Berce du Caucase : attention aux brûlures provoquées par cette plante invasive

La berce du Caucase est réapparue du côté du Parc des expositions de Reims. Cette plante est envahissante mais surtout hautement toxique. Sa sève peut provoquer de graves brûlures.

Par CC avec Sophie Dumay

La berce du Caucase est une plante hautement toxique et envahissante. Le Centre de Recherche en Environnement et Agronomie de Reims (CREA) alerte la population de surtout ne pas toucher cette plante exotique, sa sève provoque de graves brûlures.

C'est en 2016 que cette plante a été détectée une première fois.

Cette espèce, qui se développe sur des sols humides et riches, s'installe notamment sur les berges, les talus, les terrains vagues ou encore les lisières forestières. 
Elise Vannetzel, responsable de projets agro-environnement FREDON, présente les risques toxiques de la berce du Caucase. / © Sophie Dumay / France 3 Champagne-Ardenne
Elise Vannetzel, responsable de projets agro-environnement FREDON, présente les risques toxiques de la berce du Caucase. / © Sophie Dumay / France 3 Champagne-Ardenne

Sa sève est particulièrement dangereuse

Les brûlures causées par cette plante invasive peuvent aller jusqu'au 3e degrés. En cas de contact avec la sève, il faut rincer à l'eau claire sans frotter, puis laver au savon.
Lire ici les recommandations du centre anti-poison de Belgique.
© Raphaël Doumergue / France 3 Champagne-Ardenne
© Raphaël Doumergue / France 3 Champagne-Ardenne
Avec une taille allant de 2 à 5 mètres, la berce du Caucase peut atteindre jusqu'à 10 centimètres de diamètre.

Cette espèce est également présente dans le Parc naturel régional de la Montagne de Reims du côté de Bouzy dans la Marne.

En savoir plus dans notre reportage

► Voir aussi le Groupe Facebook : Berce du Caucase Québec - plante dangereuse - Agissons maintenant!
 

Voilà ce qui est arrivé à ce jardinier

Sur Facebook Yves St Denis, jardinier amateur à Montfort au Québec où la plante a également envahi le territoire, raconte sa mésaventure.  Il nettoie les mauvaises herbes de sa cour arrière, tout se passe bien jusqu'au lendemain matin "Aucun symptome le jour même, le dimanche après-midi, on aurait dit que mes jambes avait pris un gros coup de soleil. C'était très plausible puisque j'avait des culottes courte...tellement chaud à l'extérieur. Le lendemain de grosses rougeurs ont apparu. Puis le mardi, mes jambes étaient tellement enfler que j'ai dû me rendre à l'urgence de l'hôpital Montfort."
Son témoignage et ses photos ont depuis fait le tour du web et de tous les groupes Facebook de jardiniers amateurs en étant partagés plus de 133 000 fois. 

Sur le même sujet

Histoires 14-18 : le général Gouraud

Les + Lus