Dernier spectacle “Rêve de Couleurs” sur la cathédrale de Reims

Capture de la vue panoramique disponible sur le site cathedraledereims.fr / © cathedraledereims.fr
Capture de la vue panoramique disponible sur le site cathedraledereims.fr / © cathedraledereims.fr

Le spectacle polychromique "Rêve de Couleurs" fait une pause. Les dernières représentations sont à voir (ou revoir) ce vendredi et samedi soir à 18h.

Par Lionel Gonzalez

Créé par Skertzò à l'occasion des 800 ans de la cathédrale de Reims, ce spectacle est joué depuis le 6 mai 2011 sur la façade de la cathédrale de Reims.

"Rêve de couleurs" est un spectacle unique recréant la polychromie extrêmement riche de la façade de la Cathédrale. Les recherches menées sur la statuaire lors des dernières campagnes de restauration, ont permis de retrouver des pigments de couleurs. Le travail de polychromie dynamique de très haute définition animera ainsi la statuaire de la façade en rétablissant certaines de ses couleurs d’origine dans leurs moindres détails (précision des expressions de chaque visage…). Le spectacle peut être vu de très près (en s’installant même sous les portails) ou de très loin. Il s’agit là de son autre originalité : les technologies récentes de projection vidéo permettent au spectateur d’aller au contact de l’image, d’être au cœur du spectacle.

L’installation est pérenne : le spectacle se déroule à la tombée de la nuit. D’une durée de 25 minutes, il est diffusé 2 fois par soirée avec 10 minutes d’images fixes entre les 2 séances et 15 minutes à la fin de la dernière séance.

Infos pratiques

www.cathedraledereims.fr
Spectacle "Rêve de Couleurs" Reims
Répétitions du spectacle "Rêves de Couleurs" sur la façade de la cathédrale de Reims. Reportage diffusé le 5 mai 2011 (JT 19/20)


Synopsis du spectacle : des bâtisseurs de Cathédrale aux couleurs retrouvées

A la nuit tombée, le parvis de la Cathédrale devient une immense salle de spectacle :
La façade disparaît soudain. Le crayon bleu de l’architecte en retrace le plan.
Vertige de la géométrie, le fronton précède le mur, la fenêtre ouvre le vide, la tour s’échafaude seule sur le ciel…

Agitation. Le ciseau sur la pierre résonne de toutes parts, cernant sur le parvis le spectateur.  Des cris s’échangent. Le choc de la pierre sur la pierre, les étincelles jaillissent du burin malmené par le maillet. Au pied de la Cathédrale, un échafaudage de bois et de cordes se hisse. Ballets des corps des constructeurs s’élevant en même temps que les pierres se posent sur les pierres.

Les sculptures réfugiées dans les portails, juchées au-dessus de la galerie, se vêtent de couleurs, couleurs fugitives… Couleurs qui s’estompent, se fondent dans la pierre… Passage du temps.
(...)

Fracas des roues des carrosses qui envahissent le parvis de toutes parts. Le son spatialisé amplifie les visions de la façade. Trompettes. Images sonores.

Cathédrale des Sacres. Sous la scène du couronnement, de grands décors éphémères masquent les portails coutumiers, une foule immense afflue, cérémonie solennelle, un mortel va devenir roi.

Lumières… de couleurs.
La traversée de la lumière transcende les vitraux.  Une vive lumière perce les murs de couleurs. L’assemblage des couleurs forme des scènes, des scènes qui sont l’histoire et les messages de la Cathédrale.

Sur le même sujet

Lorrains talentueux à la conquête de nouveaux espaces

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne