Epernay : pourquoi le conseil municipal a voté contre le « Dry january » ?

La ville d'Epernay fait la promotion du champagne sur son territoire. Elle s'insurge contre le "dry january", ce mois de janvier sans alcool et donc...sans champagne. / © Pixabay
La ville d'Epernay fait la promotion du champagne sur son territoire. Elle s'insurge contre le "dry january", ce mois de janvier sans alcool et donc...sans champagne. / © Pixabay

Lundi 16 décembre le conseil municipal d’Epernay a voté contre l’opération « Dry january ». Un « janvier sec », sans alcool qui prend de l’ampleur et inquiète les producteurs de champagne. 

Par M.M. et S.V.

Dans la ville du champagne, on ne rigole pas avec l’une des principales mannes économique du secteur. La mairie d’Epernay a voté lundi 16 décembre un voeu contre la « dry january », cette opération qui a vu le jour en Angleterre en 2013.  Et devrait donc commencer le 1er janvier 2020.  
 Ce texte est porté par le maire de la ville, Franck Leroy. Il revient sur les raisons de cette opposition, quelques semaines après avoir précisé ce refus au chef de l’Etat, Emmanuel Macron en visite à Epernay. Le maire écrit dans ce texte « partager la nécessaire obligation, tout au long de l’année, d’une consommation responsable du vin. Mais nous refusons l’idée d’un sevrage absolu durant un mois, pouvant laisser de fait la porte ouverte à des excès pour les onze mois restants ».
 


Nous avons contacté le maire d'Epernay pour en savoir plus sur ce texte voté quelques jours avant les fêtes de fin d'année. 
 
 

Un vœu a été voté en Conseil municipal contre le Dry January. Pourquoi avoir choisi de voter contre ?

C’est une mesure qui pourrait avoir des conséquences dramatiques… notamment sur le secteur de la viticulture.
Vous imaginez ? Être privé d’activité pendant un mois ? Pour les restaurants, les cavistes et nombre d’autres professions, ce serait absolument catastrophique…

C’est une campagne extrêmement pénalisante pour la France en général. La France, ce n’est pas un pays anglo-saxon. Nous avons un terroir spécifique. Nous sommes le pays du vin. Consommer un verre de vin durant un repas, ce n’est pas dangereux, du moment que c’est avec modération.

Lutter contre l’alcoolisme, oui… mais pas avec ce genre de campagne. Lutter contre les abus de certains jeunes qui s’alcoolisent abondamment, nous sommes évidemment pour. Il faut renforcer les contrôles et les campagnes de sensibilisation.
  

Comprenez-vous cette tendance, ce mouvement ?

Non car boire un verre de vin ce n’est pas de l’alcoolisme. Boire un verre de vin ou de champagne c’est un art de vivre. Cela fait partie des traditions et de ce qu’est la France, notre culture, notre patrimoine. Je m’étonne qu’on puisse prendre ce genre d’initiative. On ne doit pas s’attaquer comme cela aux vins français !

Pourquoi ne pas s’attaquer aux sodas et autres boissons sucrés à l’origine du diabète et de l’obésité ? Pourquoi ne pas s’attaquer aux hamburgers bons marchés que l’on retrouve dans certains établissements que je ne citerai pas ? Ils sont à l’origine de maladies qui n’ont rien à voir avec le vin. Je suis inquiet que certains puissent faire l’amalgame. Encore une fois, boire un verre de vin ce n’est pas l’alcoolisme !
 
 

En quoi ce "dry january" peut être néfaste pour Epernay ?

Il faut être sérieux et responsable ! Une campagne de ce type est dangereuse. Si tout le monde s’arrête de boire au mois de janvier, c’est absolument dramatique. C’est une perte de chiffre d’affaire pour tout le monde. Et au bout du compte, il y a quoi ? Des licenciements !?

Sans compter que certains petits viticulteurs et/ou vignerons sont déjà en difficulté en ce moment, voire même en grande difficulté pour certains. Nous devons les aider. J’ai été élu pour défendre mon territoire ! Avec ce genre d’initiative, toutes les activités de production et de restauration seront pénalisées. Je le répète : Boire un verre de temps en temps ce n’est pas boire 10 verres tous les jours ! Boire un verre de vin en janvier ce n’est pas de l’alcoolisme !
 

Qu’est-ce que le vœu voté à Epernay va changer pour la commune et les administrés ?

Rien ! Mais il est normal qu’on montre que nous sommes à côté des professionnels. Que nous sommes de leur côté, et qu’on veut les défendre, les aider. Il pourrait y avoir des conséquences économiques dramatiques si ce genre de campagne venait à se généraliser ou à se renforcer. C’est un vœu qui a été voté à l’unanimité moins une abstention (élue communiste).

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus