Tintin : un dessinateur rémois encourt six mois de prison ferme pour plagiat

Pascal Somon estime que son travail autour des personnages de Tintin ne copie pas totalement l'univers de Hergé. Ce mercredi 1er mai, il est de nouveau passé devant le tribunal. Le parquet a requis six mois de prison ferme contre le dessinateur que nous avions rencontré dans son atelier à Reims.

Les personnages de Tintin dans un univers futuriste, bien loin des décors imaginés par Hergé dans ses albums.
Les personnages de Tintin dans un univers futuriste, bien loin des décors imaginés par Hergé dans ses albums. © Pascal Somon
"Ce n'est pas du Hergé, j'appelle ça un hommage." Quelques jours après sa condamnation début février 2014 devant le tribunal correctionnel de Reims, Pascal Somon était encore sonné. Ce 1er mai 2019, Pascal Somon n'a pas changé de discours devant la justice. Selon nos confrères de l'Union, "au regard de l'état de révidive, et de 'la volonté manifeste de ne pas comprendre'", le parquet a requis six mois de prison ferme et l'affaire a été mise en délibéré au 28 mai.

En 2014, le dessinateur marnais avait écopé de six mois de prison avec sursis. Le procureur de la République avait même requis 5 mois ferme. Moulinsart, la fondation légataire de l'oeuvre de Hergé l'avait attaqué pour contrefaçon. Le rémois avait alors décidé de faire appel.
 

Ce n'est pas du Hergé, j'appelle ça un hommage


Pascal Somon le reconnaissait : chacune de ses planches peut lui rapporter plusieurs centaines d'euros. Mais il se défendait de tout plagiat : "Je met l'univers de Tintin dans un autre univers. Si quelqu'un trouve une case qui correspond à l'album d'Hergé je lui paye le restaurant".

Le tintinophile avait fait une demande à Moulinsart pour leur reverser des droits sur ses dessins : une demande restée lettre morte.
 
durée de la vidéo: 02 min 34
Tintin plagié à Reims

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice bande dessinée
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter