VIDEO. Les pompes à chaleur ont la cote, mais sont-elles adaptées au climat en Lorraine ?

durée de la vidéo : 00h07mn00s
Thibaud Diehl, responsable de l’espace conseil France rénov à l’ALEC Nancy Grands territoires (Agence locale de l’énergie et du climat) ©France3 Lorraine

L’hiver arrive, c’est le moment de s’équiper. Emmanuel Macron vante les mérites de la pompe à chaleur, mais ce mode de chauffage est envisageable sous certaines conditions et à un certain coût. Thibaud Diehl, responsable de l’espace conseil France Rénov à l’ALEC Nancy Grands territoires (Agence locale de l’énergie et du climat) fait le point en trois questions.

La pompe à chaleur est un chauffage électrique qui peut permettre de consommer deux ou trois fois moins qu’un chauffage électrique traditionnel. Il fonctionne avec des fluides frigorigènes qui changent d’état en passant d’un milieu extérieur, où les calories (de l’air ou du sol) sont captées et transmises dans l’habitation.  

Est-ce qu’une pompe à chaleur suffit pour chauffer un logement ?

"Il faut faire attention à son utilisation en période de températures négatives. L’idéal, c'est d’avoir un appoint et une relève de cette pompe à chaleur pendant cette période de températures négatives.

Bien sûr, avec ces compléments, ça coûte plus cher. On peut garder le système existant pour faire l’appoint et le complément pendant les périodes de grand froid, même si ce n’est pas ce que les pouvoirs publics nous poussent à faire, puisqu’on nous encourage à investir dans les pompes à chaleur".

Combien ça coûte ?

"Pour l’investissement, il faut compter environ 15 000 euros. Bien sûr, ça dépend de la puissance, des différentes installations, des tarifs des professionnels… Mais on peut estimer environ à 15 000, 16 000 euros pour une pompe à chaleur air-eau qui fait à la fois le chauffage et l’eau chaude. 

Il y a des aides qui peuvent être très importantes mais qui dépendent de votre revenu fiscal. Plus les personnes ont un revenu modeste, plus les aides de l’Etat vont être importantes. Elles peuvent aller jusqu’à 5 000 euros et elles sont complétées par des certificats d’économie d’énergie, ces primes qui peuvent aller jusqu’à 4 000 euros, toujours calculées en fonction des revenus".

 

Est-ce vraiment rentable ?

"La rentabilité est difficile à aborder, car elle dépend du prix d’investissement et des économies d’énergie. Ça dépend de la situation de départ, si on remplace du fioul, si on remplace de l’électricité ou du gaz. Le fioul et l’électricité directe sont des cas intéressants parce que ce sont des énergies chères. Le gaz est deux fois moins cher que l’électricité, donc il faut que la pompe à chaleur soit deux fois plus performante, et selon les météos, ce n’est pas toujours évident. En termes de confort ça ne va rien changer, votre chauffage chauffe toujours à la même température votre eau de chauffage ou votre eau sanitaire donc c’est vraiment le fonctionnement qui va déterminer si vous faites des économies ou non.

Il faut également faire attention à ce que le réseau électrique soit dimensionné pour alimenter en puissance électrique nécessaire. Parfois, il est nécessaire de revoir la puissance de son abonnement électrique. Avant d’envisager de s’équiper d’une pompe à chaleur, il faut donc demander à Enedis si la puissance du réseau est suffisante sur votre secteur".