Info France 3 : la compagnie Trenitalia, rivale de la SNCF, doit se lancer sur le TGV Paris-Strasbourg, avec un centre de maintenance près de Reims

Trenitalia envisage fortement de lancer une nouvelle offre, concurrentielle à celle de la SNCF sur la ligne TGV entre Paris et Strasbourg. Les discussions sont très bien avancées. La commune de Bezannes dans la Marne devrait être le centre névralgique du projet.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La concurrence dans le rail va bientôt vivre un nouvel épisode. Voilà deux ans que la compagnie italienne Trenitalia a lancé sa ligne entre Lyon et Paris avec "ses flèches rouges", les Frecciarossa. Les prix restent (encore) attractifs par rapport à son concurrent de la SNCF. La compagnie italienne propose cinq allers-retours quotidiens entre Paris et Lyon à bord de ses trains à grande vitesse.

Mais selon les informations de France 3 Champagne-Ardenne, la compagnie italienne va poursuivre son développement en France, via la région Grand Est. Elle a mis son dévolu sur la ligne entre Paris et Strasbourg. Le projet est bien ficelé, les dirigeants italiens étaient déjà venus dans la Marne, il y a deux ans. Et il semblerait que les discussions soient sur le point d'aboutir, la signature avec SNCF Réseau qui gère les voies, est même imminente, nous confirme des élus de Champagne-Ardenne. 

La ligne Paris-Strasbourg concernée

L'objectif de Trenitalia serait de mettre en circulation quasiment un train par heure entre Paris et Strasbourg. Actuellement le TGV met 1h50 entre les deux villes. Avec le projet italien, le Frecciarossa mettrait un quart d'heure de plus parce qu'il s'arrêterait systématiquement à toutes les grandes gares présentes sur la ligne. Le tout à un prix défiant toute concurrence ! Par exemple, il vous en coûtera 10 euros pour faire le trajet entre Paris et Reims. Un prix d'appel qui pourrait évoluer au fil du temps.

Un centre de maintenance à Bezannes en 2027

Autre bonne nouvelle pour l'emploi dans la Marne : Trenitalia aurait choisi la commune de Bezannes pour implanter son centre de maintenance en 2027, à proximité de la gare Champagne TGV. Un site moins saturé que Paris et Strasbourg. C'est donc là que les "flèches rouges" seraient garées pour leur entretien. À la clef, une centaine d'emplois est attendue. Le centre de maintenance serait implanté le long de la voie. C'est également à Bezannes que les conducteurs de trains effectueraient leur changement de service.

La commune de Bezannes est en pleine expansion démographique. 2015 : 1522 habitants. 2021 : 4011 habitants. La ville est devenue en quelques années, "the place to be" le lieu où il faut habiter dans la Marne. Du village de 563 habitants en 1968, est sortie de terre la 16e ville de la Marne. La gare TGV qui met Bezannes à 30 minutes de Roissy-Charles-de-Gaulle, la construction de la polyclinique Courlancy et d'autres grands groupes ont contribué largement au développement de la ville.

"Une stratégie pour attirer les navetteurs"

L'information n'a pas surpris dans les milieux du ferroviaire. Comme l'explique Gilles Dansart, journaliste et directeur de mobilettres, média spécialiste de l'info transports : "on s'attendait à ce que la compagnie italienne fasse le choix d'une nouvelle implantation. Il a donc choisi la route vers l'est. C'est une décision importante pour le développement ferroviaire en France. Ce qui est décisif pour Trenitalia, c'est de pouvoir disposer d'un centre de maintenance, là où il pourra effectuer les réparations et la maintenance lourde de ses rames."

L'emplacement dans la Marne est très important. "La compagnie a trouvé près de Reims un espace, où il va pouvoir construire des ateliers et développer ses activités," ajoute Gilles Dansart. "On peut penser aussi que la proximité de Paris a pesé dans la décision, Trenitalia va pouvoir amener ses rames de l'axe Paris-Lyon. 

On verra aussi quelle stratégie de tarification l'opérateur mettra en place avec des rames mieux remplies, plus nombreuses. La stratégie est vraisemblablement d'attirer les navetteurs, les gens prennent le train pour leurs trajets domicile travail." 

Des trains moins chers ? 

"En Italie notamment, l’ouverture à la concurrence a permis de rendre les trains plus confortables et plus modernes, avec une haute qualité de service à bord, tout en réduisant les prix pour les voyageurs : l’ouverture à la concurrence a ainsi grandement amélioré l'image du transport ferroviaire dans la péninsule," selon l'AFRA, l'association Française du rail.

AJOUT Droit de réponse : 

Trenitalia que nous avions contacté par mail en début d'après-midi, nous fait parvenir cette réponse en cette fin de journée, le 5/01/2024 : "Trenitalia tient à démentir tout projet d’implantation de la compagnie ferroviaire dans la région Grand-Est ou de développement d'une offre commerciale sur la liaison Paris-Strasbourg."

Nous maintenons néanmoins nos informations, confirmées par plusieurs sources, notamment politiques.