Coronavirus : comment les chocolatiers s'organisent pour Pâques ?

Les fêtes de Pâques seront célébrées le dimanche 12 avril. Entre livraisons, aménagement des magasins et ventes en grande surface… les chocolatiers prennent des mesures, en cette période de Covid-19 pour que les cloches passent.

Les chocolatiers s'organisent pour Pâques en mode confiné. Une période cruciale pour la profession.
Les chocolatiers s'organisent pour Pâques en mode confiné. Une période cruciale pour la profession. © CLAUDE PRIGENT - MaxPPP
"On s'est barricadé comme on a pu", explique Francesca Frodefond, cogérante de la chocolaterie Deléans. Leur boutique dans le centre-ville de Reims est restée ouverte en appliquant des mesures drastiques pour sécuriser le personnel et les clients. "La caisse est protégée avec un grand film sur toute la longueur et des meubles ont été installés pour que les clients ne pénètrent pas de notre côté", détaille notamment la cogérante.

La maison Deléans a vécu deux guerres, elle va tenir face au coronavirus.
- Francesca Frodefond, cogérante de la chocolaterie Deléans


La boutique a également développé un drive. Les clients peuvent ainsi commander à distance sur leur site internet, payer par téléphone et "venir chercher la commande comme dans un drive", continue la gérante. 

Le chocolatier Choc'n'roll à Reims tente aussi de s'organiser. "Vu la force des choses, je vais rouvrir", commente Jules Duterlay, le gérant. Il imaginait lancer un site internet, "mais c'est très long", déplore l'artisan. Il pense donc vendre en boutique en appliquant des mesures comme le port du masque, des gants ou encore apporter les moyens de paiement proche de la porte pour éviter que les gens ne rentrent. Ce dernier fait face à une situation économique complexe. Ouvert depuis décembre 2018, il s'apprêtait à fêter son deuxième Pâques, "ça va être compliqué, je ne sais pas comment je vais faire", se désole-t-il. Car la période est cruciale pour les chocolatiers, elle représente environ 25 % de leur chiffre d'affaires. 
  

La cloche passera de façon plus moderne cette année 

Pour combler le manque à gagner en cette période charnière, d'autres boutiques s'organisent en mettant en place de la livraison. La chocolaterie Lothaire de Reims lance le concept des "paniers surprise". Pour éviter tout contact physique avec les clients, ils proposeront un assortiment sur leur site internet, qu'ils livreront eux-mêmes. "La cloche passera de façon plus moderne cette année", sourit Virginie Lothaire, cogérante de la chocolaterie Lothaire. Leur boutique reste fermée pour le moment "de toute façon il n'y a pas de clients, les gens respectent les mesures de confinement et ils ont bien raison", lance la cogérante. 
 

La chocolaterie Pol Bouchex, à Charleville-Mézières garde également porte close. "Nous lançons notre site internet. Les clients commanderont à distance, nous déposerons les commandes devant leur porte, en s'assurant qu'ils sont bien présents", s'enthousiasme Pol Bouchex, le gérant de la chocolaterie. 

On va pouvoir fêter Pâques, on travaille sur la gamme depuis le début du mois de février. 
- Pol Bouchex, gérant de la chocolaterie


Il évite ainsi de gaspiller sa marchandise, tout en faisant "entrer un peu d'argent, car les charges fixes continuent de tomber". Le gérant tout comme bon nombre de ses concurrents "laissant les salariés chez eux, pour sécuriser au maximum leur santé". 
 

Passer par la grande distribution 

La chocolaterie Lefèvre située à Saint-Brice-Courcelles a pris la décision de fermer dès les annonces de confinement. "J'ai deux enfants et ma femme a une maladie auto-immune, si j'attrape le coronavirus, c'est une catastrophe", s'exclame Frederic Lefèvre, gérant de la Chocolaterie Champenoise. Il considère comme inconscient d'ouvrir face à cet "ennemi invisible". Il déplore les mesures gouvernementales qu'il considère floues. Le chocolatier a même écrit une lettre ouverte au président de la République, il y propose notamment des mesures comme "de décréter l'état de catastrophe naturelle pour une prise en charge par les assurances". Frédéric Lefèvre est ouvert depuis un peu plus d'un an : "je démarre, je suis une entreprise très fragile." 

La Chocolaterie Champenoise semble finalement avoir trouvé une solution pour écouler ses stocks. Ses produits seront en vente au sein du magasin Leclerc à Saint-Brice Courcelles. Les clients pourront donc facilement déguster les chocolats des divers artisans locaux le 12 avril. De quoi redonner le sourire en cette période de confinement. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coronavirus/covid-19 santé société