À Châlons-en-Champagne, 220 voitures de fidèles présentes à la messe drive inédite en France

Publié le Mis à jour le
Écrit par Florence Morel avec Mathilde Kaczkowski

Ils respectent leur culte, la loi et les mesures sanitaires. L'évêque de Chalons-en-Champagne organise ce dimanche 17 mai une messe drive inédite en France. De quoi contenter croyants et préfecture.

"Il n'y a aucune volonté de contourner quoique ce soit." Florent Masson, responsable de la communication du diocèse de Châlons, n'y va pas par quatre chemins. Cette messe drive, inédite, se déroule dans le respect de la loi, des règles sanitaires et surtout dans l'intérêt des croyants, privés de messe depuis le début du confinement. En tout, 220 voitures de fidèles ont fait le déplacement.

"Tout s'est organisé lors de séances de travail avec le préfet, qui nous a donné les autorisations. Nous n'avons enclenché aucune communication tant qu'il n'y avait pas son accord. Nous avons élaboré un protocole sanitaire et de sécurité très précis pour s'assurer que nous respections la sécurité et la loi", précise le religieux.



Aucun piéton accepté

Ce dimanche 17 mai, tous ont rendez-vous au Capitole de Châlons-en-Champagne dans leur voiture. Pas de covoiturage et uniquement des personnes habitant le même foyer. Tous les véhicules doivent être équipés de gels hydroalcooliques, la communion se faisant sur les mains une fois celles-ci désinfectées. Les paroissiens suivront l'homélie sur leur autoradio.  
 

"Au moment de la communion, on se désinfecte les mains, et les prêtres et les diacres portent des masques et se désinfectent également. Les hosties sont couvertes, les gens restent dans leur voiture. Quand la messe sera terminée, les gens repartiront en voiture sans en être sortis", souligne Florent Masson.

Y aura-t-il d'autres messes à venir ? L'idée n'est pas à exclure pour le jeudi de l'Ascension, mais pour l'heure, il faut attendre un nouvel accord de la préfecture, ainsi que la position du Conseil d'Etat. "C'est possible si on nous en donne le droit, des personnes de la police sont sur place et diront si ça s'est bien passé. Si les gens sont raisonnables, il ne devrait y avoir aucun souci", conclut le diocèse.