Présidentielle 2022 à Reims : explications autour de la lettre d'Arnaud Robinet et Catherine Vautrin appelant à voter Macron au second tour

Le lundi 11 avril, une lettre a été reçue dans de nombreux foyers rémois. Dans celle-ci, Arnaud Robinet, maire (Horizons) de Reims (Marne) et Catherine Vautrin, présidente (LR) de l'agglomération, appelaient à voter Emmanuel Macron (LREM) au second tour de la présidentielle de 2022. Suscitant plusieurs interrogations.

Ce n'était ni un avis d'imposition, ni une carte postale. Dans leurs boîtes-aux-lettres, de nombreux foyers de Reims (Marne) ont découvert une lettre un peu particulière.

Signée d'Arnaud Robinet, maire (Horizons) de la ville, et de Catherine Vautrin, présidente (LR) de l'agglomération, cette lettre de deux pages était claire et nette. Car elle donnait une consigne de vote bien précise.

Celle de voter Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle de 2022. Ce dernier avait lieu le dimanche 24 avril 2022, deux semaines après l'envoi du courrier (consultable dans le lecteur ci-dessous).

Robinet et Vautrin appellent à voter Macron dans une lettre by France3 Alsace on Scribd


Ce document a pu susciter certaines réactions, des interrogations, voire une certaine hostilité. France 3 Champagne-Ardenne a pu obtenir d'utiles précisions auprès du cabinet d'Arnaud Robinet et de Catherine Vautrin. "C'est une démarche relativement classique dans les campagnes électorales." 

"Pour tout vous dire, on a été contacté dès le dimanche soir du premier tour, le 10 avril à 21h30, par le QG de campagne d'Emmanuel Macron à Paris. Il nous a envoyé un projet de lettre et nous a demandé si Catherine Vautrin et Arnaud Robinet accepteraient de cosigner cette lettre, pour appeler à la mobilisation en faveur d'Emmanuel Macron."

Une démarche peu surprenante quand on se rappelle du positionnement favorable d'Arnaud Robinet et de Catherine Vautrin (d'ailleurs potentielle future Première ministre) dans la presse en début d'année 2022. "Ils ont évidemment accepté, et ont simplement modifié un peu le courrier pour le mettre à leur sauce. Quelques modifications ont eu lieu sur la trame proposée, au niveau de la forme. Ensuite, on ne s'est plus occupé de rien : Reims n'a rien dépensé et tout a été géré par le QG à Paris, qui a fait appel à un prestataire pour envoyer le courrier aux Rémois."

Dépenses de campagne

"En termes de financement, ça rentre dans le cadre des comptes de campagne du candidat Emmanuel Macron. Tout cela s'est fait dans les règles et est évidemment déclaré dans les dépenses électorales prévues par le code électoral et le financement de la vie publique." Une autorité administrative indépendante (AAI), nommée Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), est chargée des contrôles et de la publication de rapports réguliers.

Une note de bas de page sur le courrier indique d'ailleurs que sa réception est conditionnée à l'inscription sur les listes électorales, auxquelles ont légalement accès les différents partis politiques. "Ça se fait de façon assez classique pendant les campagnes présidentielles, et donc dans énormément d'autres villes en France dont les maires soutiennent Emmanuel Macron. En tant qu'élus de proximité, on leur demande de transmettre la bonne parole du candidat à la présidentielle." C'est le cas par exemple de François Rebsamen, maire (PS) de Dijon (Côte-d'Or), ancien ministre du Travail de François Hollande et récent soutien du président sortant.

Enjeu de proximité

La mairie a reçu quelques réponses postales "pour indiquer d'autres priorités" que celles exprimées dans le courrier, ce qui pourra inspirer certaines politiques locales. "D'ailleurs, suite au vote de dimanche, il y avait urgence à retisser le lien entre les hommes politiques et les citoyens. On voit qu'il y a un vrai enjeu de concertation et d'échanges." Il y a aussi eu des commentaires plus mécontents sur les réseaux sociaux. "Mais globalement, pas énormément de retours car les gens sont habitués à recevoir ce genre de documents en période électorale."

Cette lettre aura peut-être contribué au bon score d'Emmanuel Macron à Reims, le soir du second tour : 61.83%... bien qu'inférieur de 5% à celui de la présidentielle de 2017. Dans les temps à venir, il faudra donc sans doute plus qu'un courrier pour convaincre une partie de l'électorat qui a préféré se tourner vers l'extrême-droite.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité