Le Secours populaire de la Marne lance un appel à des familles d’accueil pour recevoir des enfants en vacances

Un enfant sur trois ne part pas en vacances. C’est un sur deux pour les adultes. Mais la précarité qui s’aggrave rend inaccessible un départ en colonies, un petit séjour loin de chez soi. Cette année encore, le Secours populaire se mobilise pour déjouer la triste réalité.

La loi du 29 juillet 1998 consacrée à la lutte contre les exclusions, prévoit dans son article 140 que tous doivent avoir accès à la culture, à la pratique sportive, mais aussi aux loisirs et aux vacances. Mais depuis le vote de cette loi, force est de constater que nombreux sont ceux qui doivent renoncer à s’échapper ne serait-ce qu’une journée. Les chiffres en témoignent : aujourd’hui en France, un enfant sur trois est privé de vacances. Un adulte sur deux l’est également.

Le Secours populaire, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, est engagé dans l’accès aux vacances pour tous. Au fil du temps, les actions se sont multipliées. Des milliers d’enfants et leurs familles ont pu ainsi oublier pendant un instant leurs soucis.

"C’est une bouffée d’oxygène qui va leur rendre espoir", souligne Patricia Le Corvic. Elle est secrétaire générale du Secours populaire de la Marne.

 

Des demandes en hausse de 15%

"On constate une courbe croissante depuis plusieurs années de la progression de la pauvreté, de la précarité. En réalité, ce sont de vrais drames au quotidien auxquels on est confrontés. Cela n’épargne personne. Cela peut survenir après une séparation, une maladie, une rupture d'emploi, un accident de la vie. On plonge alors dans la pauvreté. Il ne faut pas la banaliser".

Avec le Covid, la période du confinement a entraîné un bondissement des demandes d’aides à hauteur de 36%. Plus globalement depuis 2019, dans la Marne, le Secours populaire enregistre une hausse de 15% des sollicitations. Au-delà de l’aide alimentaire, l’association de solidarité intervient pour offrir un peu de soleil à ses bénéficiaires. Dans les faits, quand on a des difficultés à subvenir aux besoins du quotidien, les loisirs et les vacances sont sacrifiées. Pour faire du droit aux vacances une réalité, le Secours Populaire chaque année offre des solutions de départ, même courts, même à proximité.

C'est une bouffée d'oxygène qui va leur rendre espoir.

Patricia Le Corvic, secrétaire générale du Secours populaire de la Marne

Appel à des familles d’accueil

En 2020 et 2021, à cause du Covid, l’opération vacances dans des familles d’accueil n’avait pas eu lieu. "C’était une énorme rupture", confie la secrétaire générale du Secours populaire de la Marne."En 2022, on n’a pas réussi à réenclencher. Pour cette année, on lance un appel à des familles qui bénévolement accepteraient d’accueillir des jeunes, soit en juillet, soit en août". Il est de plus en plus difficile de trouver des candidats à l’accueil.

L’idéal est de ne pas habiter dans une grande ville, de disposer d’un endroit agréable. Il s’agit de recevoir des enfants de six à neuf ans, pendant 15 jours. Douze familles d’accueil sont recherchées pour ces jeunes qui viendront de région parisienne, des Yvelines, en particulier. Ces quinze jours en famille sont un moment de partage de jeux, d’où l’importance d’avoir déjà un enfant, ou sinon de pouvoir en accueillir deux.

Pour candidater, les familles peuvent téléphoner au 03 26 79 12 00 ou contacter le Secours populaire en envoyant un mail à contact@spf51. org

Une vingtaine de petits marnais partiront, eux, en Bretagne, en Ille-et-Vilaine et dans les Côtes d’Armor.

 

Pour qu’on n’oublie personne

L’accueil en famille n’est pas la seule opération mise en place par le Secours populaire. Pour des familles qui ne sont jamais parties, un car sera loué. Ces familles pourront alors aller passer quatre jours à Dieppe et sur la Côte d’Opale. "C’est histoire de leur mettre le pied à l’étrier des vacances", explique Patricia  Le Corvic. "Le problème des voitures est important car beaucoup n’en ont pas ou plus".

Il est également prévu d’apporter une aide au départ pour 400 personnes, vers des colonies de vacances notamment.

Pour "les oubliés des vacances", sept autocars emmèneront des enfants pendant deux jours au parc d’attractions Saint-Paul, dans l’Oise, puis au bord de la base de loisirs de Saint-Leu-d’Esserent.

Enfin, les seniors isolés sont de plus en plus nombreux et cela préoccupe les responsables du Secours populaire.

 

Des moments inoubliables

Pour le lancement de la campagne 2023, à Reims, l’ONG a proposé un petit-déjeuner gourmand aux enfants, à leurs parents et aux bénévoles, chevilles ouvrières indispensables au fonctionnement de l’association. Une visite dans une ferme éducative a ensuite embelli la journée.

Quand il a accueilli les visiteurs dans sa ferme à Concevreux, dans l’Aisne, Alain Hautus savait qu’il allait apporter du plaisir aux petits citadins rémois. Les chevaux, les ânes, les cochons, les enfants ne les ont pas seulement aperçus. Ils ont pu les approcher, les toucher. Aux pieds d’un âne, Heaven peut en témoigner : "Quand on le caresse, c’est comme s’il bougeait, ça fait une sensation".

Un peu plus loin, avec les chevaux, Heaven qui vient d’avoir cinq ans est impressionné. "J’ai un peu peur s’il me fait caca dessus ou s’il me donne un coup de sabot". Une peur qui laisse vite place au sourire.

Pour les parents aussi, c’est une belle journée. "Cela permet de se retrouver en famille, de profiter de ce qu’on n’a pas l’habitude de faire, surtout pour les enfants", indique Nora Nehar qui accompagne son fils de six ans. Gervais Nimabi, père de Heaven confirme : "Sans le Secours populaire, il n’y aurait pas de vacances. Au moins ici on donne la chance à tous, à tous les enfants".

Des moyens pour lutter

On ne le sait pas toujours mais le Secours populaire est une association de solidarité autonome. C’est une ONG qui ne reçoit des subventions que sur des projets. Pour le reste, ce sont les dons en matériels ou financiers qui permettent de faire face aux nombreuses demandes. Le Secours populaire est lui aussi confronté aux hausses de prix des transports et des hébergements, notamment pour mettre en place des actions au moment des vacances. Il a besoin de la solidarité de tous.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité