conducteur" sera au volant. La Préfecture de la Meuse précise que "ni le conducteur, ni l’opérateur n’auront accès aux données enregistrées par les voitures-radars". Dans le même communiqué de presse, la Préfecture ajoute que ce sont les services de l'Etat qui détermineront les axes où s’effectueront les contrôles, " où sont relevées des vitesses excessives à l’origine d’accidents".

Opérateur unique dans le Grand Est

Les modalités de recrutement des conducteurs sont en ligne sur le site de l’opérateur choisi pour le Grand Est, qui ne précise pas exactement la nature de l’emploi proposé : il s’agit de "réaliser une tournée à dimension régionale communiquée par votre coordonnateur, au volant d’un véhicule équipé d’un équipement mobile de terrain" et de "respecter les procédures de travail établies (prise de poste; compte rendu de mission; signalement d’événements". Aucune mention des contrôles de vitesse.

Difficile d’en savoir plus sur ce prestataire de service, dont le site web ne comporte ni contact, ni activité précise en évoquant seulement comme spécialités de la "logistique optimisée", de la "mobilité pilotée" et des "prestations de services". Son espace recrutement compte aujourd'hui vendredi 1er octobre six offres d’emploi, dont cinq dans le Grand Est.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
automobile économie sécurité routière société sécurité