Reims : elles veulent mettre en place un guide des actions écologiques et solidaires pour un monde plus serein

Elles sont quatre femmes vivant à Reims et sont convaincues de l’utilité d’un guide recensant toutes les initiatives écologiques et solidaires sur la ville de Reims et alentours. Une démarche participative pour laquelle elles font appel aux bonnes volontés.
 
Sandrine Libeaut, Valérie Masart, Adeline Houssack et Lucile Mergem se mobilisent pour réaliser un guide des initiatives écologiques et solidaires.
Sandrine Libeaut, Valérie Masart, Adeline Houssack et Lucile Mergem se mobilisent pour réaliser un guide des initiatives écologiques et solidaires. © Collectif Agir à Reims
Le monde d’après, elles y pensent depuis un moment déjà. Le confinement a permis à Adeline, Sandrine, Lucile et Valérie, de se dire que le moment était venu de passer à l’action. "Le confinement, passé la frustration de se dire je ne peux rien faire, a réveillé la réflexion", explique Sandrine Libeaut.
 

Souvent on entend dire de Reims que c’est une ville morte. Moi j’ai fait le choix de revenir habiter ici et il se passe des choses à Reims. Il faut motiver les gens à rester dans cette ville.

Sandrine Libeaut


Sandrine est convaincue et a quitté son travail d’ingénieur dans l’énergie, qu’elle exerçait depuis sept ans, pour se consacrer essentiellement à des projets basés sur l’écologie et à la solidarité. La cantine solidaire et participative Les Bons Restes en est un. Adeline Houssak est exactement sur le même tempo. Elle aussi a quitté son travail d’architecte pour se lancer dans l’aventure de l’écologie et de la solidarité. "Après mes études, un peu dégoutée du parcours scolaire, je suis partie un an à vélo en Europe du Nord, Royaume-Unis, Irlande. J’avais besoin de respirer un peu avant d’entrer dans le monde du travail". Une belle expérience humaine qui lui a sans doute donné l’envie d’aller plus loin encore aujourd’hui. Sandrine et Adeline se connaissent depuis deux ans et ensemble, elles prennent le même chemin avec l’envie d’entraîner beaucoup de monde dans leur sillage.

Le guide Agir à Lyon, un exemple à suivre


Recenser toutes les actions écologiques solidaires à travers un guide : l’idée leur est venue en lisant le guide Agir à Lyon réalisé par l’association Anciela"Nous avons rendez-vous avec les membres de cette association fin juillet", dit Sandrine. Une réunion importante car pour l’heure, Sandrine, Adeline, Lucile et Valérie ont besoin de mettre en place un cahier des charges précis pour l’élaboration de leur projet : budget de financement, mais aussi quelles initiatives recensées, à Reims uniquement ou sur l’agglomération, quel statut social adopté… autant de questions sur lesquelles elles travaillent depuis quelques semaines. "Pour l’instant nous sommes en mode collectif et pas associatif. Nous voulons être sûres de ne pas nous tromper",  explique encore Sandrine. "Tout est à faire et c’est motivant aussi", précise Lucile.

L’appel aux forces vives

Lucile, comme Valérie sont arrivées dans l’aventure grâce aux réseaux sociaux. "C’est hyper intéressant et c’est une bonne occasion de rencontrer des personnes, explique Lucile, médecin depuis un an et demi. Une ville plus dynamique, un nouvel élan écologique et solidaire : cela correspond aux orientations que j’ai envie de donner à ma vie et à mes actions". Valérie, déjà très investie dans la vie de son quartier à travers le conseil citoyen de quartier s’est rapprochée du groupe. "Ca m’a semblé intéressant. L’idée étant de permettre plus de communication entre les gens. Moins d’internet et plus de rencontres. Mais aussi des bonnes volontés !"


C’est ce que recherchent en priorité les quatre femmes. Des bénévoles ayant envie de s’investir à leurs côtés pour mener à bien ce projet. Elles ont commencé à défricher, à lister les associations concernées, à contacter les institutions, mairie, communauté de communes, département, région pour tenter de décrocher un peu d’aides. "L’idée est de montrer, à travers ce qui existe déjà, que Reims est une ville dynamique". Le ralliement d’autres bénévoles, c’est aussi l’arrivée d’autres idées, d’autres compétences. Car évidemment, elles veulent que ce guide se conçoive de manière participative et solidaire. Alors, pour les contacter et participer un seul moyen : agirareims@gmail.com

"On y arrivera"

Le 4 juin dernier, les quatre femmes se sont retrouvées pour la première fois ensemble pour discuter de leur projet. "Cela demande beaucoup de recherches, explique Sandrine. Nous avons créé une liste thématique avec toutes les structures". "Je suis en train de les répertorier, précise encore Valérie. Entre celles que nous connaissons et celles retrouvées grâce à l’annuaire des associations, 80 ont été listées à Reims", dans des domaines comme l’agriculture, l’alimentation, la biodiversité, l’environnement, l’écologie, la mobilité, la santé, la citoyenneté, mais aussi une rubrique spéciale étudiants.

L’objectif est vraiment de pouvoir rendre acteur les gens en les incitant à participer aux initiatives existantes en tant que bénévoles, "mais aussi en faisant un don, ou en participant à la démarche, précise Lucile. Nous avons tous un rythme de vie effréné et s’investir dans une association peut effrayer certains. Donnons-leur la possibilité de trouver des informations pour leur permettre de faire réparer leur vélo par exemple ou de participer au composteur de quartier".
 

L’idée c’est de trouver un réseau pour donner et recevoir.

Lucile Mergem


Mettre du lien, communiquer sur des initiatives existantes et parfois peu connues, faire se rencontrer la population à travers un tissu associatif solidaire et écologique. Sandrine, Adeline, Valérie et Lucile veulent "montrer que l’on peut créer, être ensemble". "Créer un monde que l’on a envie de voir", "plus harmonieux, sans se marcher dessus, sans dominer l’autre ou la nature. Un monde plus serein, plus simple". Et, "On y arrivera". 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société écologie environnement