"J'aime juste ceux qui tuent du bougnoule" : un militant du Rassemblement national de la jeunesse dans la Marne épinglé pour des tweets racistes et xénophobes

Jayson P, un militant du Rassemblement national de la Marne multiplie depuis plusieurs mois les propos haineux et racistes sur son compte X (anciennement Twitter). La fédération du parti envisage de l'exclure.

Il a supprimé son compte X (anciennement Twitter) le 30 avril, mais ses propos, eux, resteront. Affilié au RNJ de la Marne (Rassemblement national de la jeunesse) depuis mars 2023, Jayson P est un militant très actif. Grand soutien de Jordan Bardella, il a notamment été aperçu sur les marchés rémois pour tracter en vue des élections européennes. Mais c'est surtout sur les réseaux sociaux que ce jeune homme de vingt ans fait parler de lui.

L'arabe, le noir et le musulman "à abattre" en France 

Sur Twitter et Instagram, Jayson P affiche ouvertement des propos haineux à caractère raciste et négationniste, sans masquer son identité. Selon nos confrères de Street Press - qui ont eu accès à ses publications avant la suppression de son compte -, le militant affirme par exemple dans un tweet du 26 janvier qu'il "aime juste ceux qui tuent du bougnoule".

Plus récemment, le 16 mars, en réponse à une publication sur la mort de Wanys à Aubervilliers, il affirme que l'arabe, le noir ou le musulman sont "à abattre", terminant cette courte phrase par un smiley. 

Outre ces allégations racistes et islamophobes, Jayson P affiche aussi des positions suprémacistes. Il remet en cause la légitimité de la carte d'identité française, assurant que cela "ne fait pas de vous un Français", ou qu'un "Français, c'est un blanc" dans un tweet datant du 10 avril.

Se pensant à l'abri des regards, c'est aussi sur Whatsapp que le Marnais se lâche. Membre d'une conversation des "Jeunes RN Marne" sur l'application, il fait référence au NSDAP (Parti national-socialiste des travailleurs allemands), le parti nazi. 

Des propos que le RN "condamne fermement" 

Au niveau local, le Rassemblement national a mis du temps à réagir aux frasques de Jayson P. Un des responsables locaux, Mickaël Aubepart nous renvoie vers les plus hautes instances. "Je ne souhaite pas commenter ces propos, je laisse la fédération gérer".  

Quelques heures plus tard, c'est le délégué départemental du RN51 qui nous contacte. "J'ai été informé des propos tenus par cet adhérent dans la presse. Je les condamne fermement" fait savoir Thierry Besson, précisant que "l'information a été remontée au siège du RN" et que Jayson P "sera convoqué en commission des conflits pour être exclu", avant de conclure : "Il n'a rien à faire chez nous". 

Pourtant, Thierry Besson, ancien candidat aux élections législatives dans la Marne, aurait lui aussi tenu des propos racistes ces derniers mois. Le patron de la fédération marnaise se lâche dans cette fameuse conversation Whatsapp. Selon Street Press, au moment de l'assassinat du professeur Dominique Bernard à Arras, Thierry Besson tance les réfugiés tchétchènes. "Bon ou mauvais, ils n'ont rien à faire chez nous" écrit-il à ses camarades du RN. 

Les autres responsables du parti d'extrême droite, commencent à réagir au compte-goutte. On pense notamment à la conseillère régionale du Grand Est, Anne-Sophie Frigout, 8ème sur la liste "L'Union fait la France" pour les élections européennes, dévoilée aujourd'hui par le Rassemblement national. La Rémoise d'origine, s'est affichée le 7 avril dernier aux côtés du RNJ de la Marne lors d'une opération de tractation à Tinqueux. Dans un message qu'elle nous a communiqué, elle affirme que "les propos tenus par ce jeune me dégoûtent. Il n'a pas sa place chez nous. Je les condamne avec la plus grande fermeté". 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité