• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Sacres de l’impro à Reims : « L’improvisation, c’est comme un saut à l’élastique »

"Les Sacres de l'impro" se tiendront du 1er au 4 mai au Temps des Cerises à Reims / © Le Mitch
"Les Sacres de l'impro" se tiendront du 1er au 4 mai au Temps des Cerises à Reims / © Le Mitch

Pendant 4 jours à Reims, du 1er au 4 mai, le Temps des Cerises accueillera les Sacres de l’impro. Le théâtre d’improvisation, un univers bien plus codé qu’il n’y paraît.
 

Par Ophélie Masure

Cela fait déjà dix-sept ans que l’improvisation existe à Reims. L’association "Le Mitch" a été créée en 2002 par un certain Michael Bensoussan. Etudiant en médecine à Strasbourg, il avait assisté à des matches d’improvisation dans sa ville d’étude. Une passion qu’il a voulu importer dans sa ville de coeur, Reims.
 
L'improvisation est un art théâtral très codé / © Le Mitch
L'improvisation est un art théâtral très codé / © Le Mitch

Dix-sept ans plus tard, la troupe s’est professionnalisée et compte douze membres. Le comédien Benoît Denigues en fait partie :

L’improvisation, c’est comme un saut à l’élastique. Ça donne une adrénaline assez incroyable. Certains de mes amis ne peuvent plus venir me voir car ils ont trop peur pour moi. 

Peur du raté, du pas de travers, du « plantage ». L’improvisation, c’est comme marcher sur un fil dont on ne voit pas le bout. Au cœur de cet exercice périlleux, l’imagination. Toujours débordante, elle doit malgré tout s’inscrire dans un cadre très précis… et c’est là que ça se complique.
 
L'improvisation est née au Québec / © Le Mitch
L'improvisation est née au Québec / © Le Mitch


Aux origines de l'impro

Cette forme théâtrale est née au Québec. Face à la désertion des salles de spectacles par un public préférant les matches de hockey, certains acteurs ont décidé de réagir : puisque les spectateurs veulent du sport, on va leur en donner ! C'est alors que naît le match d’improvisation : les comédiens se présentent en vareuse de hockeyeurs dans un décor de patinoire.

En impro, il faut un véritable lâcher prise et une absence de crainte de se planter. Il faut toujours assurer et assumer, apprendre à rebondir sur les erreurs, trouver une pirouette pour retomber sur ses pattes. 

Comme dans n’importe quel sport, l’exercice est physique et demande une certaine forme d’endurance. Une telle gymnastique cérébrale exige beaucoup d’entraînement. Le public est un acteur à part entière. Parfois, c’est lui qui décide les thèmes imposés et, surtout, il vote pour la meilleure équipe.

Mais l’analogie avec le sport s’arrête là… Côté troupes, la compétition en effet est relative. En apparence, les équipes s’opposent, mais « l’objectif, c’est toujours de donner le meilleur spectacle possible », précise Benoît Denigues.

 

Les improvisations 

Depuis les origines québécoises, l’improvisation a beaucoup évolué. Elle prend désormais plusieurs formes. Le match d’improvisation dont nous avons déjà parlé, mais plus seulement. Le « punch club » oppose 3 jouteurs à 3 autres : un match sans règle qui s’inspire des joutes oratoires de la rue et de la culture hip-hop. Le « catch impro » oppose, lui, 2 jouteurs à 2 autres : les comédiens sont déguisés en personnages.
 
L'improvisation demande une communion avec le public / © Le Mitch
L'improvisation demande une communion avec le public / © Le Mitch

A Reims, la troisième édition des Sacres de l’impro réunira tous ces genres au Temps des Cerises du 1er au 4 mai 2019 :
- 1er mai : Punch Club
- 2 mai : Catch impro
- 3 mai : Acte 1 du tournoi international de match d’improvisation
- 4 mai : Acte 2 du tournoi international de match d’improvisation

C’est difficile de faire découvrir en un spectacle tous les formats que connaît l’improvisation. On espère pouvoir le faire sur quatre jours
 

L'écoute au centre de tout 

Quel que soit le genre présenté, l’improvisation a un dénominateur commun : l’écoute.

La complicité entre les jouteurs est tellement intense ! On se met d’accord sans se le dire… Parfois, on se surprend nous-mêmes. 

Maîtriser cet art difficile ouvre bien des portes. Le Mitch anime désormais des stages en entreprise pour travailler la cohésion d’équipe. Coaching, team building… La troupe rémoise a su transformer l’essai et partager ce savoir-faire si particulier.

> Le Mitch
> Le Mitch sur facebook
> Les Sacres de l'impro, on en parle ce lundi 29 avril 2019 dans le 12-13

Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus