Reims : une journée fitness contre le cancer des enfants

Le complexe René-Tys accueillait ce dimanche 13 septembre la 4e édition de la Journée fitness pour lutter contre le cancer des enfants. Toutes les recettes seront reversées à l'association Imagine for Margo.

Dans le respect des gestes-barrière, environ 200 personnes ont participé à cette Journée fitness
Dans le respect des gestes-barrière, environ 200 personnes ont participé à cette Journée fitness © Baptiste Galmiche - France Télévisions
Sur le terrain du complexe René-Tys de Reims, des dizaines de personnes transpirent, bougent en rythme, guidés par les coaches sur la scène en face d'eux. En haut des gradins, le petit Tom les regarde avec le sourire : il sait que tous ces gens dansent au profit de la recherche contre le cancer des enfants.

Le petit garçon vient pour la deuxième année. Car cette cause le touche personnellement, lui, du haut de ses 10 ans. En 2018, il déclare une leucémie et commence sa chimiothérapie la même année. "J'ai réussi à sortir de l'hôpital en 2019. J'ai passé au moins 10 mois à l'hôpital", confie-t-il.
 
Tom, 10 ans, accompagné de sa mère, est en rémission de leucémie
Tom, 10 ans, accompagné de sa mère, est en rémission de leucémie © Baptiste Galmiche - France Télévisions


Aujourd'hui en rémission, il était important d'apporter son soutien à l'événement "Enfants sans cancer". "Cela redonne le sourire aux enfants, et c'est grâce à ça que parfois nos rêves peuvent se réaliser, murmure-t-il. Heureusement que les associations sont là pour la recherche, pour venir à l'hôpital nous rendre visite."
 

"Dès qu'on parle des enfants, tout le monde se sent concerné"


Chaque année, en France, 2 500 enfants et adolescents sont diagnostiqués d’un cancer et 500 en meurent, selon "Enfants sans cancer". On estime qu'un enfant sur 440 développe un cancer avant l’âge de 15 ans. Des chiffres qui font froid dans le dos. "Je suis professionnel de santé, j'ai déjà travaillé auprès d'enfants, notamment atteints de mucoviscidose, donc je suis sensibilisé à cette thématique", affirme Thibault, encore essoufflé par son échauffement.
 
Certains participants n'ont pas de lien direct avec la maladie, mais ont tout de même souhaité participer. "Tout le monde y est sensible, car cela touche les enfants", sourit Meg. Sophie Labelle, organisatrice de l'événement, confirme : "Dès qu'on parle des enfants, tout le monde se sent concerné". 
 

"Il faut des traitements innovants"


Des cours de zumba, mais  pas uniquement : "Sur une après-midi, on peut passer des cours aux séances de bien-être, on peut acheter des produits", comme du miel et des petits sacs à main, affirme Sophie Mazzilli, bénévole.

Au total, 80 partenaires ont joué le jeu. "On nous a prêté gracieusement le stade, des partenaires nous ont offert la nourriture pour la collation, l'assureur a fait un geste pour l'assurance de la salle, la Croix-Rouge évidemment a participé, les coaches viennent bénévolement", énumère Sophie Labelle, organisatrice de l'événement. "On n'investit pas un euro dans l'organisation de la journée", résume-t-elle.
 
L'an passé, cet événement a permis de récolter 7 700 euros
L'an passé, cet événement a permis de récolter 7 700 euros © Baptiste Galmiche - France Télévisions

Les recettes seront reversées à l'association Imagine for Margo, "dont la priorité est d'accélérer la recherche contre le cancer des enfants". En effet, "la plupart des gens ne savent pas que les enfants peuvent aussi avoir des cancers et pensent que c'est réservé aux adultes. C'est important de dire que cela existe pour que les laboratoires lancent des recherches pour des traitements spécifiques aux enfants. Aujourd'hui, les enfants sont traités avec des médicaments d'adulte. Donc il faut qu'il y ait des traitements innovants et spécifiques aux enfants pour qu'il y ait moins d'effets secondaires", espère Sophie Labelle.  L'an passé, 7 700 euros ont été collectés.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société cancer santé sport