Magnifique Society 2019 : “Nous avons consolidé nos acquis”

© Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne
© Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne

Ce samedi 15 juin, les organisateurs de la Magnifique Society se sont félicité de cette troisième édition. S'ils attendent la fin de cette dernière journée pour confirmer le nombre d'entrées, Cédric Cheminaud et Christian Allex espèrent bien confirmer la performance de l'édition 2018.

Par Florence Morel

"Orelsan nous chantait l'an dernier que nous n'avions pas les bases mais cette année, il pourrait chanter que nous les avons", se félicite Cédric Cheminaud, directeur de la Cartonnerie et du festival de la Magnifique Society, qui s'est tenu ces 13, 14 et 15 juin au parc de Champagne à Reims. Et de poursuivre :

L'objectif était de consolider un édifice monté très, voire trop vite, sachant qu'on a doublé notre fréquentation dès la deuxième édition.
- Cédric Cheminaud, président de la Magnifique Society

 

Une météo capricieuse le vendredi

"La tradition dit qu'on n'est pas un vrai festival sans être arrosé, on est un vrai festival depuis vendredi, plaisante Cédric Cheminaud. J'ai eu peur pour Columbine, car public est assez jeune, mais les gens sont restés." Si les festivaliers sont passés entre les gouttes le jeudi soir, ils n'ont pas eu la même chance le vendredi. Dès le milieu du concert des Écossais de Franz Ferdinand, la pluie les a arrosés, sans pour autant les décourager puisque la scène principale était remplie pour les Sud-Africains de Die Antwoord une heure plus tard.

"On commence à apprivoiser les lieux, affirme Christian Allex, le programmateur du festival. Malgré tout, les gens commencent à trouver leurs repères. On essaie d'avoir quelque chose qui reste en harmonie avec le parc, quelque chose d'apaisant. Les artistes l'ont ressenti, c'est une espèce de pause dans leur tournée."
 
 

L'édition des expérimentations

Les organisateurs ont expérimenté quelques changements pour cette édition 2019. Tout d'abord, commencer les hostilités le jeudi avec une programmation destinée aux jeunes (Roméo Elvis, Vladimir Cauchemar, Christine and the Queens) et oublier le dimanche, qui amène un public plus familial. Pour le moment, ils n'ont pas encore décidé de quelle formule ils mettront en place les prochaines années. "Nous n'avons pas eu de grosse surprise, tranche Cédric Cheminaud. Pour le moment, rien de positif ou de négatif entre le jeudi et le dimanche. Nous analyserons tout cela une fois la journée du samedi passée."

Autre expérimentation : l'agencement des scènes. Celle réservée aux découvertes, baptisée "Club Trotter", se trouvait cette année à l'écart, avec l'espace de rétrogaming. Les deux scènes principales ont quant à elles été inversées.

Nouvelle difficulté rencontrée cette année : l'hébergement des festivaliers. La Magnifique Society ne propose pas de camping et l'offre d'hébergement à Reims était réduite à cause de la Coupe du monde féminine. "Cela a donné lieu à des scènes très drôles entre des joueuses italiennes et des artistes japonais dans des couloirs d'hôtel", note Cédric Cheminaud. L'équipe assure travailler sur une offre de camping pour les prochaines éditions.

Pour l'heure, l'organisation affirme que 19.000 places ont été vendues, soit un peu moins que les 21.000 places de l'édition 2018, sans compter celles qui seront vendues ce samedi. L'équipe compte beaucoup sur cette journée ensoleillée pour rattraper la pluie du vendredi.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les + Lus