"Le projet Poutine" : une pièce de théâtre qui plonge le spectateur dans la vie du président russe, en pleine invasion de l'Ukraine

Publié le Mis à jour le
Écrit par Irvin Blonz

La vie de Vladimir Poutine au théâtre. "Le projet Poutine". Voilà ce que propose une troupe de comédiens qui invite les spectateurs dans l'univers du président russe. Rencontre avec son auteur, lors d'une représentation à Fismes (Marne) le 26 février, dans le contexte de la guerre avec l'Ukraine.

"Le projet Poutine". En pleine guerre entre la Russie et l'Ukraine, le titre de cette pièce de théâtre jouée ce samedi 26 février à Fismes dans la Marne a de quoi faire sursauter. Et attirer la curiosité. Il s'agit d'une immersion dans la vie de Vladimir Poutine. Alors que le président russe est au coeur de l'actualité internationale tragique de cette fin février 2022 et que de nombreuses manifestations de soutien au peuple ukrainien ont eu lieu en France. La pièce dure une heure 10, elle plonge le spectateur dans le bureau de l’un des hommes le plus puissant de la planète. 

"Vladimir Poutine. Fonctionnaire obéissant, totalement inconnu à 46 ans… Et président 18 mois plus tard ! Au sommet de son pouvoir, cette énigme vivante convoque aujourd’hui sa principale opposante – un amour de jeunesse. Pour un face-à-face électrique. Tout ce que vous allez toujours voulu savoir sur Poutine sans avoir osé le demander. La mise en abîme très documentée d’un personnage insaisissable, de l’un des Maîtres du Monde". Voilà qui annonce la couleur. 

Hugues Leforestier, comédien et auteur du "Projet Poutine" a répondu à nos questions sur cette pièce, terriblement d'actualité. 

Est ce que vous pouvez expliquer la pièce? Qu'est ce qu'elle raconte? 

Poutine est au sommet de son pouvoir et au sommet de son pouvoir. Il fait venir sa principale opposante, qui est un personnage de fiction, alors qu'à l'intérieur de la pièce, tout le reste est vrai, quasiment. Et il la fait venir parce qu'il voudrait savoir, au cas où la Cour internationale l'embête sur des velléités comme le génocide tchétchène ou les broutilles de ce genre, ce qu'il y aurait comme dossier contre lui. Et ça donne lieu à une confrontation entre, d'un côté, ce qu'on pense à l'Occident et de l'autre côté, ce que lui peut penser.

Ce qui est intéressant, c'est qu'il faut bien comprendre que la Russie vue de Moscou ou la Russie vue de Paris, ce n'est absolument pas la même chose et que ça donne ces deux éclairages là. La pièce elle même est ponctuée à chaque fois entre chaque scène de vidéo qui montrent la réalité de la vie à Moscou, la vie en Russie. Ce qui permet au spectateur de se faire son avis sur ce personnage, tout en sachant à la fois comment il est arrivé au pouvoir, ce qui est quelque chose de très particulier.

Parce qu'à 44 ans, âge où normalement, une vie d'homme se dessine déjà, c'est un petit fonctionnaire, un fonctionnaire gris parmi d'autres. Il a certes été adjoint à la mairie de Saint-Pétersbourg, mais c'est pas grand chose quand il débarque dans l'administration complètement décadente d'Eltsine à Moscou. Et en deux ans, il va se frayer un chemin où il va devenir patron du FSB, qui est le successeur du KGB. Et par la suite, en quelques mois, il va devenir d'abord premier ministre, puis président par intérim. Et ensuite, président à vie, il est là. depuis décembre 1999. 

En quoi votre pièce permet de comprendre ce qui se passe actuellement en Ukraine?

Parce que ça permet de comprendre à la fois comment lui raisonne, comment lui pense. Il a notamment dès le départ, il avait, dans les premières années, voulu se rapprocher de l'OTAN. Et puis, il a estimé qu'il y avait des trahisons avec ce qui était intervenu sans mandat de l'ONU au Kosovo, puis en Libye. Et donc, c'est quelqu'un qui veut absolument qu'il y ait une zone franche autour de la Russie et il ne veut pas d'influences étrangères aux frontières de la Russie.

Il faut comprendre qu'il y a là aussi des arguments parce que les services américains ont également une présence via des ONG, quelquefois, y compris en Ukraine. C'est un lieu de zone d'influence. L'Ukraine a voulu absolument se rapprocher de l'Europe pour des tas de raisons et notamment économiques, et c'est quelque chose de très, très important pour lui que de maintenir cette zone comme il pourrait l'expliquer. Les Américains, quand ils ont vu que des missiles pouvaient s'installer à Cuba, ça ne leur plaisait pas non plus.

C'est un homme qui a une dialectique extrêmement forte, extrêmement intelligente et qui a toujours tendance à relativiser les choses en disant à chaque fois, mais c'est la même chose de l'autre côté. Si vous lui parlez de démocratie, il vous dira que la démocratie américaine, qu'est ce qu'elle va lui apprendre? Un milliardaire caractériel, met dix millions de dollars sur la table et il devient président comme Trump . Guantanamo, la torture en Irak.

Poutine a cette capacité à toujours nous renvoyer nos propres défauts et renvoie par exemple comme défaut le fait que nos démocraties qui se disent libres sont également dominées ou en tout cas largement influencées par nos oligarques à nous, qui détiennent l'ensemble des médias par des fortunes immenses qui ont évidemment une capacité à intervenir à la fois vis à vis de l'opinion publique, mais aussi vis à vis du pouvoir. 

En quoi votre c'est important que votre pièce soit justement montrée aux gens? Qu'est ce que vous avez envie de montrer de Poutine ?

Je pense que ce serait très important que les gens connaissent l'homme. D'abord, je crois qu'ils sont souvent assez intéressés, quelquefois même fascinés par l'homme. Et je crois que c'est très, très intéressant de comprendre qui il peut être. C'est pour ça que j'ai utilisé comme décor la réalité en prenant beaucoup de phrases de Poutine, en le mettant dans des situations dans lesquelles il s'est déjà trouvé.

C'est pour ça que j'ai, avant d'écrire la pièce, énormément lu de livres. Et encore une fois, non seulement de gens qui sont pro-Poutine et de gens qui sont contre Poutine parce que ce qui est important, c'est que chacun se fasse son avis. Vous savez, l'aigle russe, c'est un aigle à deux têtes. L'une regarde vers l'orient, l'autre regarde vers l'Occident et c'est extrêmement important et intéressant de comprendre ce qu'il en est. On ne peut pas enlever à Poutine le fait qu'il a remis la Russie au centre de l'échiquier alors que quand il est arrivé, ce n'était déjà plus le cas.

Et justement, à quoi on peut s'attendre? Vous qui avez tant étudié Poutine, ça va continuer la guerre ? il va aller jusqu'au bout ?

Oui, quand il a fait ces manœuvres, c'était des manœuvres sur lesquelles lui arguait qu'il y avait eu des manœuvres de l'OTAN précédemment et proche également des frontières de la Russie, et que c'était une sorte de réplique par laquelle il entendait négocier le fait que l'Ukraine devienne une zone blanche, c'est à dire que l'OTAN n'intervienne en aucun cas et n'inclut en aucun cas l'Ukraine. Maintenant, c'est vrai qu'il est dans une position de force parce que ce qu'il estime et il n'a pas forcément tort.

L'âme russe est géniale, mais la société russe est quelquefois violente et elle peut admettre qu'il y ait des morts, ce que n'admettent absolument pas ni l'Europe ni les Etats-Unis. Donc, il se dit qu'à l'intérieur d'un conflit comme celui là, il peut arriver à faire des choses. À l'inverse, il faut comprendre que les Ukrainiens sont également extrêmement attachés. Certes, ils sont divisés parce qu'il y a une minorité russophone.

Certes, il y a des excès. C'est vrai aussi qu'il y a des partis d'extrême droite qu'on avait vu dans des manifestations il y a quelques années qui osaient se montrer en Ukraine. Et sur ce plan là, il n'a pas tort de les mettre en avant, mais il les met en avant dans une classe qu'ils n'ont absolument pas. L'Ukraine est un pays démocratique qui est divisé entre ces minorités russophones et les autres qui, au contraire, sont très attachées à leur pays.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité