Luxembourg : qu’est-ce qui attire les gens au Grand-Duché ?

À travers trois magazines, nous vous proposions de découvrir la politique adoptée par le luxembourg : culture, transport, économique. / © France 3 Lorraine
À travers trois magazines, nous vous proposions de découvrir la politique adoptée par le luxembourg : culture, transport, économique. / © France 3 Lorraine

À travers trois magazines diffusés sur France 3 Lorraine, nous vous proposions de découvrir plusieurs aspects du Luxembourg : culturel, commercial et transports. Comment ce petit pays développe-t-il ses différentes mesures ?
 

Par France 3 Lorraine

Si le Luxembourg ne compte que 600.000 habitants, le pays n’en demeure pas moins actif et développe plusieurs politiques pour faire tourner la machine.

La gratuité totale des transports

Plus de 100.000 frontaliers Français viennent travailler au Luxembourg tous les jours et ils ne sont pas les seuls, les Allemands ou encore les Belges viennent y sont nombreux. Tous les moyens pour rejoindre le pays sont bons : bus, trains, voitures. Aux heures de pointe, le pays est engorgé. Le gouvernement du Grand-Duché a proposé une mesure forte, qui sera mise en place dans un an, en 2020 : la gratuité totale des transports en commun. C’est une première mondiale. Pourquoi un tel engagement ?

17% des trajets sont effectués à travers des bus, des tramways ou des trains au sein du Luxembourg.

C’est une mesure que nous voyons comme sociale, elle aura le bénéfice d’être écologique 
Dan Franck, conseiller gouvernemental du Grand-Duché.

Le pays va devoir, en revanche, accepter le coût économique de cette décision. Au total, le financement pour les transports en commun est de 41 millions d’euros par an. Auparavant, les recettes des tickets et des abonnements venaient combler ces dépenses.

La gratuité pour tous devrait ravir les usagers. Pour autant, certains d’entre eux redoutent de ne plus pouvoir se plaindre si le service offert par les transports en commun est mauvais ou en-dessous de leurs attentes. Plusieurs syndicats s’inquiètent également de la montée du vandalisme sur les différents moyens de transports gratuits.

Retrouvez l’intégralité du magazine ci-dessous :
 

La culture du Luxembourg

Si le pays est petit, il n’est pour autant pas dépourvu d’Histoire. Au sein du Grand-Duché, plusieurs musées ouvrent leurs portes chaque jour aux visiteurs. Le Musée de la Forteresse par exemple, construit sur des anciennes fortifications autrichiennes, permet à la population d’en connaître plus sur l’Histoire du Luxembourg. Le musée est né d’une volonté populaire.

Là aussi, le pays mise sur la gratuité. Le musée de la Forteresse propose, depuis avril dernier, un accès libre à leurs visiteurs. 

C’est un premier pas pour abolir la peur des gens des musées 
François Reinert, conservateur délégué à la direction du Musée de la Forteresse

L’art au Luxembourg émerge petit à petit. Le gouvernement du Grand-Duché l’a compris et mise sur ses artistes du pays. "Ce qui est primordial pour nous, c’est de voir arriver plus de fonds dans la création nationale. C’est vraiment là que nous voulons axer notre augmentation de budget" indique Sam Tanson, ministre de la culture du gouvernement du Grand-Duché du Luxembourg.

Tout comme d’autres pays européens, le Luxembourg participe à la Nuit européenne des Musées au mois de mai.
 
 

Un centre-ville face au e-commerce

Même si des milliers de frontaliers viennent travailler chaque jour au Luxembourg, ils ne viennent pas forcément faire des emplettes. Comme en France, les magasins luxembourgeois font face au e-commerce. Pour autant, le pays ne se laisse pas abattre et trouve des solutions.

"On aménage notre espace public, de manière à ce qu’il soit attrayant. Il y a une zone pour les piétons et nous avons agrandi les parkings souterrains. C’est un centre-ville très animé" indique Serge Wilmets, premier échevin de la ville de Luxembourg.

Il faut combattre le feu par le feu. Pour contrer le e-commerce, le Grand-Duché a ouvert une plateforme en ligne, lancée en septembre 2018, qui met en avant les commerces luxembourgeois. Son nom ? "Letzshop".

"80% des résidents au Luxembourg achètent en ligne. Malheureusement, très peu de commerçants luxembourgeois proposent des ventes en ligne, ce qui amènent les clients résidents à acheter en ligne… mais ailleurs qu’au Luxembourg" explique Jerry Klein, directeur du projet Letzshop. Ce site permet donc aux commerçants d’avoir une vitrine numérique.

Un moyen intelligent, qui porte déjà ses fruits auprès de certains magasins. "Nous avons eu 4 à 5 commandes par jour grâce à Letzshop" se réjouit Pedro Da Silva, responsable commercial de la Librairie Ernster.

Au-delà de la ville de Luxembourg, seize autres communes financent le projet pour offrir à leurs commerces une aide numérique.
 





 

Sur le même sujet

Elevage visons de Spincourt -Meuse

Les + Lus