Arnaque au faux président : l'entreprise CDER de Châlons-en-Champagne escroquée de 15 millions d'euros

Une entreprise comptable de Châlons-en-Champagne, la CDER, a été victime d'une "escroquerie au faux président". Le montant du préjudice financier a été révélé lors d'une assemblée générale ce jeudi 18 février : 14,7 millions d'euros. 

La société d'expertise comptable, CDER, basée à Châlons-en-Champagne dans la Marne, a été escroquée de 14,7 millions d'euros, à cause d'une "arnaque au faux président" début janvier 2021.
La société d'expertise comptable, CDER, basée à Châlons-en-Champagne dans la Marne, a été escroquée de 14,7 millions d'euros, à cause d'une "arnaque au faux président" début janvier 2021. © Googles Maps

Le montant du préjudice de "l'arnaque au faux président" a été dévoilé par la CDER ce jeudi 18 février. Et il est faramineux. La société CDER, basée à Châlons-en-Champagne (Marne) a été escroquée de 14,7 millions d'euros. Il s'agit de la plus grosse attaque de ce genre en France. Lors de l'assemblée générale annuelle de la CDER, animée par le président Hervé Jacquinet et le directeur du cabinet comptable Eric Folliet, l'entreprise a annoncé le montant exact de l'escroquerie dont elle a été victime. 

Un chiffre record en Europe et en France. La deuxième plus grosse attaque du genre était également une FOVI (escroquerie aux faux président ou faux ordre de virement) et avait été enregistrée par un autre cabinet comptable : KPMG en 2012 avec un montant estimé alors à 7 millions d'euros. La société CDER tient à préciser que la méthode est connue et n'est pas en soi une cyber-attaque. "Les escrocs utilisent de faux mails, ils font des enquêtes sur une entreprise, trouvent qui a la responsabilité de faire des virements avec un scénario identique : ils disent à la personne qu’ils veulent manipuler que l’entreprise est sur le point d’acheter une autre entreprise et que c’est confidentiel".

En l'occurence pour le cas de la CDER, "ces escrocs ont raconté que cette transaction se faisait sous le contrôle de l’autorité des marchés financiers. Par le biais d’échanges par mail, WhatsApp et par téléphone, et avec de fausses factures. Cela n’a rien à voir avec avec une cyber attaque, nous précisent encore les responsables de la CDER. La seule chose qui a été faite par Internet, c’est la création de deux fausses adresses email". La personne qui a effectué les virements a été licenciée pour faute grave.

Cette société, le CDER, créée en 1956, a été victime d'escrocs qui ont tout de même pris le contrôle du matériel informatique et du téléphone du président de l’entreprise châlonnaise. Ces malfaiteurs bien organisés auraient profité des conditions inhabituelles liées à la Covid 19, télétravail et relations à distance. Deux plaintes pour "escroquerie et usurpation d’identité" ont été déposées le 6 janvier auprès de la procureure de la République de Châlons-en-Champagne, qui a ouvert une instruction.

Une attaque d'une "ampleur considérable"

"Il s'agit d'une attaque au FOVI, je veux rassurer les adhérents pour leur dire que leurs données personnelles n'ont pas été piratées", voulait tout de même rassurer le président Hervé Jacquinet ce jeudi 18 février, lors de l'AG en visio-conférence. Alors que l'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 57 millions d'euros en 2020, cette attaque est d'une ampleur considérable, mais là aussi le président se veut rassurant. "Les réserves accumulées depuis 65 ans permettent de faire face à cette escroquerie"

"C'est un véritable lavage de cerveau dont a été victime la responsable comptable qui a effectué les virements",  expliquait à France 3 Champagne-Ardenne, l'avocat de la société CDER, Maître Gérard Chemla. Il ajoutait que cette employée vient d'être mise à pied par l'entreprise.  "C'est un mode opératoire connu, éprouvé. Ces escrocs internationaux sont très bien organisés. Ils font une enquête, et ils rentrent dans un environnement qu'ils ont étudié auparavant. Ils rentrent dans les failles informatiques depuis l'étranger où ils se trouvent." 

Pour éviter ces arnaques très lucratives pour la grande criminalité, la commissaire Anne-Sophie Colbois de l’OCRGDF  conseille auprès de nos confrères de Franceinfo, de "ne pas céder à l’urgence même si les circonstances peuvent nous y pousser".
 

Rester calme. Parler de la commande avec un autre collègue pour voir quel est son avis. Et dans le moindre doute, contacter sa banque pour essayer de rapatrier les fonds avant de venir éventuellement déposer plainte. 

commissaire Anne-Sophie Colbois de l’OCRGDF

Les réseaux criminels sévissent sur tout le territoire, mais aussi en Belgique et en Suisse, où les enquêteurs français travaillent avec leurs homologues francophones. Mais en Europe, jamais une autre attaque de ce genre n'avait engendré un tel préjudice. A noter également que cette attaque est à placer au 4ème échelon des plus gros "braquages" jamais connus en France. Il devance désormais le braquage appelé "casse du siècle" réalisé le 5 novembre 2009 par Tony Musulin qui avait attaqué son propre fourgon.

La police conseille de ne pas céder à l’urgence même si les circonstances peuvent nous y pousser.
La police conseille de ne pas céder à l’urgence même si les circonstances peuvent nous y pousser. © M.Hassan, Pixabay

Top 5 des plus grosses escroqueries et braquages en France :

1- Carlton de Cannes : 103 millions d'euros

Lors d'une exposition de bijoux le 28 juillet 2013.

 

2- Joaillerie Harry Winston : 80 millions d'euros

La boutique avenue Montaigne a été braquée à deux reprises en 2007 et 2008 pour un montant total de 80 millions d'euros

 

3- 20 millions d'Euros de timbres

Attaque d'un fourgon remplit de timbre poste pour 20 millions d'euros en février 2015

 

4- Attaque informatique du CDER : 14,7 millions d'euros 

Attaque au faux président pour un montant de 14 millions 700 000 euros ! 

Décembre 2020 / Janvier 2021. Plus importante attaque du genre en France et en Europe.

 

5- Attaque de Tony Musulin : 11,5 millions d'euros

Le convoyeur de fond braque son propre fourgon pour 11,5 millions d'euros.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société