• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

On ne présente plus Didier Carayon en Champagne. Connu de tous les passionnés de voitures anciennes de la région, Didier est à la tête de l’association qui gère le Musée Automobile de Reims pour lequel il se dépense à 200 %. Mais Didier est avant tout un collectionneur passionné, aujourd’hui il nous présente son coupé 504 Peugeot de 1979.
 

Rénovée en profondeur

Didier aime les Peugeot, il aime les coupés et admire la griffe Pininfarina. C'est donc naturellement qu’il possède une 504 coupé. Avec beaucoup de plaisir, le président du musée de l'automobile de Reims nous invite à découvrir ce joli modèle quatre cylindres injection de 1979.

Cette voiture, il l’a acquise il y a sept ans. L’ancien  propriétaire lui avait d’abord présenté le véhicule afin qu’il l’expertise dans l’objectif d’une vente à venir. Subjugué par l’état général de la voiture, Didier se pose des questions. Le propriétaire lui explique que la 504 a été entièrement démontée pour être rénovée dans les règles de l'art. Il craque et négocie pour lui-même la belle auto qui n'a alors que 68.000 km au compteur. 
 

Pour découvrir l'intérieur de la 504 coupé, faites tourner la photo 360°

Peugeot, une tradition de coupé

Le cabriolet et le coupé 504 sont sortis simultanément en 1969, soit une année après la berline. D'abord équipés d’un unique moteur 1,8 litre de 97 ch, ils subiront des évolutions. Une version six cylindres voit le jour et connaît un succès mitigé, puis une nouvelle version quatre cylindres injection. Ils seront produits jusqu'en 1983.

Les coupés font alors partie de la tradition de Peugeot, qui avait l’habitude de décliner ses berlines en coupé et cabriolet. Ainsi sont nées des versions deux portes des 203, 403, 404, 204, 304, 504, 406 et 407. Une coutume qui s’est malheureusement stoppée avec les derniers coupés 407. Au grand dam des Peugeotistes passionnés !
 

Le coupé 504 de 1979 en photos

Pininfarina, la patte italienne

Si Pininfarina est d'abord adulé pour son travail chez Ferrari, on lui doit aussi les superbes lignes du coupé 504. Sa silhouette élancée, son long capot et ses courbes élégantes font encore tourner les têtes. Un dessin presque intemporel. Le designer de Turin n'en est pas à son coup d'essai pour Peugeot, il a déjà dessiné les 403 et 404 coupés.
 
Pininfarina est d'abord sollicité pour les lignes de la 504 berline, mais il doit composer avec le patron du style Peugeot Paul Bouvot. Ce dernier impose la forme trapézoïdale des phares et le dessin de la calandre. En revanche, pour le coupé, Pininfarina a carte blanche, sur la base d'un châssis à l'empattement réduit de 19 cm. La voiture est en grande partie fabriquée en Italie, puis complétée à Sochaux pour la mise en place du moteur, de la transmission et des suspensions. Le coupé 504 a donc bien des gênes transalpins, et conjugue l'élégance à la française et une robe à l'italienne. De très beaux atouts ! 
 

Sous la protection de Saint Christophe

Didier Carayon évoque une anecdote savoureuse qu'il a vécue dans les Ardennes avec sa 504. 

Il y a quelques années, le Marnais participe à un rassemblement de voitures anciennes dans le village de Rocquigny. C'est le jour de la Saint Christophe, le saint patron des voyageurs. A cette occasion, le curé de la paroisse s'est donné pour mission de bénir toutes les voitures ainsi rassemblées. Il s'approche de deux magnifiques coupés 504 dont celui de Didier. Emporté par l'enthousiasme devant de si belles carrosseries, le prêtre laisse s'échapper son goupillon, qui vole dans les airs et atterrit pile poil entre les deux voitures rutilantes. Plus de peur que de mal, Saint Christophe veille sur ses ouailles !
 
Les deux 504 coupé sous la protection de Saint Christophe à Roquigny / © Didier Carayon
Les deux 504 coupé sous la protection de Saint Christophe à Roquigny / © Didier Carayon

 
La 504 coupé de Didier est visible au musée de automobile de Reims  / © Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne
La 504 coupé de Didier est visible au musée de automobile de Reims / © Xavier Claeys / France 3 Champagne-Ardenne