Marne : la pie volée à Chigny-les-roses a été retrouvée, mais ses ailes ont été coupées

La jeune pie qui avait été dérobée dans le village de Chigny-les-roses près de Reims a été retrouvée à Châlons-en-Champagne. L'oiseau va bien mais s'est fait couper les ailes.
La jeune pie volée a retrouvé son village de Chigny-les-roses ce lundi 28 juin. Elle a en revanche les ailes coupées.
La jeune pie volée a retrouvé son village de Chigny-les-roses ce lundi 28 juin. Elle a en revanche les ailes coupées. © Fanny Legrand

L'épilogue de l'histoire de la jeune pie qui avait été volée dans un village de la Marne s'est écrit ce lundi 28 juin. L'oiseau, sans doute tombé d'un nid, dans le secteur de Chigny-les roses était devenu la mascotte du quartier. Il a été volé par deux jeunes. Fanny Legrand, une habitante du village entouré de vignes, s'en était ému sur les réseaux sociaux. L'occasion pour nous de rappeler les usages, lorsque l'on se trouve nez-à-nez avec un animal sauvage ou simplement un oiseau au sol. 

Or, voilà que ce lundi 28 juin, Fanny reçoit un appel téléphonique en début d'après-midi. Une habitante de Châlons-en-Champagne (Marne), une commune située à 40 kilomètres "à vol d'oiseau", a aperçu le désormais célèbre volatile noir et blanc dans une grande surface spécialisée en jouets. Deux petites filles semblaient s'amuser avec. Finalement, une vendeuse dépose l'oiseau sur le parking de la grande surface, et joint Fanny par téléphone. Cette dernière est venue récupérer la pie sur le champ. Elle l'a ramenée dans son jardin, et lui a donnée des graines pour la nourrir. L'oiseau va bien, mais ses ailes sont coupées. Nulle explication à cette opération invalidante voire cruelle. La pie ne pourra plus voler et semble vouée à une fin de vie rapide. 

Mise en sécurité

"On va lui faire construire une grande volière pour qu'elle soit en sécurité et qu'elle ait de la place pendant nos absences et la laisser en liberté à la maison quand on est là. La petite Mémère ne peut plus voler les ailes coupées. Et dès demain j'appelerai la LPO pour avoir leurs conseils et la faire voir à un veterinaire", précise Fanny. 

Fanny Legrand, gérante d'un bar, avait retrouvé début juin cette jeune pie sur sa terrasse. L'oiseau peu farouche semblait déjà être habitué à la présence de l'homme. "Elle allait chaque jour dire bonjour à tous les voisins et se faisait un plaisir d'être nourrie à droite à gauche. Elle nous manque énormément et n'est pas faite pour être enfermée dans une cage", précise Fanny.

La pie ne pourra plus voler.
La pie ne pourra plus voler. © FL

"On avait recueilli cette pie domestiquée depuis trois semaines. Elle était en liberté dans la rue et samedi des gens distribuaient un journal au profit des sans abri. Ils ont volé l'oiseau". Deux jeunes, selon cette habitante. "Tout le monde est déçu, elle allait dans la rue, c’était devenue une mascotte, on est inquiet de savoir si elle va être bien traitée, on a publié notre avis de recherche sur les réseaux sociaux".

Les conseils des spécialistes

La jeune femme raconte avoir recueilli la pie chez elle. "Elle était en liberté et volait de maisons en maisons dans le quartier. On a prévenu la LPO, (ligue de protection des oiseaux) et informé les vétérinaires. On m’avait demandé de la récupérer car elle était trop sociable et ne pouvait pas être seule dans la nature. Un matin, elle est arrivée sur la terrasse de mon bar, on l’a recueillie et déposé chez un vétérinaire de Reims". Avant que ce dernier lui conseille de la ramener dans son jardin. 

Les vétérinaires préconisent dans cette situation de ne pas recueillir de manière domestiquée un animal sauvage en errance. "Prendre l'animal dans sa maison, c'est non, confirme Manon Fiaschi, soigneur animalier en faune sauvage dans l'Aube. Mais là, la pie ne volait pas, Fanny peut continuer à la nourrir, je lui ai conseillé de lui donner des croquettes, mais elle était déjà apprivoisée, il semble d'ailleurs que cela dérangeait d’autres gens du voisinage. Mais pour la faune sauvage, on risque 150.000 euros si on met un animal en cage. Il fallait la mettre dans le jardin. Car les pies sont des oiseaux qui s’apprivoisent facilement".

La pie, quelques jours avant son vol. Elle avait encore ses ailes.
La pie, quelques jours avant son vol. Elle avait encore ses ailes. © FG

Un conseil validé par d'autres spécialistes de la faune sauvage. "Si l'on récupère chez soi un animal sauvage blessé ou en danger, avant de pouvoir le confier à un centre de sauvegarde, "ce n'est pas pour le mettre sur le canapé", il faut respecter certaines règles. On ne lui donne pas à manger ni à boire, on le place dans un endroit calme, au chaud et on évite de lui parler ou de le carresser pour qu'il ne se familiarise pas avec les humains ou les animaux domestiques". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature insolite