INSOLITE. Ce croissant d'un kilo est vendu près de Reims

La boulangerie du Four à bois de Fismes (Marne) vend des croissants d'un kilo depuis la mi-mai. Il n'y en a pas beaucoup qui sont confectionnés, mais ils partent... comme des petits pains.

Le mets idéal pour un petit-déjeuner de géant. Depuis peu, une enseigne produit et vend des croissants pesant un bon kilo (et aussi un baba au rhum géant, nous dit-on dans l'oreillette).

Christophe Thillerot fabrique ces croissants chaque matin, et Alexandra Thillerot (co-gérante) les propose au comptoir de vente. Les débuts de la conception remontent à la mi-mai 2024.

Pour y goûter, il faut se rendre à la boulangerie du Four à bois, qui se trouve à Fismes (Marne). Cette commune se trouve dans l'agglomération rémoise, juste à la frontière avec le département de l'Aisne (voir sur la carte ci-dessous).

France 3 Champagne-Ardenne a contacté Louane Thillerot, la directrice de la communication de cette boulangerie familiale (c'est la fille du couple gérant, et le grand-père était déjà boulanger). Elle explique qu'"on a fait un test, comme ça, il y a un mois. C'est parti de rien, on a vu ça à Paris. Et on s'est aperçu que les clients appréciaient, que ça partait bien."

Une initiative qui fait parler

Elle décrit "des gens émerveillés de voir des croissants d'un kilo". Évidemment, le bouche-à-oreille est vite parvenu au journal L'Union, qui en a fait un article publié le mardi 04 juin. Avec pour conséquence une forte affluence au Four à bois pour découvrir ce croissant vastement proportionné. "C'est paru mercredi. Mais on est fermé le jeudi et le vendredi, alors à partir de samedi, tout le monde venant au magasin a voulu de ce croissant." 

"On n'a pu en vendre que quatre, on n'avait que ça. Mais si on avait eu plus de stock, je suis sûre qu'on aurait vendu plus de dix." Habituellement, il n'y a que deux croissants XXL confectionnés chaque matin. Ce n'est pas tous les jours qu'on va prendre un croissant qui fait un kilo. La bête équivaut tout de même à plus d'une quinzaine de croissants. "Ça demande beaucoup plus de cuisson, donc de temps... et d'électricité." Forcément. Il part donc pour 20 euros (contre 1,10 euro le croissant classique). 

Ça demande beaucoup plus de cuisson, donc de temps... et d'électricité.

Louane Thillerot, directrice de la communication du Four à bois de Fismes

"On va en fabriquer plus, on a assez de personnel pour ça. Je pense que ça se vendra mieux le week-end. Car c'est pour partager, on m'a parlé de petits-déjeuners en famille. En tout cas, ça a fait le tour de Fismes, et ça marche bien. Ça fait parler de nous."

Un peu comme les boulangeries qui vendent des crookies (croissants fourrés au cookie) ou qui font installer une publicité géante à seulement 20 mètres de leur enseigne. Le Four à bois de Fismes a aussi un peu de renommée grâce à son apprenti, Léo Voirin, classé deuxième pour la meilleure baguette tradition du département. C'est important de se démarquer... 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité