Kaamelott : un record du monde battu à Reims par Arnaud Klein qui a vu 203 fois le film d'Alexandre Astier

Ce samedi 18 septembre 2021, le Rémois Arnaud Klein a assisté au cinéma Opéraims à sa 203e séance du film « Kaamelott : 1er volet », battant ainsi le record du monde du plus grand nombre de visionnages du même film au cinéma, après 61 jours d’un défi intense.

Dans la salle 1 du cinéma Opéraims, la plus grande que compte ce multiplexe du centre-ville de Reims, les applaudissements sont nourris et semblent ne jamais devoir s’arrêter. Au centre de l’attention, en ce samedi 18 septembre 2021, Arnaud Klein, 34 ans. Ce Rémois s’apprête à mettre un terme au plus grand défi qu’il se soit jamais lancé : battre le record du monde du plus grand nombre de visionnages du même film au cinéma. Ce soir-là, ce sera donc la 203e fois qu’il suivra, dans le film "Kaamelott : 1er volet", les aventures du roi Arthur, joué et réalisé par Alexandre Astier. 203 fois alors que le précédent record officiel détenu par un Américain était de 191 fois... "Mais il a tenu à me prévenir qu'il était en fait allé jusqu'à 202, explique Arnaud Klein, bien que le Guiness book ne l'ait pas comptabilisé. J'ai donc décidé d'aller au-delà".  

Pendant les deux heures de projection, les répliques déjà cultes fusent en choeur dans les bouches de fans avant même que les acteurs ne les prononcent. La salle est joyeuse et excitée mais très vite, une coupure de son de quelques minutes force Arnaud Klein à se lever : "Bon, il va falloir que je fasse toute les répliques, alors ?" La salle s'enthousiasme et l'encourage. Il se lance, s’emmêle parfois les pinceaux, retombe sur ses pieds… Jusqu’à une longue réplique de l'acteur Guillaume Gallienne. "Ah non ! Pas la tirade Gallienne, pitié !", s’écrie-t-il. Heureusement, le son revient. Comme quoi, il faut plus de 200 fois pour connaître un film réellement par cœur !

 

Une communauté soudée

Et pourtant quel sacerdoce ! Pendant les premières semaines, le prétendant au record s'astreint à quatre séances de deux heures chaque jour. Très vite, à force d’être dans le noir, Arnaud perd donc la notion du temps, des jours qui passent et ressent le besoin de faire du sport, de méditer. Il arrêtera même l’alcool et le sucre pour tenir le coup. Devant tant d’abnégation, c'est toute une communauté qui se soude autour de lui, grâce à un travail acharné sur les réseaux sociaux et une belle médiatisation. Ce samedi soir, plus de 200 fans l'accompagnent dans cette séance si spéciale, venus des quatre coins de la région et des six coins de l’hexagone. Camille, sparnacienne, porte un superbe costume médiéval : "On suit Arnaud sur les réseaux sociaux depuis le début. Là, on a une chance de faire entrer un film qu’on attend depuis dix ans dans l’histoire. On se devait d’être là !" Et Marilla, sedannaise, de renchérir : "Je regarde Kaamelott avec mon père depuis que je suis toute petite. Là, voir des gens qui se rassemble autour du film, je trouve ça super touchant".

Car s’il est une deuxième victoire sur laquelle Arnaud Klein peut compter - en attendant l’homologation officielle de son record par le Guinness book – c’est bien celle d’avoir su mobiliser autour de lui. Avec une rigueur indéfectible, le jeune homme, monteur audio-visuel, a documenté, commenté et partagé son aventure sur les réseaux sociaux, ce qui a eu pour effet, par exemple, de décupler son nombre d’abonnés sur twitter. Un enthousiasme qui réjouit son père, un peu sceptique au début, face à cette drôle d'aventure.

On ne s’attendait pas à ce qu’il y ait un engouement tel sur une idée, au départ, un peu saugrenue. Mais finalement, c’est un buzz, avec un effet boule de neige, qui fait que c’est passionnant à suivre.

Pascal Klein, père d'Arnaud Klein

"Quand j’ai vu sa vidéo pour la première fois, j’ai su qu’il tenait quelque chose, poursuit sa sœur, Laura Klein, monteuse, elle aussi. Je suis si fière, si heureuse pour lui. Il y a eu aussi les rencontres, tous les gens qui se sont déplacés. Jusqu’à atteindre le Graal, avec la venue d’Alexandre Astier".

 

Des conséquences heureuses et inattendues

Arnaud Klein a en effet pu rencontrer son idole deux fois. D’abord sur le plateau de l’émission Quotidien, le 30 août dernier, puis à Reims, le 15 septembre. (Récit détaillé de cette visite incognito, par ici) Une rencontre qui laisse encore entrevoir des étoiles dans les yeux Arnaud. "Je crois que c’est LA rencontre pour tout fan de Kaamelott qui se respecte. Qu’il ait la noblesse de venir passer une journée avec moi et voir une séance, c’était un moment incroyable !"

"Ce qui lui est arrivé, c’est une magnifique aventure humaine", résume Laura Klein. C’est en effet ce qu'Arnaud retiendra de ce projet un peu fou, imaginé il y a quelques mois : des rencontres, des opportunités, et le sentiment de pouvoir repousser ses limites toujours plus loin. Aujourd’hui, il lui est difficile de savoir comment donner une suite à tout ça. Ce qui est sûr, c’est qu’il veut continuer à faire vivre sa chaîne Youtube, à apporter du rire et de la joie aux gens qui l’écoutent et le suivent. "J’ai vraiment été touché par la bienveillance et la gentillesse de certaines personnes, conclut-il, et j’ai été étonné du bien que je pouvais faire avec mon projet. Comme à cet abonné en fauteuil roulant qui n’a pas encore pu voir le film et qui attend sa sortie en DVD, ou cet homme, atteint du covid, et à qui, chaque jour, mes vidéos ont pu faire un peu de bien". Alors rien ne dit que le Rémois ne poussera pas un peu l'aventure... Jusqu'au très beau nombre 222 séances, pourquoi pas ? Car après tout, "de la joie de vivre, et du jambon. Y’a pas trente-six recettes du bonheur", disait le seigneur Karadoc. Et s’il n’avait pas complètement tort ?

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite cinéma culture