Reims : de gros échafaudages à l'entrée de la cathédrale pour intervenir sur certains vitraux

Des échafaudages installés dans l'entrée de la cathédrale de Reims (Marne), en vue de finaliser la restauration pendant trois semaines d'un vitrail endommagé par une tempête, ont commencé à être retirés le lundi 5 octobre. Les fidèles et touristes pourront à nouveau emprunter le portail central.
Les haut-vitraux de la gauche de la nef, au niveau du portail central d'entrée, ont été purgés.
Les haut-vitraux de la gauche de la nef, au niveau du portail central d'entrée, ont été purgés. © Vincent Ballester, France Télévisions (France 3 Champagne-Ardenne)
L'opération aura duré trois semaines. Les échafaudages installés dans l'entrée de la cathédrale de Reims (Marne), au niveau du portail central, côté gauche d'une des premières travées de la nef, ont commencé à être démontés le lundi 5 octobre 2020. Ils ont permis de "purger les baies hautes de la nef, restaurer des éléments, et stabiliser les vitraux", a expliqué la direction régionale des affaires culturelles (Drac) à France 3 Champagne-Ardenne.

Cette zone de la cathédrale des sacres avait été touchée par la tempête Dennis de février 2020, et les coups de vents avaient endommagé un vitrail. Des tessons avaient été retrouvés dans la nef, rapporte la Drac. Des travaux de stabilisation avaient alors eu lieu durant la première quinzaine de mars.
 
Les travaux ont été réalisés à une trentaine de mètres de hauteur.
Les travaux ont été réalisés à une trentaine de mètres de hauteur. © Vincent Ballester, France Télévisions (France 3 Champagne-Ardenne)

Il n'y avait ensuite plus eu d'échafaudages à cet emplacement jusqu'à la mi-septembre, où les opérations réalisées en mars ont alors pu avoir leurs finitions. Rien à voir avec les travaux de sécurisation du toit, à l'extérieur. Il restait juste à "retirer des morceaux de pierre, calfeutrer les fuites, et refaire la maçonnerie de l'encadrement des baies". Plus précisément celle de la baie n°137, qui se trouve à une trentaine de mètres de hauteur. Rien de grave donc : l'auguste monument n'était pas en danger, et il ne s'agissait que de travaux d'entretien de routine.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cathédrales culture patrimoine architecture et urbanisme architecture