Reims : la cité des sacres a la cote chez les entreprises et attire de plus en plus de nouvelles familles

Publié le
Écrit par Juliette Vincent-Seignet

Avec l’arrivée du TGV en 2007, Reims attire de plus en plus de nouvelles entreprises. Proximité avec Paris, logements moins chers, population stable : des patrons font le choix de venir s’installer en Champagne. Au fil du temps, Reims est devenu une place stratégique pour investir.

On est passé du statut de belle endormie à une ville qui fait partie du top 20 des villes les plus attractives en France”. Le ton est donné par Jean-Yves Heyer, directeur général d’Invest In Reims. Quand il nous accueille dans son bureau, il a le sourire. Depuis 2003, avec Invest in Reims, il aide les patrons à s’installer dans la région, à recruter et à trouver des bureaux. Et pour le moment, c’est une affaire qui fonctionne bien.

Car pour Jean-Yves Heyer, les arguments pour attirer les entreprises à Reims ne manquent pas : population stable, fidèle, ville à taille humaine, proche de Paris, mais loin de ses prix… Alors miser sur Reims, serait-ce le nouveau pari gagnant ?

Proche de Paris, mais loin de ses prix

Depuis 2003, plus de 353 entreprises se sont installées sur le territoire et ont été accompagnées par Invest in Reims, ce qui représente plus de 12.000 emplois. Parmi elles, il y en a des étonnantes. Comme, Venture Orbital System (VOS), installé à Reims depuis deux ans. Dans cette usine, des ingénieurs développent une fusée qui permettra d’envoyer des petits satellites dans l’espace. 

Aucun d’entre eux n’est originaire de Reims. Ils ont tous déménagé pour le travail, comme Romann, 24 ans. Il fait partie de l’équipe de développement. Il y a quelques mois, il n’aurait jamais imaginé quitter Paris pour la Champagne, mais s’est finalement installé ici avec sa compagne.


On a pu se permettre de prendre une maison alors qu’avant, on avait toujours été en appartement. C’est un cadre de vie plus agréable. Pour se projeter, c’est plus facile qu’en région parisienne”, confie Romann. Le patron de VOS ajoute que s’il a choisi Reims pour développer son projet, c’est aussi pour son attractivité. Selon lui, à Reims, il est plus facile de faire déménager des familles entières, de trouver un emploi pour son/sa conjoint, de placer les enfants à la crèche…

Une population stable

Une population stable, c’est aussi le pari d’une toute nouvelle jeune entreprise : Papernest. Son concept : travailler sur une web-application 100% gratuite qui s’occupe de “gérer pour vous” tout l’administratif après un déménagement (électricité, eau, gaz). Avec un bureau à Varsovie, Barcelone et Paris, son directeur cherchait à étendre son réseau. Et c’est à Bezannes, près de Reims, qu’il a décidé de s’implanter il y a un an.

On cherchait une ville attractive. On en a comparé plusieurs : Reims, Poitiers, Tours, Amiens et Lille. On a rencontré beaucoup d’acteurs locaux. On a senti qu’il y avait un dynamisme, un marché de l’emploi porteur, qu’on allait pouvoir monter un projet rapidement, c’était essentiel pour nous de le faire bien et rapidement. On a fini par choisir Reims”, explique Bruno Fabre le co-créateur de l'entreprise Papernest.

Aux yeux de Bruno Fabre, la population à Reims est plus stable que celle de Paris. “Ici, les gens peuvent se projeter un peu plus dans la vie”. Avec les salaires que l’entreprise propose, identiques entre Paris et Reims, les employés rémois peuvent plus facilement investir, acheter une maison ou construire une famille. “Avec un personnel plus stable, l’entreprise peut investir sur cette population et la former”, se réjouit Bruno Fabre. Résultat : 80 personnes ont été embauchées en CDI dès les premières semaines, 40 de plus devraient rejoindre l’équipe d’ici la fin de l’été 2022.

L’arrivée du TGV en 2007, un vrai plus

De plus en plus d’entreprises font le même pari que Papernest. En proposant des CDI, elles attirent des nouvelles familles qui emménagent sur le territoire. Le Grand Reims a ainsi gagné 10.000 habitants en 10 ans.

L’arrivée du TGV, en 2007, a aussi beaucoup joué. Paris en 45 minutes, 1h30 pour rejoindre Strasbourg, 2h30 pour atteindre Bruxelles… Reims est devenu un nouveau carrefour européen et une place stratégique pour les patrons.

Il y a deux ans, un entrepreneur a fait le pari de s’installer à Gueux, près de Reims. Avec son associé, ils modernisent des couverts et de la robinetterie. Des pièces destinées aux grandes maisons de luxe parisiennes et européennes. Reims, pour eux, était une évidence.


Le TGV est un grand plus. On a une partie de notre clientèle basée en Italie. Les vols au départ de  Paris-Charles-de-Gaulle, accessible avec la ligne TGV, pour aller à Milan ou Venise, cela facilite les choses. En étant à Gueux, on est également sur un nœud autoroutier, avec différents échanges et transports, ce qui est important pour nous. Avec 2 à 3 livraisons de semi-remorques par semaine, c’était indispensable”, explique Anaël Tasserit, le directeur général d’Adamamtem.

Au fil des années, l’arrivée de toutes ces entreprises a entraîné des bénéfices pour le territoire. Selon Invest in Reims, les retombées économiques pour le Grand Reims dépasserait 1 milliard d’euros depuis 2003.

Aujourd’hui, on joue dans la Ligue 1 des villes attractives, c’est bien. Ce qu'il nous faut maintenant, c’est passer à la dernière marche et jouer la coupe d’Europe chaque année et faire partie du top 6 de ces villes-là”, lance Jean-Yves Heyer, directeur général d’Invest in Reims, en souriant.

Mais pour se hisser sur ce podium des villes les plus attractives, Reims devra trouver le juste équilibre entre séduire les entreprises, offrir des logements et maintenir une certaine qualité de vie.