Reims : quatre questions sur la ZFEm, la zone à faibles émissions, qui entrera en vigueur dès septembre 2021

La Ville et le Grand Reims lancent une consultation publique autour de la zone à faibles émissions à partir de ce lundi 15 février. L’arrêté entrera en vigueur, à titre pédagogique, à compter du 1er septembre 2021.

La voie Taittinger compte 11 km de traversée urbaine de Reims
La voie Taittinger compte 11 km de traversée urbaine de Reims © Google Street View

Réduire la circulation en centre-ville pour améliorer la qualité de vie des Rémois. C'est le pari que font les élus du Grand Reims, en annonçant la mise en place d'une ZFEm, zone à faibles émissions, à partir de septembre 2021. Régulièrement, la qualité de l'air est jugée médiocre dans la cité des sacres, avec des dépassements chroniques des seuils réglementaires de dioxyde d’azote (NO2) autour des grands axes de circulation comme l'autoroute A4, la départementale, l'avenue de Champagne, la traversée urbaine (A 344), et la route de Witry-lès-Reims (D151). "C'est une priorité, la qualité de l'air est une question de santé pour nos concitoyens, insiste le maire de la ville, Arnaud Robinet. D'où cette décision de mettre en place cette zone à faibles émissions. Le rôle de la collectivité est d'inciter nos concitoyens à utiliser les transports en commun ou d'autres moyens de transports. Mais il n'est pas question d'interdire la voiture."

Alors qu'une consultation publique démarre ce lundi 15 février, qu'est-ce que ce dispositif va changer dans le quotidien des Rémois? France 3 Champagne-Ardenne répond aux quatre questions qui se posent autour de la ZFEm.

 

1. Concrètement, la ZFEm, qu'est-ce que c'est ?

C'est une zone dans laquelle une collectivité restreint l'accès aux véhicules les plus polluants pendant une période donnée (jours, heures, etc.), selon des critères de son choix. L'objectif est d'améliorer la qualité de l'air et de protéger la santé des populations.

Cette restriction de la circulation pour certaines catégories de véhicules se fait en fonction de leur vignette Crit'Air. L'enjeu de la mise en œuvre de la ZFEm sur le territoire de Reims est de diminuer les émissions de gazs polluants pour que les concentrations mesurées respectent les valeurs réglementaires.

 

2. Quand cette ZFEm sera mise en place ?

L’arrêté entrera en vigueur à titre pédagogique à compter du 1er septembre 2021, et ce jusqu’au 31 décembre 2021. La mesure sera pleinement effective à partir du 1er janvier 2022. Les restrictions concernant les véhicules les plus polluants seront appliquées progressivement.

Dans un premier temps, jusqu’en janvier 2022, seuls les véhicules non-classés (ceux immatriculés avant le 31 décembre 1996), et les véhicules classés Crit’Air 5 (les véhicules diesel immatriculés entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2000 inclus) ne seront pas admis au sein de la ZFEm. 

En 2024, seuls les véhicules électriques, hybrides et Crit'air 1 et 2 seront autorisés a circuler à Reims, soit les voitures essence mises en circulation après 2006 et les voitures diesel après 2011.

 

3. Qui sera concerné par l'interdiction de circuler ?

Tous les Rémois et les véhicules (y compris les poids lourds) qui passent par le centre-ville et la voie Taittinger. Ils devront se munir d'une vignette Crit'Air, qui coûte un peu moins de 4 euros et classe les véhicules des plus propres aux plus polluants. C'est grâce à cette vignette que l'utilisateur saura s'il pourra ou non avoir accès au centre-ville (voir l'infographie ci-dessous). Pour obtenir cette vignette, il faut se rendre sur ce lien.

Untitled infographic
Infogram

Sur les près de 100.000 voitures et camions immatriculés dans le Grand Reims, 61% ne pourront plus se rendre dans l'hyper-centre en 2023.

 

4. Où est-ce que les véhicules les plus polluants ne pourront plus circuler ?

La ZFEm sera délimitée par les boulevards de la rocade interne : Lundy, Paix, Pasteur, Victor Hugo, Dieu Lumière, Docteur Henri Henrot, Paul Doumer, Louis Roederer et Joffre (voir la carte ci-dessous). A noter que la Place des Droits de l’Homme est exclue du périmètre.

En orange, la zone à faibles émissions à Reims, où les véhicules Crit'Air 3 ne pourront plus circuler les jours de forte pollution.
En orange, la zone à faibles émissions à Reims, où les véhicules Crit'Air 3 ne pourront plus circuler les jours de forte pollution. © FTV

A cette délimitation s’ajoute un axe où de fortes émissions sont constatées : celui des Transports Urbains Rémois (TUR) jusqu’à l’A344 des échangeurs de Tinqueux à Cormontreuil. Ce périmètre a été retenu car il prend en compte une grande partie de la population exposée tout en imposant le minimum de contraintes aux usagers, indique la ville de Reims dans un communiqué.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement circulation économie transports