Châlons-en-Champagne : Banque Alimentaire et Lions Club construisent une pyramide pour lutter contre la faim

Construire une pyramide de boîtes de conserve de 4 mètres de haut : c’est l’objectif à atteindre pour les représentants du Lions Club et de la Banque Alimentaire de la Marne. L’opération se déroule à Châlons-en-Champagne et permettra de lutter contre la précarité.

Pari tenu... Plus de 10 000 boites de conserve ont été collectées au profit de la Banque Alimentaire et des plus démunis du secteur de Châlons-en-Champagne.
Pari tenu... Plus de 10 000 boites de conserve ont été collectées au profit de la Banque Alimentaire et des plus démunis du secteur de Châlons-en-Champagne. © X. Claeys / France Télévisions

Objectif : collecter plus de 10 000 boîtes de conserve. "Depuis 7h30, sur la place du Maréchal Foch à Châlons-en-Champagne, les équipes sont en place pour monter la pyramide, explique Jean Donard, délégué pour la lutte contre la faim au Lions Club région Grand Est. Dans les 13 centres de collectes dans Châlons et autour de la ville, les équipes sont sur place depuis 8h30 et ça travaille bien. On a déjà beaucoup de dons. L’ambiance est bonne et on espère atteindre notre objectif, c’est-à-dire, plus de 10 000 boîtes de conserve".

Le défi a été lancé par le Lions Club du Grand Est à la Banque Alimentaire de la Marne. Un défi de taille : pallier l’augmentation de la précarité sur le secteur et lutter contre la faim de plus en plus prégnante. Pour cela, le Lions Club et la Banque Alimentaire ont mis sur pied une grande collecte ce samedi 22 mai avec un but original : la création d’une pyramide de boîtes de conserve de quatre mètres de haut.

 

Sur une base solide, la pyramide atteindra quatre mètres de haut.
Sur une base solide, la pyramide atteindra quatre mètres de haut. © X. Claeys / France Télévisions

 

"Cette pyramide est un symbole, une œuvre éphémère pour solliciter le don et puis montrer la solidarité des châlonnais envers les gens qui sont précaires. C’est remettre au goût du jour la solidarité. C’est une façon originale, pour capter l’attention et surtout demander à la population d’être non seulement bienveillante et donatrice".

 

En hommage à Nicolas Appert aussi

"Il y a 27 ans avait déjà été faite une pyramide avec une association qui n’existe plus aujourd’hui, l’association Nicolas Appert, et le Lions Club, reprend Jean Donard. On s’est dit que pour rendre hommage à Nicolas Appert, ce grand châlonnais qui a inventé l’appertisation, les boîtes de conserve, il était bon de refaire une pyramide en son honneur". Nicolas Appert est né à Châlons-en-Champagne en 1749. Son livre publié au début du 19e siècle : "Le livre de tous les ménages ou l’art de conserver pendant plusieurs années toutes les substances animales ou végétales" résume ses travaux. C’est bien lui l’inventeur de la conservation longue durée et donc de la boite de conserve.

Et puis cette grande opération est surtout "pour la Banque Alimentaire en sachant qu’actuellement au niveau de la précarité, on a de plus en plus de demandes de repas", reprend Jean Donard.

 

13 points de collectes toute la journée

Pendant que les étudiants de l’école des Arts et Métiers de Châlons-en-Champagne aidés par les militaires du service volontaire se relaient pour monter la pyramide, les châlonnais, eux, donnent dans les 13 super ou hypermarchés de la région.

"C’est comme toutes les collectes de la banque alimentaire, on prend également tout les autres produits, explique encore Jean Donard du Lions Club. Mais étant donné que l’on a un challenge avec des boîtes de conserve 4/4 comme on dit, ronde de 800 grammes, on préférerait que l’on nous donne que des boites de conserve". Les habitants de la région châlonnaise peuvent donc donner, aux bénévoles présents dans les supermarchés. Ils peuvent aussi se rendre sur la place du Maréchal Foch à Châlons, à la fois pour apporter directement leurs boîtes de conserve, s’ils le souhaitent, mais aussi pour encourager les équipes. "Ils sont quatre par tranche horaire qui se relaient. On a un architecte en chef qui les commande. Et une fois que cela sera haut, ce sera une nacelle qui permettra de poser les boites. Il faut une base solide et ensuite, on monte, on monte. On a prévu pour plus de 10 000 boites et on espère arriver à plus de 4 mètres soit 30 rangs… La pyramide sera terminée vers 16-17h. Il faut qu’elle soit belle, il faut qu’elle soit grande. Ce sera une pyramide à quatre faces et quatre arrêtes".

 

Les élèves de l'école des Métiers d'Art de Châlons aidés par les militaires du service militaire volontaire montent boîte après boîte la pyramide.
Les élèves de l'école des Métiers d'Art de Châlons aidés par les militaires du service militaire volontaire montent boîte après boîte la pyramide. © X. Claeys / France Télévisions

 

25% de hausse de la précarité en un an

Les demandes de repas sont en hausse constante : personnes seules, en recherche d’emploi et surtout la précarité des étudiants est de plus en plus visible ces derniers mois. C’est le constat réalisé par l’ensemble des associations que fournit la Banque Alimentaire. Secours Populaire, Secours Catholique, Emmaüs, Centres d’actions sociales (CCAS), Restos du Cœur, Epiceries Sociales toutes doivent faire face à une précarité en augmentation permanente. "La hausse est de plus de 25 % sur une année. On sent une montée de cette demande de repas, d’aides, pour lutter contre cette précarité, cette détresse qu’ont certaines personnes. Ca peut arriver à tout le monde", explique encore Jean Donard.

La banque Alimentaire représente 5 000 centres répartis dans toute la France. Leur but est de donner des ressources à toutes les associations organisant des distributions solidaires. Pour la Marne, le dépôt central est à Reims et des antennes à Châlons-en-Champagne. "Tout est redistribué. La Banque Alimentaire n’achète rien. Elle reçoit des dons et redistribue".

La pyramide de boîtes de conserve de Châlons-en-Champagne sera démontée très vite pour pouvoir ensuite distribuer l’ensemble des dons au plus démunis. "On espère faire ce genre d’opérations, dans toutes les villes du Grand Est, l’année prochaine. Essayer de faire une émulation et faire un événement local pour la solidarité ".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société alimentation confinement santé covid-19 déconfinement